Critique Blu-Ray

THE WRETCHED (Critique)


SYNOPSIS: Après la séparation de ses parents, un adolescent rebelle est envoyé chez son père pour gagner en maturité. Mais ses problèmes personnels deviennent de plus en plus inquiétants suite à la découverte effrayante qu’il fait dans la famille des voisins…

Profitant de l’absence en salles de concurrences de produits issus des grandes firmes internationales du cinéma, certains films indépendants ont réussi à trouver un chemin direct vers le public en cette période de sorties complexes aux quatre coins du monde. Et dans le cas du film dont nous allons parler, la scène se passe aux Etats-Unis. Un « petit » film d’horreur fait alors office de phénomène dans le paysage ciné de cette année 2020. En cause : la diffusion importante du film dans les drive-in, méthode de diffusion très prolifique notamment durant cette pandémie mondiale outre-atlantique – les cinémas « traditionnels » étant pour la plupart fermés. La demande du public est donc différente : un concept intriguant, de l’efficacité et de la flippe. Bref, de l’horreur old school. Tous les éléments étaient réunis pour faire de The Wretched le succès inattendu de ce box-office américain. The Wretched, réalisé par les Frères Pierce, raconte l’histoire de Ben, un adolescent au fort tempérament qui doit faire avec la séparation de ses parents. Envoyé le temps d’un été chez son père, il remarque alors des comportements étranges de la part de la famille voisine, ainsi que la disparition mystérieuse d’enfants… Comme si une présence malveillante avait pris possession des lieux…


Mélangeant formellement plein de styles horrifiques différents pour habiller son concept de base – de Stephen King aux univers de Spielberg – les Frères Pierce réalisent une série B savoureuse, au charme 80’s flagrant, révélant un vrai amour du genre. Mais avant ça, The Wretched est surtout un conte de fées envahi par ses sorcières monstrueuses qui hantent les pavillons américains. Si la vague d’effroi qui a traversée l’Amérique avec ce film fut si contagieuse, c’est parce qu’il se pare d’idées, certes déjà vues, mais qui forment surtout une série de repères visuels et narratifs qui gardent le public en terre connue. Si le film ne brille par par son originalité et ses audaces scéniques, c’est son exécution simple qui a su convaincre. En traitant la figure de la sorcière de cette façon, The Wretched utilise des poncifs de mise en scène inspirés, car puisés dans les bonnes influences. Car bien loin d’être un énième film d’horreur en apparence fauché aux personnages survolés, c’est surtout un amalgame d’idées et de techniques qui, alors combinées, forment un ensemble malin au charme nostalgique flagrant. L’efficacité simple et sans prétention de la mise en scène des réalisateurs, même si elle n’est évidemment pas exempte de défauts, marque alors par ses petites idées – notamment dans son concept – qui font de cette histoire de sorcière vue et revue une plongée plutôt inspirée et efficace dans l’Amérique profonde, ses familles morcelées et ses monstres sanguinaires. La menace est constamment montrée comme présente, tapie dans l’ombre, pouvant surgir à n’importe quel instant. Et même si la mise en place du concept est relativement tardive – le film s’attarde en premier lieu sur son protagoniste et son environnement, nous lançant sur la piste du classique teen movie américain – on se retrouve balancé de surprises en surprises, enchaînant les révélations jusqu’à un climax riche en twists qu’on avouera ne pas avoir vu venir.


Servi par un casting juste, qui accompagne l’horreur frontale de l’histoire, mené par John-Paul Howard et Piper Curda, The Wretched se pare d’un univers fantastique adaptant à sa sauce un folklore américain ancré dans la culture populaire. Ses monstrueuses sorcières, bien loin de celles illustrées par Disney, hantent par leur soif de sang les lotissements pavillonnaires. Et les frères Pierce montent alors un film à l’efficacité rafraîchissante même s’il ne joue pas sur le terrain de la subtilité. The Wretched rempli alors son objectif : être un divertissement horrifique classique sans manquer d’apporter sa patte et sa vision de ses mythes. Sans révolutionner le genre et n’échappant pas à des clichés qui collent à l’horreur depuis des décennies, le film permet de passer un bon moment devant un produit que l’on connaît, dépoussiéré pour revenir terrifier les drive-in américain. Un shoot d’adrénaline et de nostalgie bienvenu qui ne manquera pas de satisfaire les amateurs du genre en manque de séries B indés, contrastant radicalement avec la précision formelle des grosses productions horrifiques actuelles. The Wretched est une plongée sympathique dans un cinéma passé qui aura marqué tout un pan de la culture pop, s’inscrivant à son échelle dans l’héritage d’une tradition américaine typique.

Titre Original: THE WRETCHED

Réalisé par: Brett Pierce, Drew T. Pierce

Casting : John-Paul Howard, Piper Curda, Jamison Jones…

Genre: Epouvante-Horreur, Thriller

Date de sortie : 27 novembre 2020 en DVD et Blu-Ray

Distribué par: Koba Films

TRÈS BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s