Critiques

Falcon & le Soldat de l’Hiver (Critique Mini-Série Épisode 1×05) Brutal et émouvant…

ATTENTION SPOILERS : 

Cet article révèle certains rebondissements

et nous vous conseillons sa lecture

après le visionnage de l'épisode

Après deux épisodes qui introduisaient des questions étonnamment politiques pour une série de super-héros avec l’histoire d’Isaiah Bradley et offraient de grandes scènes d’action, la narration de Falcon et le soldat de l’hiver  se fit plus maladroite avec l’introduction de Zemo, beaucoup moins fluide, la cohérence de l’intrigue se perdant en cours de route, avec un détour trop rapide à Madripoor et la transformation de Karli Morgenthau (Erin Kellyman) en méchant, dont les intentions et les méthodes étaient peut-être trop contradictoires pour être vraiment crédibles. Le pénultième épisode baptisé Truth ralentit le rythme pour mieux se concentrer sur l’évolution de Sam et Bucky en ramenant au premier plan l’étude des questions raciales et la réécriture de l’Histoire de l’Amérique pour les effacer, la série trouvant ainsi sa propre voix dans l’univers cinématographique Marvel.

L’épisode débute quelques minutes à peine après le meurtre sanglant commis en public par John Walker (Wyatt Russell) et s’ouvre par la grande scène d’action traditionnelle dans la série qui voit enfin Bucky et Sam affronter le nouveau Captain America. Si Sam tente encore de raisonner le successeur de Steve Rogers, Walker en pleine crise paranoïaque n’est plus disposé à écouter qui que ce soit et s’ensuit un combat brutal qui fait écho au climax de Captain America: Civil War. Si dans ce conflit chaque antagoniste avait ses propres motivations rationnelles, ici ce combat ne fait que cimenter la chute de John Walker depuis qu’il a assumé le rôle de Captain America. Sam et Bucky finissent par vaincre Walker qui se voit déchu de son rang et de ses honneurs. Sa confrontation avec la commission sénatoriale qui l’avait choisi illustre une autre idée forte de la série : si Steve Rogers incarne l’Amérique telle qu’elle se voit, John Walker est le visage de ce qu’elle est. Alors que les choses ne pourraient pas être pires pour lui, un visage surprenant  apparait sous la forme de la mystérieuse Contessa Valentina Allegra de Fontaine incarnée par Julia Louis-Dreyfus (Seinfeld, Veep) qui déclare que la meilleure décision qu’il prendra jamais  dans sa vie sera de répondre au téléphone quand elle l’appellera finalement. Le personnage est issu des comics (elle est créée par le scénariste-dessinateur Jim Steranko dans Strange Tales # 159 en août 1967) longtemps compagne de Nick Fury et agent du SHIELD elle-même. Ces dernières années, son rôle est devenu beaucoup plus trouble dans la série Secret Warriors de Jonathan Hickman qui la dépeint comme une agent double infiltrée dans le SHIELD et elle deviendra même Madame Hydra. On ne sait pas grand chose de son futur rôle dans le MCU mais on peut supposer qu’elle jouera un rôle semblable au Nick Fury incarné par Sam Jackson mais du coté obscur…

Sam laisse ses ailes brisées à Joaquin Torres pour réparation (et potentiellement les porter, puisque le  personnage dans les comics est devenu le Faucon après que Sam Wilson soit devenu Captain America) et apporte le bouclier à Isaïa Bradley. Bradley refuse de voir le bouclier et expose des vérités dures à entendre pour Sam – sur l’Amérique, le racisme systémique et le révisionnisme historique – verbalisant les pensées de nombreux téléspectateurs. Carl Lumbly dans un très beau monologue raconte l’intégralité de son histoire, son injection avec le sérum du super-soldat d’une manière faisant écho à l’expérience de Tuskegee (inspirée par une étude clinique menée à Tuskegee, Alabama par des médecins pour mieux connaître l’évolution de la syphilis lorsqu’elle n’est pas traitée, réalisée sans en informer les sujets, noirs, sous couvert d’une prise en charge médicale par le gouvernement), sa lutte contre le gouvernement pour sauver ses camarades soldats prisonniers, sa séparation de l’amour de sa vie et enfin son évasion et sa disparition grâce à une infirmière qui a fabriqué un faux-certificat de décès. Bradley termine par une affirmation cinglante : « Ils ne laisseront jamais un homme noir incarner Captain America ». Cependant, Sam, est un homme bien diffèrent et si Steve Rogers l’a choisi pour être le prochain Captain America c’est parce qu’il croit toujours au rêve américain et sa quête éternelle de progrès.

Sam rejoint sa sœur Sarah (Adepero Oduye) pour l’aider à reconstruire le bateau familial qu’elle a renoncé à vendre. Cette reconstruction sert de métaphore au cheminement de Sam qui acceptant l’héritage de sa propre famille vient à accepter que si le passé qu’incarne Bradley ne peut être oublié, sa génération peut construire un avenir meilleur. Après un détour par la Sokovie où il retrouve Zemo qu’il livre au Dora Milaje, Bucky rejoint les Wilson confiant à Sam une valise technologique qui contient vraisemblablement un costume de Captain America fabriqué pour lui au Wakanda. L’ancien « Soldat de l’hiver » s’excuse auprès de Sam de lui en avoir voulu de renoncer au bouclier, admettant que lui et Steve n’ont pas compris ce que cela signifiait pour un afro-américain de porter un tel symbole. Sam, utilisant son expérience dans le conseil psychologique des vétérans, lui offre des conseils sur la façon dont il pourrait trouver la paix en lui-même, en aidant ceux affectés par ses actions à la trouver grâce à lui. Les scènes des deux personnages travaillant ensemble, sur le bateau ou s’entrainant à lancer le bouclier donne à l’épisode un vrai cœur. Grâce à l’entente entre les deux comédiens, le duo atteint pleinement son potentiel à la fois amusant et attachant. En donnant enfin à ces deux personnages la possibilité de parler simplement, « La vérité » donne une vraie épaisseur à Falcon et le Soldat de l’Hiver, une série qui s’est trop souvent précipitée de combat en combat. L’épisode est sans doute le moins dynamique de la série mais le rythme méditatif fonctionne et rend le combat à venir de Sam avec les Flag-Smashers, qui reçoivent un renfort de dernière minute en la présence de Batroc, encore plus intéressant.

Crédits: Disney +

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s