Critiques Cinéma

SOUND OF METAL (Critique)

SYNOPSIS: Ruben et Lou, ensemble à la ville comme à la scène, sillonnent les Etats-Unis entre deux concerts. Un soir, Ruben est gêné par des acouphènes, et un médecin lui annonce qu’il sera bientôt sourd. Désemparé, et face à ses vieux démons, Ruben va devoir prendre une décision qui changera sa vie à jamais. 

En 2012, le film The Place Beyond the Pines réalisé par Derek Cianfrance avait signé un joli succès, autant public que critique, au box-office international. Racontant l’histoire d’un cascadeur devenu père subitement qui se met à braquer des banques pour offrir un avenir à ce fils de façon profondément singulière, le film balayait nos attentes pour raconter un autre point de vue du récit. L’écriture à la fois subtile et dense qui évoquait un grand nombre de thèmes importants et créait une galerie impressionnante de personnages tout au long de son histoire avait impressionné par sa capacité à jongler entre les époques et les lieux. Pour écrire ce film, Cianfrance s’est entouré de Ben Coccio et Darius Marder. Ce dernier est aujourd’hui à l’origine de la nouvelle sensation filmique du moment : Sound of Metal. On y suit Ruben, un batteur d’un groupe de punk-rock itinérant qui joue avec sa petite amie Lou, française par son père, dans des clubs à travers tous les Etats-Unis. Alors qu’il joue sur scène comme d’habitude, Ruben perçoit un bourdonnement qui ne le lâche plus, jusqu’au diagnostic du médecin : il va devenir sourd.



Sound of Metal est une plongée extrêmement intimiste qui convoque des émotions très fortes dans un récit au pitch déjà très révélateur de la volonté du réalisateur et de son concept. Ce concept, c’est mettre en « images » un personnage vivant de son oreille qui perd petit à petit l’ouïe. Avec cette idée en tête, Darius Marder filme du plus près possible ce personnage dans son évolution à travers la découverte de ce nouveau monde qui lui était jusque-là inconnu, un monde où la communication n’a rien à voir avec celle qu’il connaît. Cette évolution rude, soudaine et délicate est scrutée sous ses moindres recoins par une caméra d’une beauté éblouissante de simplicité et de naturel, poussant l’intimisme au maximum de son intensité. Mettant au premier plan la relation entre Ruben et Lou pour mieux montrer son absence lorsqu’elle s’éloigne de lui, Sound of Metal se centre autant qu’il est possible de le faire sur le batteur, dressant alors un portrait loin des attentes que l’on pourrait avoir. Car si la ressemblance entre Ruben et Luke (le motard interprété par Ryan Gosling dans The Place Beyond the Pines) semble bien prononcée (cheveux blonds, tatouages abondants…), on s’attend alors au lancement de l’intrigue à voir un récit similaire, sillonnant des coins mal famés des Etats-Unis grâce à une caméra immersive et spectaculaire. Mais il n’en est rien, préférant une histoire bien plus portée sur les sentiments et sur les émotions de l’être humain. C’est en ça que Ruben est touchant, car il est drastiquement changé par une remise en question constante au fur et à mesure du récit, qui le pousse à être la meilleure personne possible, pas simplement pour lui, mais surtout pour ses proches. Mais l’élément le plus évident à souligner lorsqu’on mentionne Sound of Metal, c’est sans doute son concept et son aspect plus qu’immersif. Pour nous plonger corps et âme dans le parcours semé d’embuches de ce batteur sur la route de la surdité, Darius Marder nous place, nous spectateurs, littéralement à l’intérieur de lui, transmettant en temps réel ce que le personnage entend à l’écran. Ainsi, en plus de vivre cette histoire comme une plongée intimiste, on est invité à le ressentir comme une véritable expérience, le film tentant de partager avec autant d’exactitudes que possible les situations classiques dans lesquelles peuvent se retrouver des personnes malentendantes. De cette façon, le son a une place centrale dans le film, incarnant un 3ème protagoniste tout aussi important que le couple de tête. Le son, aussi important quand il est présent, puissant et/ou dérangeant que quand il est absent. Le long-métrage s’empare de la fonction la plus élémentaire du cinéma : raconter une histoire avec du son et de l’image. Il combine une mise en scène redoutablement simple et limpide qui nous accroche sans difficulté à un Ruben soumis à des ras-de-marrées d’émotions contradictoires, un mixage sonore d’une qualité impressionnante qui permet une immersion rare et un casting flamboyant de justesse et de sensation dans un travail d’une précision chirurgicale qui se saisit d’une aura puissante et remarquable.


Car il est aussi important de relever le casting, support par excellence de la plongée intime dans cette histoire aussi tendre que violente. Riz Ahmed y est tout simplement excellent incarnant de toute son âme ce personnage déchiré en pleine tentative de sauvetage de lui-même, bien qu’il semble par instant ne plus y croire. Envahi de sons en tout genre et de sentiments terribles qui le séparent de plus en plus de qui il est et par conséquent de Lou, Ruben est un personnage d’une force et d’une sensibilité rare, incarné magistralement par Ahmed qui combine assurément bien ces deux caractéristiques. A ces côtés, la formidable Olivia Cooke (qu’on a déjà pu voir dans Bates Motel, This is Not a Love Story et Ready Player One) s’offre une performance physique et émotionnelle puissante, prouvant encore avec éclat qu’elle a le potentiel d’une grande carrière devant elle. On retrouve également des personnages secondaires riches en sens et en talents, parmi lesquels le frenchie Mathieu Amalric, Paul Raci et Lauren Ridloff.


A travers cette histoire en forme d’introspection et d’apprentissage d’un nouveau monde pour un batteur à l’existence nomade dont le couple va être soumis à de nombreuses difficultés à cause de sa soudaine surdité, Darius Marder propose avec Sound of Metal un récit intimiste au possible qui se sert de sa caméra et de son son avec puissance et précision pour dresser le portrait d’un homme meurtri et déchiré. Un combat contre ses démons à la recherche de l’équilibre et de la paix – enfin – pour pouvoir encore plus savourer le goût du silence. Muni d’un casting formidable, le film est une plongée déchirante, tendre, parfois drôle, toujours touchante qui propose avec sensibilité une expérience cinématographique rare et singulière qui se regarde presque plus avec les oreilles qu’avec les yeux.

Titre Original: SOUND OF METAL

Réalisé par: Darius Marder

Casting:  Riz Ahmed, Olivia Cooke, Lauren Ridloff….

Genre: Drame, Musical

Sortie le:  16 juin 2021

Distribué par: Tandem

EXCELLENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s