Critiques Cinéma

L’ÉVÈNEMENT (Critique)

SYNOPSIS: France, 1963. Anne, étudiante prometteuse, tombe enceinte. Elle décide d’avorter, prête à tout pour disposer de son corps et de son avenir. Elle s’engage seule dans une course contre la montre, bravant la loi. Les examens approchent, son ventre s’arrondit. 

2021 restera une année dans les annales pour Audrey Diwan. La réalisatrice et scénariste française, a en effet co-écrit le scénario de Bac Nord, et s’est vue remettre le Lion d’Or de Venise pour L’Évènement, son adaptation du texte autobiographique de la romancière Annie Ernaux.  Deux films très différents dans leurs thématiques et leurs représentations. Et si L’évènement devait sortir en 2022 en France, son bouche-à-oreille des plus flatteurs a permis à Wild Bunch de le sortir quelques mois en avance. Les Césars pourraient bien être à portée de main pour le film, et pour cause : Venise et la presse ne s’y sont pas trompés, car c’est bel et bien l’un des uppercuts de l’année. Le film, suivant donc la réelle histoire vécue par Annie Ernaux, raconte donc comment celle qui était une jeune étudiante en littérature dans les années 60 a bataillé pour avorter. Inutile de réitérer le contexte de l’époque en France : on était encore loin de la loi Veil, et une chapelle de plomb conservatrice s’abattait encore sur la France et ses régions, où le sujet de l’avortement était encore extrêmement tabou puisqu’illégal. Loin du film à la facture rétro qui aurait pu se produire, Audrey Diwan prend le parti de raconter cette histoire avec une extrême modernité. De la même manière que le texte d’Annie Ernaux a 21 ans cette année, apposant la modernité de l’époque à son superbe mais éprouvant écrit, Diwan choisit une approche au plus près de son héroïne, la suivant de dos, de profil, mais toujours en gros plan. Comme si Anne ne voulait plus que l’on la voit, ou plutôt, que l’on ne voit plus son ventre, caché derrière ses quelques vêtements bleus, sur lesquels les plans de Diwan se font discrets.


L’évènement se veut aussi être un compte à rebours, affiché sans détour à chaque passage du temps, qui scelle un peu plus le sort de Anne, cherchant désespérément une solution au prix que cela lui coûte ses amis, son amant, sa famille, et ses études. La mise en scène ne laissant pas le spectateur respirer au même titre que sa protagoniste, on se met à se ronger les ongles, à espérer autant qu’elle qu’une solution puisse être trouvée. A ce titre, le corps médical en prend particulièrement pour son grade, l’occasion de rappeler qu’en 1963 comme en 2021, il existe encore des médecins peu prompts à aider les femmes dans leur nécessité d’être traitées et soignées correctement. Qu’il s’agisse de misogynie ou de manque d’empathie, le combat qu’Anne mène est particulièrement douloureux, le monde semblant s’être levé contre elle. Diwan ne fait ni de cadeau à son héroïne ni au spectateur puisque chaque tentative d’avortement se voit mis en scène de manière viscérale : impossible de ne pas ressentir la douleur de tous ces objets pointus, inconfortables, dangereux, qu’Anne utilise pour son avortement. La performance d’Anamaria Vartolomei est d’ailleurs stupéfiante tant la jeune actrice se donne corps et âme dans les scènes même les plus insoutenables. On pense notamment à ces séquences chez une faiseuse d’anges jouée par Anna Mouglalis, impressionnante dans un rôle aussi salutaire que la froideur de son personnage intimide. Car le film est aussi l’occasion de rappeler que sans légalisation de l’avortement, les solutions clandestines qui se mettaient en place, ont coûté la santé voire la vie de beaucoup de personnes.


Le message de L’Evènement, pour conclure, est limpide sur la nécessité des femmes à disposer de leurs corps comme elles le souhaitent. Au-delà du film militant, Audrey Diwan réussit un coming-of-age touchant, drôle par moments, mais aussi et surtout profondément humain, loin d’un quelconque jugement, mais au contraire, toujours dans l’empathie de son héroïne. On aurait aimé dire que le film n’est plus d’actualité, et que les choses ont depuis changé. C’est oublier ce qui se passe actuellement aux Etats-Unis dans les états conservateurs, ou même, plus récemment, en Pologne, où une jeune femme a perdu la vie parce que la loi ne l’autorisait pas à avorter, le pays ayant durci ses lois y donnant accès.  La vérité est parfois inconfortable, mais c’est pour ces films-là que le cinéma montre l’extrême nécessité de regarder ce qui se passe dans le monde, y compris en France ; car les pires tragédies, celles que l’on pensait arrêtées depuis longtemps , s’y produisent encore pour de vrai.

Titre original: L’EVENEMENT

Réalisé par: Audrey Diwan

Casting: Anamaria Vartolomei, Kacey Mottet Klein, Luàna Bajrami …

Genre: Drame

Sortie le: 24 Novembre 2021

Distribué par : Wild Bunch Distribution

4,5 STARS TOP NIVEAU

TOP NIVEAU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s