Actus

Alors, on regarde quoi ce soir ? (Sélection Sorties Vidéo Mars 2021)

Ce mois-ci nous vous proposons un très joli dessin animé de Don Bluth produit par Steven Spielberg, un film de vampires fascinant mais déroutant d’Abel Ferrara, un biopic un peu classique mais porté par le génie de Rober Downey Jr., un ovni français proposé dans la collection Make my day ! et une série B idéale pour se laver le cerveau chez Metropolitan Video. Bon visionnage !



Fievel et le Nouveau Monde (1986)
Réalisé par Don Bluth
Avec : Philip Glasser, Dom DeLuise, Amy Green, Christopher Plummer
Durée : 1h21
Date de sortie : Le 17 mars 2021 chez Rimini Editions



SYNOPSIS : 1885. En Russie, les souris sont de plus en plus menacées par les chats. La famille de Fievel décide d’émigrer aux États-Unis, où, selon la rumeur, « il n’y a pas de chat et les rues sont pavées de fromage ». Durant le voyage en bateau, le souriceau est séparé des siens lors d’une tempête et tombe à l’eau. Après de multiples aventures, il arrive seul à New York…

C’est sous la houlette d’un Steven Spielberg producteur que Don Bluth, ancien animateur Disney réalise l’un de ses plus beaux dessins animés, Fievel et le Nouveau Monde. Hommage au grand-père de Steven Spielberg, émigrant juif venu de Russie (dont le surnom était… Fievel), l’œuvre de Don Bluth est sans doute l’un des dessins animés les plus intéressants de la décennie 80 (d’ailleurs une des pires périodes pour Disney). Un film mélancolique, impressionnant, drôle et souvent très touchant, qui brasse des thèmes aussi passionnant que l’identité, l’immigration et l’assimilation dans une nouvelle culture vue à travers le regard candide d’un enfant attachant. On reconnait la patte Disney dans le coup de crayon de Don Bluth, qui met tout son talent au service d’une belle histoire, dont les aléas parfois sombres sont vites balayés par un optimisme très… Spielbergien. Bref Fievel est un film porteur de belles valeurs, à redécouvrir, et qui ravira les petits et les grands.

Le saviez-vous ? En 1991 Steven Spielberg produit une suite intitulée Fievel au Far West. Le film est réalisé cette fois-ci par Simon Wells, storyboardeur sur Retour vers le futur 2 et 3 (et arrière petit-fils de H.G. Wells).



The Addiction (1995)
Réalisé Abel Ferrara
Avec : Lili Taylor, Christopher Walken, Annabella Sciorra, Edie Falco
Durée : 1h22
Date de sortie : Le 24 mars 2021 chez Carlotta Films



SYNOPSIS : Brillante étudiante en philosophie à l’Université de New York, prépare activement sa thèse de doctorat. Un soir, elle croise sur son chemin une étrange et séduisante femme qui la conduit de force dans une impasse avant de la mordre au cou. Bientôt, Kathleen va développer un appétit féroce pour le sang humain qu’elle assouvira en attaquant ses proches ou des inconnus…

Œuvre fascinante et complexe d’Abel Ferrara filmée en noir et blanc, The Addiction est une fable cérébrale et philosophique déroutante et pas toujours facile d’accès, mais passionnante pour qui fera l’effort de s’immerger dans ce récit métaphorique. Étrange voyage dans les bas-fonds new-yorkais par un cinéaste torturé, qui, ici, s’interroge sur la violence d’une société gangrenée à travers la déchéance d’une étudiante en philosophie mordue un soir, par une femme, dans une sombre ruelle. Tout en cherchant des proies, le personnage principal nous offre une réflexion philosophique sur son propre état, son addiction, sa dépendance et le genre humain en général. Il faut avoir une vraie curiosité pour s’attaquer à The Addiction, mais celle-ci sera largement récompensée.

Le saviez-vous ? Film a petit budget, The Addiction a été tourné en seulement 20 jours à New-York.



Chaplin (1995)
Réalisé par Richard Attenborough
Avec : Robert Downey Jr., Géraldine Chaplin, Paul Rhys, Anthony Hopkins, Kevin Kline
Durée : 2h24
Date de sortie : Le 1er mars chez Studiocanal



SYNOPSIS: Chaplin retrace la vie et l’aventure artistique d’un homme brillant, énigmatique, haï par certains et aimé par la plupart. Débutant sur scènes à 5 ans, il se produisit en Angleterre et aux États-Unis jusqu’à sa découverte du cinéma en 1914. Marié quatre fois et père de onze enfants, il vécut près de 40 ans en Amérique, avant d’y être interdit de séjour en 1952…

Dix ans après Gandhi, Richard Attenborough nous offre un nouveau biopic. Cette fois-ci, c’est la vie très riche de Charlie Chaplin qu’il nous raconte en 2h20. Et si le film est un peu académique, grâce au casting, et à l’interprétation folle de Robert Downey Jr., il se dégage par moment de vrais instants de grâce et de magie. Certes, aujourd’hui on peut regretter que la face plus sombre de l’acteur ne soit qu’esquissé (le scénario est largement inspiré de l’autobiographie de Charlie Chaplin paru en 1964), mais il est difficile de faire la fine bouche devant le travail de reconstitution, le casting exceptionnel, le scénario qui réussit à retranscrire et condenser la vie de l’artiste avec intelligence, la réalisation soignée de Richard Attenborough que l’on sent fasciné pas l’homme. Bref, un hommage réussi à l’un des personnages les plus emblématiques de l’histoire du cinéma.

Le saviez-vous ? Pour son interprétation dans Chaplin, Robert Downey Jr. a été nommé pour le Golden Globe du meilleur acteur ainsi que pour l’Oscar du meilleur acteur mais n’a remporté ni l’un ni l’autre, par contre il a reçu le BAFTA (Oscars anglais) du meilleur acteur.



Asphalte (1981)
Réalisé par Denis Amar
Avec : Carole Laure, Jean-Pierre Marielle, Jean Yanne, Georges Wilson
Durée : 1h39
Date de sortie : Le 24 mars 2021 chez Studiocanal (Collection Make my day !)



SYNOPSIS: Les vacances : des millions de citadins prennent la route du soleil. Beaucoup n’arriveront jamais. À l’hôpital, le professeur Kalendarian attend, blasé, les victimes de la ruée automobile. Il sauvera quelques vies mais nombre des accidentés périront sur le billard.

La passionnante collection Make my day ! permet entre autres de redécouvrir des films oubliés, parfois de petits bijoux, ou, comme ici, un ovni français du début des années 80. Asphalte navigue entre plusieurs genres : on a parfois un peu l’impression d’être dans un film réalisé par la sécurité routière, on peut également penser à Week-end de Godard en moins féroce ou au Grand Embouteillage de Comencini en plus humain… et puis, il y a Carole Laure, qui nous entraîne dans de surprenantes pérégrinations faites de rencontres étranges et imprévues, à la frontière du fantastique, car l’un des points forts d’Asphalte est de toujours surprendre par son atmosphère et par des destins moins évidents et plus intéressants que ce que le début du film laissait présager. Une œuvre souvent fascinante, presque cauchemardesque, entre ces autoroutes sans âmes où se pressent pare-chocs contre pare-chocs vacanciers et touristes, et les coulisses tristes, désabusés, déshumanisés ou cyniques de ce carnaval mortel, motels, hôpital ou casse de voitures. Porté par la musique du compositeur et chef d’orchestre Laurent Petitgirard, ainsi que par un casting d’une belle justesse, dont le formidable Jean Yanne, Asphalte est un ovni plutôt rare dans le paysage cinématographique français, et s’il n’est pas totalement réussi, qu’il souffre de quelques baisses de rythme ou scènes maladroites, il mérite totalement sa place dans la collection Make my day ! mais également dans votre blu-raythèque.

Le saviez-vous ? D’abord assistant réalisateur (Chère Louise de Philippe de Broca ou La maison sous les arbres de René Clément), Denis Amar réalise son premier film avec Asphalte en 1981. Il enchaînera avec plusieurs long-métrages dont L’Addition avec Richard Berry, grand prix au festival du film policier de Cognac ou Hiver 54, l’abbé Pierre, qui recevra le césar du meilleur acteur dans un second rôle pour Robert Hirsch.


Boss Level
Réalisé par Joe Carnahan
Avec : Frank Grillo, Naomi Watts, Mel Gibson, Michelle Yeoh, Ken Jeong
Durée : 1h40
Date de sortie : Le 6 mars 2021 chez Metropolitan Vidéo



SYNOPSIS : Piégé dans une boucle temporelle qui répète à l’infini sa mise à mort, l’ancien agent des forces spéciales Roy Pulver découvre des indices sur un projet gouvernemental secret qui pourrait dévoiler le mystère sur le piège infernal dont il est l’otage. Dans une course contre la montre, Pulver doit traquer le colonel Ventor, le puissant chef du programme gouvernemental, tout en devançant des assassins impitoyables déterminés à le supprimer.

Si le casting peut nous faire craindre le pire entre un Frank Grillo habitué à cachetonner dans d’obscures séries Z et un Mel Gibson qui enchaîne les séries B à défaut de réussir à réaliser ses propres projets, ceci dit, avec Joe Carnahan (Narc, Le Territoire des loups) à la barre c’est un gage d’efficacité et, effectivement, c’est plutôt une bonne surprise. Sans être novateur dans son concept, Boss Level, malgré quelques baisses de rythme et un scénario plutôt paresseux, réussit à être terriblement divertissant. On est certes loin de ses illustres aînés comme Un jour sans fin ou Edge of Tomorrow, mais l’humour, l’action, l’univers très jeu vidéo, les références à la pop culture, Frank Grillo plutôt bon et quelques sympathiques caméos comme Mel Gibson (qui est exagérément mis en avant sur l’affiche) ou Michelle Yeoh, font de ce Boss Level le film idéal pour un samedi soir pop-corn entre ami(e)s.

Le saviez-vous ? Dans la version française de Boss Level, Mel Gibson est doublé pour la dernière fois par Jacques Frantz, acteur de cinéma, homme de théâtre et doubleur, malheureusement décédé en mars 2021. Il aura doublé Mel Gibson dans plus de 30 long-métrages, mais également John Goodman, Jeff Bridges, Nick Nolte et surtout Robert de Niro dans 67 films.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s