Critiques Cinéma

LE COEUR DES HOMMES (Critique)

SYNOPSIS: Alex, Antoine, Jeff et Manu, quatre amis à la fois solides et immatures, sont au tournant de leur vie d’adulte. Ils se voient régulièrement, aiment tchatcher, s’engueuler et rire ensemble. Issus de milieux populaires, ils ont atteint leurs objectifs professionnels : Alex et Jeff ont créé un petit groupe de presse sportive qui marche bien, Antoine est prof de gym dans un grand lycée parisien, Manu a une boutique charcuterie-traiteur qui ne désemplit pas. Ce printemps-là, une série d’événements, la mort d’un père, l’infidélité d’une femme, le mariage d’une fille, les touche et les rapproche encore davantage. Confrontés à des situations qu’ils ne maîtrisent pas, ils se font des confidences, s’expliquent, s’aident, s’affrontent et se remettent en question. Leur rapport aux femmes est au coeur de tous leurs problèmes, de toutes leurs conversations, de tous leurs conflits… 

Quand on a dirigé deux des magazines de cinéma les plus populaires de France pendant 17 ans et que l’on décide de passer à la mise en scène d’un long métrage de fiction, il faut de sacrées certitudes et ne pas craindre les snipers qui n’attendent qu’un faux pas pour se payer celui qui est loin de ne s’être fait que des amis. Si il avait déjà tâté à la réalisation avec de la publicité, le court-métrage de fiction en 1989 (L’homme qui pleurait tous les matins avec Thierry Rey), le documentaire Patrick Dewaere (1992), un court-métrage sur Bertrand Blier pour Canal + dans le cadre du centenaire du cinéma et co-scénarisé L’Envol de Steve Suissa (2000), c’est avec Le cœur des hommes que Marc Esposito a réellement déboulé dans la bulle cinéma. Un film qui s’inscrit dans la tradition des films de potes dont le cinéma français est friand et qui, toutes décennies confondues a posé ses balises emblématiques (Les Copains, Vincent, François Paul et les autres, Un éléphant ça trompe énormément, Nous irons tous au paradis, Les petits mouchoirs…). Une idée née d’une conversation avec Gérard Darmon dans laquelle Marc Esposito évoquait de faire un film dans la lignée de ceux de Claude Sautet même si il nous confiait en 2014 : « Je voyais bien que je serais quand même plus rigolo. Je suis entre Sautet et Yves Robert. C’est moins purement comédie qu’Yves Robert et moins dramatique que Sautet, je suis entre les deux. »

Comme coup d’essai Le cœur des hommes est une véritable réussite charriant toute une gamme de sentiments dont l’équilibre est sans cesse respecté pour permettre une fluidité et un rythme qui ne connait jamais d’arrêt. Si le film fonctionne si bien c’est non seulement pour le mouvement de balancier parfait entre les rires et les larmes, pour l’humanité brute qui se dégage de ce récit et de ces personnages, pour la qualité des dialogues, leur justesse et leur drôlerie et aussi pour l’avancée du récit et les questions concomitantes qu’il soulève comme « en amour, faut-il tout dire ? » et surtout, la plus brûlante d’entre toutes « Qu’est-ce que je ferais si j’étais moins con? »Le cœur des hommes déploie une  chaleur humaine, une énergie, un regard bienveillant sur ses contemporains qui lui confère toute sa valeur. Mais le film sait aussi pointer les travers de ses personnages sans pour autant les juger et Marc Esposito a écrit pour sa troupe une partition où chacun -du plus petit rôle au plus important- trouve sa place et vit à l’écran de manière palpable.

C’est d’abord grâce à la symbiose totale entre Bernard Campan, Gérard Darmon, Jean-Pierre Darroussin et Marc Lavoine que le film fonctionne magnifiquement. Ils sont tous les quatre merveilleux de bout en bout, Darmon charismatique en diable, tantôt bougon, tantôt charmeur, Campan  déchirant env amoureux désarmé et inflexible, Daroussin d’une humanité infinie en charcutier à l’écoute et à l’aube d’une nouvelle vie et Lavoine hilarant en séducteur et menteur pathologique, forment un quatuor fraternel auquel on croit instantanément tant il exsude une profondeur incroyable. On y croit, tant leur entente faite de connivence et de sincérité est le reflet d’une amitié rêvée. On y croit parce qu’Esposito a su leur offrir des partenaires féminines de rêve (Zoé Félix, Florence Thomassin, Fabienne Babe, Catherine Wilkening et Ludmila Mikaël) et chacune campe son rôle avec énergie et  elles ne sont jamais les faire-valoir mais de réels alter-ego éclatants à leurs homologues masculins qu’elles révèlent à eux-mêmes. Avec ces quatre-là, ce sont quatre manières d’être un homme au 21ème siècle que Marc Esposito nous propose de découvrir. Si son film bénéficie d’une réalisation soignée, sa mise en scène n’est jamais démonstrative et fait la part belle à ses comédiens qu’il regarde avec amour. Et au final Le cœur des hommes donne envie d’être amis avec eux pour toujours car Marc Esposito fait entrer la vie et le réel dans ses films et ce n’est pas la moindre de ses qualités.

Titre Original: LE COEUR DES HOMMES

Réalisé par: Marc Esposito

Casting:  Gérard Darmon, Bernard Campan, Jean-Pierre Daroussin, Marc Lavoine…

Genre: Comédie dramatique, Romance

Sortie le:  02 avril 2003

Distribué par: Bac Films

TOP NIVEAU

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s