Critiques Cinéma

ROSE (Critique)

SYNOPSIS: Rose, 78 ans, vient de perdre son mari qu’elle adorait. Lorsque sa peine laisse place à une puissante pulsion de vie lui faisant réaliser qu’elle peut encore se redéfinir en tant que femme, c’est tout l’équilibre de la famille qui est bouleversé… 

Il y a des films qu’on aime pour la vie instantanément. Parce qu’ils vous touchent au plus profond, qu’ils résonnent en vous avec force et touchent vos cordes sensibles. Avec Rose, son premier long métrage, Aurélie Saada (la moitié du duo musical Brigitte) réussit ce prodige de vous emporter dans son univers et de vous donner envie de vous y lover et d’y rester longtemps. Rose c’est une femme, une épouse et une mère, qui à la mort de son mari est naturellement dévastée mais qui, à la stupéfaction de ses enfants, va – un peu trop vite – retrouver des sensations enfouies et reprendre goût à la vie avec une soif d’indépendance et de liberté insatiable. Dépasser les conventions sociales, la bienséance pour tout simplement laisser libre court à ses désirs et à ses pulsions sans se focaliser sur le regard des autres, voici le programme que Rose va petit à petit s’échiner à suivre. En filmant cette femme qui se retrouve en prenant le temps de réécouter ses sens, Aurélie Saada signe un magnifique portrait de femme dans lequel la place est laissée au plaisir de retrouver une place pour soi-même dans une vie qui déraille alors qu’elle était réglée comme du papier à musique.

Le talent d’Aurélie Saada est notamment de parvenir par petites touches à dresser le portrait attachant d’une famille qui s’aime et se soutient, à alterner des moments d’émotion intense avec une bonne humeur réjouissante, de filmer avec fluidité aussi bien un diner avec une multitude de convives qu’un face-à-face touchant entre deux personnages. La chaleur humaine déborde du cadre pour nous envahir et on se sent bien avec ces gens-là, aussi agaçants et égoïstes soient-ils pour certains, mais le regard bienveillant, fin et sensible que porte sur eux la cinéaste nous les rend proches de nous. Dans la représentation de la famille juive qui parvient à ne pas recourir aux stéréotypes, on pense parfois à la délicatesse qui émanait du film de Sam Garbarski, Le Tango des Rashevski (2003) dont Rose pourrait quelque part être le pendant séfarade.  Coécrite avec Yaël Langmann, cette histoire de résurrection sensitive bénéficie d’une écriture acérée où les dialogues brillants parviennent à éviter la redondance. L’un des grands mérites du film étant également de sensibiliser à l’invisibilisation des femmes âgées. Car Rose est le personnage central de ce film et les situations qu’elle vit ne sont jamais une façon de mettre en avant son entourage et c’est bien l’histoire de cette femme de 78 ans qui nous est contée et pas seulement celle d’une grand-mère qui apparait à l’écran de manière anecdotique.  Formellement le film est tout aussi à la hauteur, photographie, décors, costumes contribuant à une authenticité touchante.

Le bouleversement vécu par Rose, sa manière de lutter contre le regard de ses enfants et par extension du conformisme ambiant quand elle se surprend à retomber amoureuse et à retrouver son envie de (re)vivre est suffisamment rare au cinéma pour être ravi d’y assister. Avec autant de tendresse que de sensibilité et parfois même une douce poésie, Aurélie Saada fait infuser le charme vivifiant de son héroïne jusqu’à nos cœurs. D’une sincérité et d’une liberté réjouissante le film doit évidemment au talent intact de Françoise Fabian qui incarne Rose avec une pétulance, une grâce et une émotion à fleur de peau absolument renversantes. Ses enfants de cinéma (Aure Atika, Grégory Montel, Damien Chapelle) sont d’une justesse confondante, mention spéciale à Aure Atika, aussi belle que sa performance de fille aimante et un peu perdue. En personnage secondaire mais ô combien important, Pascal Elbé est une fois de plus remarquable et son duo avec Françoise Fabian permet une des plus belles scènes vues depuis longtemps, où la pudeur et la séduction nous laissent sous le charme. S’il fallait tempérer notre enthousiasme, on notera que certains personnages existent moins bien à l’écran et disparaissent du cadre sans parfois avoir pu donner toute leur dimension mais ça ne gâche pas notre bonheur d’avoir rencontré Rose qui permet à Aurélie Saada de signer un premier film magnifique et revigorant où Françoise Fabian trouve un rôle sublime ! Une merveille.

Titre original: ROSE

Réalisé par: Aurélie Saada

Casting: Françoise Fabian, Aure Atika, Pascal Elbé …

Genre:  Drame, Comédie

Sortie le: 08 Décembre 2021

Distribué par : Apollo Films

4,5 STARS TOP NIVEAU

TOP NIVEAU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s