Critiques Cinéma

LE BAL DES FOLLES (Critique)

SYNOPSIS: L’histoire d’Eugénie, une jeune fille lumineuse et passionnée à la fin du 19è siècle. Eugénie a un don unique : elle entend et voit les morts. Quand sa famille découvre son secret, elle est emmenée par son père et son frère dans la clinique neurologique de La Salpêtrière sans possibilité d’échapper à son destin. Cette clinique, dirigée par l’éminent professeur Charcot, l’un des pionniers de la neurologie et de la psychiatrie, accueille des femmes diagnostiquées hystériques, folles, épileptiques et tout autre type de maladies physiques et mentales. Le chemin d’Eugénie va alors rencontrer celui de Geneviève, une infirmière de l’unité neurologique dont la vie passe sous ses yeux sans qu’elle ne la vive vraiment. Leur rencontre va changer leurs destins à jamais alors qu’elles se préparent à assister au fameux « Bal des folles » organisé tous les ans par le Professeur Charcot au sein de la clinique. 

4 ans après son excursion américaine menée avec son Galveston et avant d’y retourner pour s’occuper de son The Nightingale avec les sœurs Fanning en tête d’affiche dans les prochaines années, la comédienne Mélanie Laurent renfile son costume de réalisatrice de notre côté de l’Atlantique afin de signer pour Amazon l’adaptation du roman Le Bal des Folles de Victoria Mas, plantant un décor singulier dans le Paris de la fin du 19e Siècle – le film s’ouvrant d’ailleurs sur de très impressionnants plans de foule lors des funérailles de Victor Hugo. Fille d’une famille bourgeoise parisienne, Eugénie Cléry a créé une relation de complicité avec son frère Théophile alors qu’elle se découvre une capacité à communiquer avec les défunts. Capacité qui, lorsqu’elle est découverte par ses parents, la condamne à être internée à la Pitié-Salpêtrière où elle est prise en charge par la direction du Docteur Charcot. Elle y rencontre alors une galerie hétéroclite de femmes aux caractéristiques variées, et noue une relation intrigante avec Geneviève, infirmière en chef endeuillée de son service.


A travers son film d’époque traversé par la poésie et les émotions, Mélanie Laurent signe avec Le Bal des Folles une jolie réussite, déployant dans son intrigue tout un lexique cinématographique hétérogène qui permet des mélanges de genre assez malin. Le long-métrage ne tient pas que du drame historique, mais également de la comédie sociale, d’une pincée de thriller psychologique et de quelques brins d’horreur, bien qu’il n’ose jamais trop s’aventurer dans son ambiance fantastique – et c’est bien dommage. Le Bal des Folles se dévoile alors comme un récit intelligent et frontalement féministe, mettant à l’honneur des femmes aux parcours aussi divers que singuliers, qui se retrouvent parquées au même endroit comme des prisonnières, condamnées aux pires supplices qualifiés de « traitement médicaux ». Si le film embrasse les problématiques de son époque, il tend un miroir avec le présent, traitant du sexisme fruit d’une société patriarcale, ici allégorisée par les médecins responsables de l’établissement et menés par le très froid Jean-Martin Charcot. Ces femmes, malades, singulières, fortes, et aliénées, sont désignées « folles » de force, leur accolant l’appellation « hystérique » à chaque occasion lorsque le diagnostic du médecin n’est pas suffisamment précis. Maltraitées, torturées et brisées, elles permettent au film de se déployer, lui et son propos, au cours de 2 heures bien exploitées et subtilement mises en scène. Laurent, enfilant la triple casquette de scénariste-réalisatrice-comédienne, insuffle un vent de fraîcheur dans ce film politique, rude autant qu’il est charmant, qui permet de mettre en image la Femme dans ses singularités dans un Paris qui ne lui laisse pas la place ni jamais l’occasion de parler. Dans ce récit qui traverse avec beaucoup d’habileté la place de la famille, de l’amour, des valeurs intrinsèques de l’amitié et de la solidarité dans cette sororité qui s’installe, tout en épinglant de façon cinglante la culture du viol, le patriarcat et la misogynie sur le grand tableau des injustices de l’Histoire, la metteuse en scène fournit une plongée intrigante, subtile et pleine de bonnes intentions à travers la vie de ces femmes qu’on dit « folles ».


Laurent dirige également un joli casting, car même si c’est son visage qui est mis en avant dans la promotion du film et qu’elle est remarquable de sensibilité dans le rôle de l’infirmière Geneviève, c’est bien la talentueuse Lou de Laâge qui incarne la protagoniste de cette adaptation, jonglant avec plein de facettes de son personnage dont on découvre au fur et à mesure la complexité. Le prolifique et très en vogue Benjamin Voisin se drape de sa plus jolie moustache pour offrir une performance touchante dans le rôle du frère Théophile, personnage témoin qui se heurte au traitement infligé à sa sœur.


Œuvre empreinte de sensibilité, de lumière derrière un écran de fumée froid et apathique, Le Bal des Folles est un film réussi qui témoigne d’injustices banalisées tout en se faisant miroir vers le réel. Lecture féministe et maligne de ces shows de » freaks » qu’étaient ces bals organisés par les médecins de l’établissement comme exposition malsaine de la différence dans l’unique but de divertir la bourgeoisie, le long-métrage développe toutes ces idées sur un fond d’intrigue somme toute classique qui parvient à trouver sa véritable singularité et -avant tout- un cœur dans sa galerie pleine de charme et de malice de personnages en tout genre.

Titre Original: LE BAL DES FOLLES

Réalisé par: Mélanie Laurent

Casting : Mélanie Laurent, Lou de Laâge, César Domboy…

Genre: Drame, Historique

Sortie le: 17 Septembre 2021

Distribué par : Amazon Prime Video France

TRÈS BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s