Critiques Cinéma

BLUE BAYOU (Critique)

SYNOPSIS: Antonio LeBlanc, d’origine américano-coréenne, a été adopté et a passé sa vie dans un petit village du Bayou de Louisiane. Aujourd’hui marié à la femme de sa vie, Katy, ils élèvent ensemble Jessie, la fille de cette dernière, issue d’un premier lit. Alors qu’il travaille dur pour offrir ce qu’il y a de meilleur à sa famille, il va devoir affronter les fantômes de son passé en apprenant qu’il risque d’être expulsé du seul pays qu’il ait jamais considéré comme le sien. 

Malgré ce que tente d’affirmer le nom du pays, les Etats-Unis sont foncièrement divisés. Inutile de se lancer dans tant de déductions et d’analyses politiques pour s’en convaincre. Et de ces divisions subséquentes est né un besoin d’unité, de bienveillance et de lumière, besoin pris en charge par tout un pan du cinéma indépendant américain qu’on voit briller chaque année à Sundance où il trouve des échos tout particuliers. Le cinéma indé américain est politique car il répond aux grandes questions sociales que posent ces divisions intrinsèques qui scindent le pays, et la question de l’immigration est peut-être l’une des plus sensibles dans le genre. Et c’est ce thème précis qu’aborde Justin Chon dans son nouveau long-métrage qu’il réalise, écrit et où il tient également le premier rôle. Avec Blue Bayou, Chon prend le pouls d’un système malade dans un torrent d’émotions. Antonio est américain. Peu importe qu’il soit né en Corée du Sud et qu’il ait été adopté par une famille américaine quand il était enfant, les Etats-Unis sont sa maison. Alors, lorsqu’il est menacé d’expulsion, c’est tout son équilibre qui est mis en branle, à commencer par sa vie de famille avec sa femme Katy et leur fille Jessie.

 



Par son parcours, Justin Chon a traversé de nombreuses facettes de la fiction américaine, du second rôle dans des séries populaires à l’interprétation qui l’a fait connaître dans la saga Twilight entre 2008 et 2012. Avec ce Blue Bayou, il explore un cinéma humain, brut et frappant de réalisme en traitant la question migratoire des enfants adoptés mis à la porte de l’Amérique alors adultes à cause d’une loi mal rédigée qui laisse tout juste assez de marges de manœuvres aux autorités pour se permettre de faire expulser n’importe qui se ferait trop remarquer. C’est ce qui arrive à Antonio, entraîné dans une spirale crève-cœur et haletante lorsqu’il se rend compte que l’équilibre de toute sa vie se joue sur de l’argent qu’il n’a pas. En se plongeant dans une Louisiane reculée et aride, Chon se nourrit de la noirceur et du tragique de ses thèmes pour en tirer de véritables émotions transcendantes.

Blue Bayou est un véritable maelstrom de rires, de poésie et de larmes, qui distille derrière son grain assumé et sa photographie léchée un véritable talent de raconteur d’histoires. S’attacher à cette petite famille recomposée est alors très facile tant chaque personnage qui la compose a ce qu’il faut de lumière et de profondeur pour exister dans cette quête de ses origines. Justin Chon est merveilleux dans le rôle-titre, Alicia Vikander le seconde d’une main de maître avec une sobriété et une subtilité exemplaire qui confirme le véritable talent d’interprétation de la comédienne. Mais Blue Bayou ne serait rien sans l’aura de Sydney Kowalske qui incarne la petite Jessie LeBlanc avec une fougue et une fraîcheur extraordinaire, donnant aux films des instants de pures émotions. Il est probable qu’on n’ait pas autant pleuré dans une salle de cinéma depuis longtemps, et Justin Chon nous propulse en pleine tempête de sentiments dans son nouveau long-métrage avec une force et une détermination sans pareilles.


D’aucuns parleront d’un ton mélodramatique forcé ou superficiel, Blue Bayou a le talent de ne pas forcer ses traits et fait l’effet d’un uppercut. Sa violence, ses injustices traitées et son cercle de personnages font du film une pure réussite dans les règles de l’art, se permettant quelques superbes trouvailles esthétiques dans ce qui est l’œuvre d’un très bon metteur en scène. Chon creuse l’Amérique jusqu’à l’os, faisant transparaître ses faiblesses et ses mauvais fonctionnements pour mieux y faire naître une part d’espoir et une dose d’amour fulgurante. Blue Bayou est un récit tendre, enlevé et poétique habité par des comédiens en tout point parfaits qui délivrent dans un équilibre rare une partition impeccable dans un tourbillon d’émotions qui terrasse tout sur son passage. Justin Chon signe une magnifique chronique de la famille et d’un système cassé qui déploie intensément sa grâce et sa mélancolie qui prend aux tripes jusqu’à nous mettre KO dans un final émotionnellement ravageur. Blue Bayou est puissant, politique, bienveillant et émouvant, transmettant d’un coup d’un seul des valeurs évidentes qui font de cet immigré sud-coréen un personnage limpidement américain.

Titre Original: BLUE BAYOU

Réalisé par: Justin Chon

Casting : Justin Chon, Alicia Vikander, Mark O’Brien…

Genre: Drame

Sortie le: 15 Septembre 2021

Distribué par: Universal Pictures International France

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s