Critiques

SUCCESSION (Critique Saison 3) Une troisième saison réussie au rythme très fluide…

SYNOPSIS: Pris en embuscade par son fils rebelle Kendall, Logan Roy se retrouve dans une position périlleuse, se démenant pour sécuriser des alliances familiales, politiques et financières. Les tensions montent alors qu’une âpre bataille d’entreprises menace de se transformer en une véritable guerre civile familiale.

ATTENTION SPOILERS : 

Cet article révèle certains rebondissements 

et nous vous conseillons sa lecture

 après le visionnage de la saison 

Quand s’achève  GAME OF THRONES en mai 2019, HBO avait désespérément besoin d’une nouvelle saga épique pour remplacer la série dans sa programmation et jamais sans doute la chaine n’aurait pu  imaginer que l’histoire de riches dégénérés se disputant le pouvoir dans un empire vieillissant serait la solution. Avec cette saison 3 de Succession le showrunner Jesse Armstrong et son producteur exécutif Adam McKay, assument ce statut, faisant de leur tragi-comédie la série la plus épique de 2021  intensifiant toutes les intrigues, les coups de poignard dans le dos  et les révolutions de palais. La série après le cliffhanger qui clôturait la saison précédente et un hiatus de presque deux ans dû à la crise du COVID se retrouvait la plus attendue cette rentrée. Après la fin surprise de la saison 2, Kendall se bat toujours pour détrôner son père de la tète de Waystar Royco l’accusant d’avoir supervisé des années de harcèlement sexuel et de dissimulations dans la division des croisières de l’entreprise, mais l’avantage qu’il semblait avoir acquis avec sa conférence de presse surprise va très vite s’effondrer sous le poids de la bureaucratie et de la trahison.

Plus que jamais les rivalités familiales sont au cœur de Succession où tout le monde doit choisir son camp. Les frères et sœurs de Kendall se retournent rapidement  contre lui dans cette guerre où seuls comptent le pouvoir (et l’attention de papa), les trahisons ne manquent pas. Chaque épisode propose une manœuvre d’un  personnage  qui bouleverse la dynamique du pouvoir, des alliances se nouent et se dénouent jusqu’à un final qui retire le tapis sous les pieds de beaucoup de protagonistes que ce soit les tentatives du cousin Greg de se mettre sur les côtés du conflit ou de la santé fragile de Logan. La santé du patriarche Logan n’est plus ce qu’elle était et si il s’est remis de son accident vasculaire cérébral du début de la saison 1, la saison 3 introduit de nouvelles maladies qui le frappent au pire moment possible pour lui et l’empire fragile qu’il a construit.

La distribution massive de Succession  ne cesse d’évoluer avec le retour de personnages comme Marcia (Hiam Abbas) la femme trompée de Logan et l’introduction de nouveaux protagonistes interprétés par Adrian Brody, un investisseur que Kendall et Logan doivent simultanément courtiser malgré leur éloignement ou Sanna Lathan une avocate vedette que se disputent les Roy.  L’ajout le plus significatif intervient dans les derniers épisodes avec l’introduction d’Alexander Skarsgård dans le rôle  d’un patron de la tech qui envisage une fusion avec Waystar, avatar des nouveaux maitres du monde comme Elon Musk ou Mark Zuckerberg. Il est sous des dehors « cool » sans doute encore plus inhumain que Logan Roy lui-même. Son arrivée a des conséquences tectoniques sur la série. Ces nouveaux venus enrichissent l’univers du show sans détourner l’attention du cœur du réacteur : la famille Roy. Le show reste avant tout une comédie noire , qui tire son énergie de situations farfelues dans lesquelles différentes combinaisons de personnages sont plongées, ces aspects de comédie ne font que souligner les moments les plus dramatiques. C’est d’autant plus vrai lorsque ces moments impliquent Kendall ou Shiv , les deux personnages qui semblent les plus capables de changer et d’évoluer mais dont les défaillances nous apparaissent

Chaque saison met en vedette un membre particulier de la fratrie, cette saison fait évoluer le cadet Roman incarné avec le même mordant par Kieran Culkin qui se révèle bien plus manœuvrier et impitoyable qu’on aurait pu le penser. Il brille dans ce qui constitue un des meilleurs épisodes de la saison où les Roy choisissent celui qu’il pousseront à la présidence des USA parmi les Républicains. Mais si Shiv ou Roman sont évidemment des personnages importants, cette saison est encore une fois celle de Kendall Roy et de son interprète Jeremy Strong. Kendall est le seul membre de la famille qui possède ce qui s’apparente à  un sens moral et des scrupules mais son ego, ses fragilités, son conflit intérieur entre ses aspirations à être (et surtout paraitre) quelqu’un de bien mais aussi un capitaine d’industrie à l’image de son père précipitent la chute. Strong le joue avec une belle complexité, celle de quelqu’un qui n’est pas à la hauteur de ce qu’il veut être et le sait . L’épisode se déroulant lors de son quarantième anniversaire est à ce titre particulièrement brutal. Sarah Snook, dans le rôle de  Shiv, dégage toujours un air de surcompensation fragile face au pouvoir de papa. Son mari Tom (Matthew Macfayden)  à la fois drôle et attachant mais  aussi pathétique, se débat cette saison avec  la possibilité de devoir effectuer une peine de prison . Cette éventualité va révéler la vraie nature de son mariage et le conduire vers un chemin inattendu.

Cette saison, Kendall, Shiv, Roman et même Connor passent peu de temps ensemble mais dans les meilleurs épisodes de la saison 3 – « Mass in Time of War », « Too Much Birthday » et  « All the Bells Say » – ils sont enfin réunis pour parler de leurs problèmes en personne. L’énergie crépite entre ces acteurs, alors que leurs personnages oscillent entre la méchanceté espiègle et la cruauté impardonnable.

Logan le patriarche est plus que jamais le trou noir de Succession , une étoile jadis brillante qui s’effondre sur elle-même et attire pour les détruire tous ceux qui gravitent autour de lui. Brian Cox le joue avec panache trouvant de nouvelles manières de dire « Fuck You » mais en fait aussi un personnage finalement pathétique prêt à sacrifier  n’importe qui pour s’accrocher à son statut quitte à manipuler ses plus proches.

Jesse Armstrong, si il développe avec ses équipes une écriture bien plus sophistiquée, en tout cas différente de la plupart des séries télévisées, a toujours été le style de showrunner, pour filer la métaphore du casino, qui joue tous ses jetons et abat toutes ses cartes dans les derniers épisodes de la saison. Comme pour la saison 2 il se livre a un tour d’illusionniste narratif, attirant l’attention du spectateur pendant toute la saison dans une direction pour mieux  le surprendre avec un évènement dont il a pourtant planté les graines depuis le début. Avec le final, on réalise que tous les événements de la série sont toujours perçus par le spectateur du point de vue des trois héritiers qui se disputent l’affection et l’héritage de leur père, nous obligeant au final à l’adopter. Pourtant les enfants Roy sont finalement  des personnages médiocres, héritiers n’ayant rien accompli de leur vie, pourtant persuadés d’être supérieurs à tout autre être humain ne partageant pas leur patronyme. Ils sont aussi au final aveugles au dégâts qu’ils peuvent causer, que ce soit le traitement de Tom par Shiv ou même leur attitude vis à vis de leur ainé Connor. Armstrong  exploite l’angle mort de cette perspective quand Logan, aidé de quelques alliés surprenants leur réserve finalement le sort de Connor. Mais, et c’est la force de l’écriture et de l’interprétation de Brian Cox cette séquence n’apparait pas comme un triomphe pour Logan. Tout le monde est émotionnellement perdant dans Succession…sauf le spectateur. En conclusion cette troisième saison réussie au rythme très fluide ne parvient toutefois pas à maintenir les sommets de qualité individuelle de chaque épisode de la saison précédente mais se termine sur une trilogie d’épisodes d’excellence qui nous accroche plus que jamais au destin de la famille Roy.

Crédits : HBO / OCS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s