Critiques Cinéma

ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL (Critique)

SYNOPSIS: Dans un mystérieux endroit niché au cœur des montagnes de Colombie, la fantastique famille Madrigal habite une maison enchantée dans une cité pleine de vie, un endroit merveilleux appelé Encanto. L’Encanto a doté chacun des enfants de la famille d’une faculté magique allant d’une force surhumaine au pouvoir de guérison. Seule Mirabel n’a reçu aucun don particulier. Mais lorsque la magie de l’Encanto se trouve menacée, la seule enfant ordinaire de cette famille extraordinaire va peut-être se révéler leur unique espoir… 

Après avoir exploré les légendes asiatiques dans Raya et Le Dernier Dragon et polynésiennes dans leur Vaiana, les studios d’animation Disney posent pour leur soixantième long-métrage leurs valises en Colombie, histoire d’explorer les mystères et la magie de l’Amérique Latine. Rassemblant le duo Byron Howard et Jared Bush (les créateurs des superbes Raiponce et Zootopie) associé à la co-réalisatrice et co-scénariste Charise Castro Smith, cette nouvelle plongée animée se dote également de la plume affutée du brillant Lin-Manuel Miranda qui signe l’intégralité des chansons du film. Car cet Encanto respire les joies du musical à travers sa bande-originale entêtante, transpirant le travail de Miranda. Avec cette volonté de fer de créer un univers très singulier dans cette toute fraîche aventure latine, Disney fait une grande promesse. Une promesse qui ne tiendra qu’à un certain degré, et à une certaine limite : sa magie. Au milieu d’une clairière colombienne vit une petite et joyeuse communauté autonome. En son centre, la « Casita » des Madrigal, une maison magique fournissant à tous les membres de cette nombreuse famille un pouvoir exceptionnel utile à la communauté. Nous sommes à la troisième génération depuis l’avènement de la magie, et vient d’arriver la petite Mirabel. Sauf qu’aucun pouvoir ne lui est octroyé. Seule Madrigal ordinaire, elle fait avec la pression d’avoir une famille exceptionnelle autour d’elle, lorsque la Casita montre des faiblesses. La flamme de la chandelle qui fait naître la magie commence à vaciller. Mirabel, et sa normalité, pense alors pouvoir être la seule à sauver sa maison, sa famille et toute sa communauté.


Prenant le concept de l’être normal entouré de personnes aux pouvoirs extraordinaires comme base de son histoire magique, Encanto choisit de construire une jolie ode à la normalité, poussant ses personnages à trouver leurs véritables pouvoirs au-delà de leurs aptitudes super-héroïques qui feraient pâlir d’envie la Justice League. Mais dès lors que le scénario effeuille son intrigue et dévoile les pots aux roses, il devient clair que la trame de cet Encanto sera peuplée de déjà-vus et d’une plâtrée de thématiques déjà étudiées mille fois par maints et maints films à travers les années. Rien de nouveau sous le soleil de la Colombie, donnant au final un goût aigre de joli spectacle vissé sur du pas grand-chose.


Cependant, si ce nouveau Disney peine à se démarquer par sa structure narrative, par les arcs de ses personnages et par l’utilisation du sempiternel « pouvoir de l’amour » sauveur, il trouve à certains égards une vraie poésie qu’il serait dommage de bouder tant elle a vocation à être généreuse, tendre et délicatement émouvante. Avec ses chansons en grandes pompes qui donnent l’impression de voir Disney se produisant sur une scène de Broadway (Lin-Manuel Miranda ne déçoit clairement pas), Encanto enchante son squelette d’une énergie toute en couleurs et en étincelles. Si Ne parlons pas de Bruno sera très probablement celle qui fera le plus d’effets (notamment aux parents qui devront subir son refrain entêtant pendant des semaines après avoir gentiment concédé une séance de cinéma à leurs enfants), le script fournit des développements de personnages secondaires très bien venus, notamment pour les deux sœurs de Mirabel. D’un côté Luisa et sa force surnaturelle qui la complexe, et de l’autre Isabela qui finit par balancer en l’air la beauté formelle qu’on attend d’elle pour embrasser sa spontanéité. Car Encanto joue avec un casting de personnages très étoffés, en donnant à beaucoup d’entre eux de vraies personnalités dans la masse. La version originale se dote d’ailleurs d’un joli casting vocal, avec la talentueuse Stephanie Beatriz en tête de proue, accompagnée par Maria Cecilia Botero, Diane Guerrero, Adassa, Jessica Darrow ou encore Mauro Castillo, pour raconter toute l’atmosphère latino-américaine qui parsème les remarquables visuels du film. A noter également le très joli travail des textures, notamment dans le traitement des vêtements et de leurs mouvements, d’une fluidité assez impressionnante au cœur des scènes de chorégraphies notamment.


Nouveau cru Disney à l’originalité limitée mais généreux en magie et en couleurs, cette petite lueur qui traverse Encanto charmera les férus du studio d’animation et les amateurs de Musicals. Portrait en creux (et un peu creux) d’une famille à tendance dysfonctionnelle qui s’effondre pour mieux se reconstruire ensemble, cette étincelle animée enthousiasme un temps sans véritablement marquer outre mesure. Car il manque ce je-ne-sais-quoi de folie, d’audace et d’ambition pour véritablement rendre l’aventure mémorable. Et c’est ce maillon manquant qui nous fait dire que, malgré ses tentatives, Disney Studios n’est pas encore au niveau de Pixar, et que c’est un peu dommage. La magie de Disney brille toujours, mais d’une lueur qu’on connaît déjà par cœur.

Titre Original: ENCANTO

Réalisé par: Byron Howard, Jared Bush, Charise Castro Smith

Casting : Camille Timmerman, José Garcia, Juan Arbelaez, …

Genre: Animation, Famille, Fantastique, Comédie

Date de sortie: 24 Novembre 2021

Distribué par: The Walt Disney Company France

3 STARS BIEN

BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s