Critiques

LA PROMESSE (Critique Mini-Série Épisodes 1×01 – 1×02) Une vérité et une force singulières…

SYNOPSIS: Au lendemain de Noël 1999, Charlotte Meyer, une petite fille de 11 ans, disparaît sans laisser de traces. Le capitaine Pierre Castaing, en charge de l’enquête, échoue à la retrouver. A quelques centaines de kilomètres de là, une jeune enquêtrice se trouve confrontée à une disparition similaire… 

La mini-série est devenue le moyen de plus en plus courant pour raconter des histoires à la télévision. Cela permet de mettre plusieurs éléments en place, de réunir un casting prestigieux qui ne viendrait pas forcément s’enliser dans une série au long cours, de ne pas faire durer artificiellement des récits qui n’ont pas besoin d’être boursouflés pour impulser leur rythme et de fédérer le meilleur des énergies dans un sprint alors qu’elles s’essouffleraient sur une course de fond. La Promesse de ce début d’année se présente au public avec sa distribution de choix et son autrice, Anne Landois, auréolée de son travail sur Engrenages malgré une histoire de prime abord déjà vue à de multiples reprises.  Réalisé par Laure de Butler, La Promesse part d’un sujet qui est devenu un des plus prisés de la fiction française, la disparition d’enfants, et de l’enquête menée par le capitaine Castaing qui s’obstine alors que sa hiérarchie lui demande de cesser de mettre la pression sur le suspect qu’il interroge et dont il est certain de la culpabilité. Parallèlement, dans une ville proche, une enquêtrice est confrontée à une affaire du même ordre…

Extrêmement sombre, charriée par une mélancolie intense, la série aborde plusieurs facettes concomitantes de l’enquête en elle même comme devoir supporter de vivre avec l’échec d’une enquête qui se trouve dans une voie sans issue, le poids des conséquences sur les familles et la culpabilité des uns et des autres quand le drame humain vient bouleverser les existences. Si le premier épisode déploie une dynamique assez classique qui ne surprend pas vraiment, il ne faut surtout pas en tirer de conclusion définitive tant il finit par s’avérer extrêmement prenant et ouvre tout un tas de perspectives qui remettent les enjeux dramatiques à plat. L’écriture d’Anne Landois est pleine de maitrise et elle parvient à mener le téléspectateur par le bout du nez avec une science du rebondissement réellement séduisante. Les dialogues sonnent parfaitement dans la bouche d’interprètes aguerris aux joutes verbales et leurs échanges sont impeccables de justesse. Parfaitement menée, l’intrigue et ses éléments concentriques nous entrainent au plus près des tréfonds de l’âme humaine dans un récit anxiogène mais fascinant.

Au générique, c’est une distribution prestigieuse qu’offre La Promesse. Olivier Marchal, entre gravité et profondeur est comme souvent parfait et à l’aise avec ce type de personnage. Il dévoile encore de nouvelles fêlures et son cuir tanné n’a de cesse de nous émouvoir. Sofia Essaïdi est impeccable et sa performance confirme la densité de son jeu et sa capacité à embrasser des personnages complexes dont elle restitue les nuances avec subtilité. Autour de ce tandem pivot, Guy Lecluyse est inquiétant et bien loin de la bonhomie dont il fait souvent preuve, plein d’une sobriété inattendue qui lui va bien, tandis que Lorànt Deutsch, Nadia Farès ou Natacha Regnier font mieux que le nombre et ont tous des choses à distiller. Cette distribution chorale habille La Promesse d’une vérité et d’une force singulières mais c’est bien l’efficacité d’écriture qui séduit le plus et la surprise inattendue qui nous emmène ailleurs d’où on l’avait prévu. Rien que pour ça, La Promesse est tenue.

Crédits: TF1

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s