Critiques Cinéma

PRINCESSE DRAGON (Critique)

SYNOPSIS: Poil est une petite fille élevée par un puissant dragon. Mais lorsque son père doit payer la Sorcenouille de son deuxième bien le plus précieux, c’est Poil qu’il offre, plongeant sa fille dans une infinie tristesse et l’obligeant à fuir la grotte familiale. Poil se lance alors dans un voyage à la découverte du monde des hommes. À leur contact, elle apprendra l’amitié, la solidarité, mais aussi la cupidité qui semble ronger le cœur des hommes. 

Les studios ANKAMA (à qui l’on doit Dofus ou Wakfu) propose son troisième long-métrage d’animation avec Princesse Dragon, un film d’animation radicalement différent de son prédécesseur Mutafukaz qui compensait son scénario parfois foutraque par une réalisation originale, fortement inspirée par les fulgurances de la BD d’origine.  Narré sous la forme d’un conte, l’histoire de cette dragonne à apparence humaine qui va faire face au monde des humains propose tout de même un récit intéressant pour les plus jeunes spectateurs, dans cet univers médiéval fantastique intéressant au style graphique très particulier. Un style graphique étonnant, avec des arrières-plans aux couleurs pastels, dénotant avec les dessins des protagonistes. La différence de style visuel entre les deux pourra parfois perturber, et parfois ravir nos yeux, tant ce mélange de genre détonne. Cependant, ce parti-pris ne dénote en rien la qualité de l’animation, très fluide et cohérente avec l’univers dépeint.

 


Un univers aux dimensions disproportionnées, où un poney fait la taille d’un enfant, où les sorcières sont des grenouilles à morphologie humaine et où les noms sont atypiques. Les formes arrondies de l’ensemble des personnages, qui dénotent ainsi avec la raideur des châteaux, devrait plaire aux plus jeunes, et servent indirectement la volonté du film de marquer les différences entre le monde des adultes et celui des enfants. Un univers graphique à mille lieues de Mutafukaz donc, démontrant que le studio ne cherche pas à s’enfermer dans un même style ou un même univers. Les contes s’accompagnent souvent d’une morale et dans Princesse Dragon, celle-ci n’est pas forcément claire. Si la critique du milieu de la chasse est évidente à plusieurs moments du film, cela n’en fait pas une morale, qui finit par nous questionner sur ce que le récit veutvraiment raconter. Le film contient de l’humour, via le poney notamment et permet d’égayer une histoire parfois lourde, notamment lorsque Poil fait face à la cruauté (humaine ou non), Ainsi le piège d’en faire un film trop déprimant ou trop dur pour les plus jeunes est évité. Ce public pourra d’ailleurs être amené à frissonner lors d’une scène avec le gigantesque dragon. Un panaché de sentiments qui s’adapte bien à un public pas très âgé, mais qui devrait laisser de marbre des spectateurs plus matures.


La durée du film (1h10) accentue le fait que le public jeune soit prioritairement visé. Un temps tout à fait adapté à ce que raconte le film, et si on avait voulu un peu plus en découvrir sur l’univers du film – notamment le personnage de la Sorcenouille – ces apports n’auraient rien apportés de plus à l’histoire que ce qu’elle ne raconte déjà. En effet, tout le récit est cohérent et se suffit à lui-même. Si il n’offre que peu de surprises quant à son déroulement et dans ses intentions, on apprécie tout de même l’univers développé grâce à son mélange entre originalité et classicisme. Autre élément appréciable, qui s’émancipe de la forme du conte, c’est l’absence de romance au cœur de l’histoire. En misant sur une relation amicale plutôt qu’ amoureuse, le film échappe aux poncifs du genre et offre une histoire plus actuelle permettant même de montrer les limites d’éléments récurrents de films analogues comme les sempiternels mariages de princesse, en proposant une vision moins patriarcale ce que l’on perçoit par l’intermédiaire des yeux de l’une des deux héroïnes. Au final,  Princesse Dragon est un film adressé aux plus jeunes, mêlant modernité et classicisme, mais qui risque de décevoir un public plus âgé.

Titre Original: PRINCESSE DRAGON

Réalisé par: Jean-Jacques Denis, Anthony Roux

Casting: Lila Lacombe, Kaycie Chase, Jérémie Covillault…

Genre: Animation

Sortie le:  15 décembre 2021

Distribué par: Gebeka Films

MOYEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s