Critiques

ONE LANE BRIDGE (Critique Saison 1 Épisodes 1×01 – 1×03) Ni profondeur, ni suspense…

SYNOPSIS: Dans une petite ville néo-zélandaise, un jeune inspecteur maori fraîchement débarqué enquête sur la mort suspecte d’un fermier apprécié de sa communauté.

One Lane Bridge est une série néo-zélandaise dont la première saison débarque ce jour sur Arte pour deux jeudis. Nous avons rarement eu par le passé l’occasion de traiter des shows venus tout droit de Nouvelle-Zélande, nos sens étaient donc en éveil afin de découvrir cette proposition décrite comme une histoire dotée d’une localisation « propice à l’apparition de forces spirituelles ». Nous avons tout de suite été emballés à l’idée de voir ce qui se cachait derrière ces mystérieux propos. Malheureusement, pas grand-chose. La série suit l’inspecteur Ariki Davis (Dominic Ona-Ariki) tandis qu’il débarque dans la petite ville de Queenstown où trône le pont One Lane. Cette arrivée en grande pompe (ou pas) ne serait pas suffisamment amusante si elle ne coïncidait pas avec la découverte d’un corps en contrebas du pont. Rapidement l’identité du malheureux est élucidée : il s’agit d’un fermier très apprécié des autochtones du coin, qui vivait au sein d’une petite communauté en apparence soudée. Mais l’inspecteur Davis ne croit pas au suicide et suspecte immédiatement un meurtre ou un assassinat…au grand dam de son supérieur qui semble vouloir classer l’affaire rapidement et proprement. Ainsi débute One Lane Bridge : un mystère, une ville peu ouverte aux nouveaux arrivants mais globalement aussi très fermée d’esprit…Ariki Davis le sait, l’intégration et l’enquête s’annoncent laborieuses. D’autant plus que de drôles de visions se manifestent chez lui : aurait-il un don lui permettant peut-être d’élucider l’enquête ?

Disons-le clairement : si sur le papier One Lane Bridge est alléchante, la réalité est toute autre. En trois épisodes (donc une moitié de saison) il ne se passe absolument rien. Les personnages sont au mieux totalement insipides, au pire vides et insupportables. Impossible de créer un affect avec quiconque, absolument aucun individu ne sortant du lot. Pas même le personnage principal et ses réactions peu constructives hormis lorsqu’il s’agit de lancer naïvement et peu subtilement de risibles enjeux narratifs. Le téléspectateur assiste banalement à la découverte d’un corps, aux réactions plates et dénuées d’émotion des proches du défunt, une enquête se lance et…voilà. Alors bien sûr oui, les contours de ladite enquête nous laissent deviner quelques pistes liées à un potentiel meurtre mais elles manquent tellement d’intérêt et d’envergure qu’il n’y a vraiment pas de quoi fouetter un chat.

Quid dans ce cas du côté « spirituel » ? Après tout c’est ce qui avait attisé notre curiosité. En toute simplicité, comme tout le reste : une catastrophe, il n’y a rien à voir. Le principal problème de One Lane Bridge est qu’elle ne possède aucune ambiance. Elle préfère teaser quelque chose, plutôt que de mettre les pieds dans le plat, au détriment total de son identité. Beaucoup de séries par le passé ont tenté de mêler « ambiance réelle » et « notes de fantastique ». L’excellente série Dead Zone (du moins, modérons-nous : l’excellente série que fut Dead Zone durant trois saisons avant de sombrer lamentablement dans les limbes année après année) arrivait brillamment à concilier des enquêtes assez basiques avec les visions de notre Johnny Smith ; elle constituait une véritable invitation et ce dès son générique. Dans d’autres univers, des séries comme Twin Peaks ou The OA conciliaient également parfaitement « réel » et « fantastique », la notion de fantastique étant à appréhender au sens très large du terme (au point dans le cas de The OA de faire de la véracité ou du mensonge des événements fantastiques en question l’enjeu de sa fin de première saison), car ces deux shows (nous aurions pu prendre pléthore d’autres exemples) possédaient une véritable ambiance, une proposition d’auteur, un concept suffisamment assumé pour faire douter le spectateur ou l’envoûter et non pas simplement pour « annoncer » nous ne savons trop quoi au sujet d’événements à venir, sous couvert d’un suspense de bas étage. Au bout de trois épisodes le personnage principal n’a pas utilisé son don (en admettant qu’il en ait bien un), ne l’a pas appréhendé d’une quelconque façon hormis via quelques frayeurs…c’est beaucoup trop lent pour un format 6 épisodes et surtout nous n’y voyons rien de spécialement cohérent dans l’architecture de la série. One Lane Bridge n’a aucune aura spirituelle ou mystique, ni profondeur, ni suspense…One Lane Bridge est juste un ennui dans de beaux paysages mis en scène sans panache. Et il ne suffit pas de placer un mystérieux geko ici et là pour nous faire gober que derrière cela nous attendent de grands bouleversements.

One Lane Bridge ressemble ni plus ni moins à une mauvaise série du début des années 2000. Semblant nous faire du pseudo teasing de fantastique plutôt que d’assumer réellement son concept, elle reste d’une banalité affligeante et si plan-plan que nous ne pourrions guère vous la conseiller y compris pour simplement tuer le temps. Ces trois épisodes ne nous ont même pas suffisamment happés pour avoir envie de connaître le fin mot de l’histoire, et pourtant il ne reste que trois autres épisodes derrière…nous nous contenterons de ceux-là. Bonne à rien, mauvaise en tout, la série a le goût d’un carton qui n’a même pas vocation à être utilisé pour un déménagement, mais plutôt à stocker les vieux napperons familiaux au fond du grenier. Nos mots sont durs mais à la hauteur de l’ennui ressenti. La patience nécessaire pour croire en quelque chose de plus palpitant à l’avenir est aux abonnés absents.

Crédits : Arte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s