Critiques Cinéma

UN TRIOMPHE (Critique)

SYNOPSIS: Un acteur en galère accepte pour boucler ses fins de mois d’animer un atelier théâtre en prison. Surpris par les talents de comédien des détenus, il se met en tête de monter avec eux une pièce sur la scène d’un vrai théâtre. Commence alors une formidable aventure humaine. Inspiré d’une histoire vraie. 

Scénariste attitré de Philippe Lioret (Welcome, L’équipier, Mademoiselle, Toutes nos envies...) Emmanuel Courcol est passé à la réalisation avec Cessez-le-feu en 2017, un film historique de belle facture avec Romain Duris et Céline Sallette. Pour sa deuxième incursion derrière la caméra, il change totalement de registre et revient avec une comédie dramatique avec une toile de fond sociétale, librement inspirée de l’expérience de l’acteur et metteur en scène de théâtre suédois Jan Jonson. Ce dernier avait en effet repris En attendant Godot de Samuel Beckett en faisant appel à des détenus pour interpréter la pièce qui avait contre toute attente remporté un grand succès. En adaptant ce récit aux spécificités franco-françaises, Emmanuel Courcol a su trouver le bon équilibre sans céder au manichéisme et en trouvant le bon dosage entre l’humour et l’émotion laissant ses personnages s’épanouir dans une histoire fluide et sans temps morts qui ravit par sa subtilité et son refus de recourir aux facilités d’usage. Un triomphe est d’une générosité à toute épreuve et sait par petites touches avancer ses pions avec une sincérité qui le singularise des productions lambda du genre, démontrant que comédie populaire et dramatique ne signifie pas pour autant simplicité et avançant comme question corollaire de savoir si la dévotion est désintéressée ou si elle implique forcément un retour sur investissement. Par ailleurs, la caractérisation du personnage incarné par Kad Merad est extrêmement soignée sans jamais que les indices qui nous le décrivent en creux ne paraissent surlignés à gros traits.

Si l’écriture du film préside à sa réussite, c’est l’alchimie entre tous les membres du casting qui lui font friser l’excellence. Autour de Kad Merad, figure centrale du récit, aucune tête d’affiche mais des interprètes en état de grâce qui nous renversent par leur densité et leur justesse. Chacun donne à l’autre son regard et ils s’enrichissent mutuellement de leurs talents. De Saïd Benchnafa à Pierre Lottin en passant par Wabinlé Nabié Lamine Cissokho, Sofian Khammes, Alexandre Medvedev ou David Ayala, cette troupe en devenir va affronter son plus grand défi, plus grand encore qu’affronter l’univers carcéral d’où cette expérience peut les sortir au moins temporairement. Tantôt amusantes, tantôt tendues, les séquences de répétition nous donnent à voir et à comprendre la motivation, l’implication, la volonté qu’il faut à chacun d’entre eux pour se dépasser et atteindre les objectifs individuels qu’ils se sont collectivement fixés. Les personnages s’apprivoisent petit à petit, apprennent à se connaitre et à se comprendre et l’ensemble est pétri d’humanité. En figures tutélaires, Marina Hands et Laurent Stocker défendent des personnages moins immédiatement sympathiques mais loin d’être inintéressants. Mais c’est Kad Merad qui surprend et séduit le plus même si ses interactions avec ses partenaires favorisent la qualité de son interprétation. Il déploie une empathie, une sincérité, une fragilité qui lui confèrent une densité émotionnelle impressionnante.

Labellisé Cannes 2020, Un triomphe, sous ses airs de comédie anglaise sait éviter le pathos qu’une telle histoire aurait pu favoriser. La mise en scène d’Emmanuel Courcol, jamais didactique, ni ostentatoire sait se mettre au service d’une histoire singulière qui ménage ses effets et notamment une conclusion inattendue qui rehausse encore l’intérêt de l’ensemble. Le partage, l’éducation, l’aide, l’ouverture à l’art sont autant de valeurs cardinales mises au centre d’un film touchant et qui semble par instants traversé d’une véritable grâce. Le fait qu’Etienne le personnage de Kad Merad reste à hauteur d’homme et qu’il n’a jamais un comportement de vedette permet l’homogénéité de la troupe, l’égalité qui les caractérise évitant qu’Etienne soit montré comme un héros pétri de bons sentiments. Débordant d’humanité, à la fois tragique drôle et tendre UnTriomphe est une vraie réussite orchestrée par Emmanuel Courcol. Autour d’une troupe de comédiens formidables suintants de vérité Kad Merad y joue une de ses plus belles partitions.

Titre Original: UN TRIOMPHE

Réalisé par: Emmanuel Courcol

Casting :  Kad Merad, Marina Hands, Pierre Lottin…

Genre: Comédie

Sortie le: 01 Septembre 2021

Distribué par: Memento Distribution

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s