Critiques Cinéma

THE SINGING CLUB (Critique)

SYNOPSIS: Yorkshire, 2011. Les soldats de la garnison de Flitcroft sont envoyés en mission à l’étranger. Pour tromper leurs angoisses, leurs compagnes décident de créer une chorale. Elle est dirigée par l’austère mais surprenante Kate Barclay, épouse du colonel. Soudées par une envie commune de faire swinguer leur quotidien, Kate, Laura, Annie et les autres porteront leur  » Singing Club  » jusqu’au Royal Albert Hall pour un concert inoubliable. 

La fiction anglophone nourrit un vrai intérêt pour ses soldats, qui disposent d’une imagerie complète dans le genre. On voit alors bon nombre de productions traitant de l’armée et des vies et familles heurtées par des déploiements de troupes à l’étranger. Mais comme a pu le faire la série American Wives, The Singing Club, le nouveau film du réalisateur de The Full Monty, s’intéresse avant tout aux femmes de ses soldats partis au combat, prenant cette fois-ci place en Angleterre. The Singing Club raconte l’histoire de la garnison de Flitcroft en 2011, et de ses habitant(e)s. Alors que des troupes sont déployées en Afghanistan, les maris et femmes de nos protagonistes quittent la base, et elles se retrouvent seules, avec pour unique occupation les enfants et des clubs ayant pour seule utilité de boire. Alors, l’épouse à l’apparence austère du colonel de la base, Kate, propose la création d’un atelier à vocation artistique pour tromper l’ennui et les angoisses de savoir leurs proches au front. Ensemble, les femmes de militaires vont créer une chorale, et se soudent autour d’un objectif commun : performer lors d’un concert exceptionnel au Royal Albert Hall de Londres.


Le film met en scène ce groupe hétéroclite de femmes, toutes dotées de personnalités différentes, qui vont se trouver et se révéler à travers la chanson. En adaptant l’histoire vraie de la première chorale de femmes militaires, le réalisateur Peter Cattaneo centre son intrigue sur la face cachée de la guerre, sur ces femmes angoissées par l’idée de ne jamais voir revenir leurs proches, cherchant alors n’importe quel moyen pour oublier leurs états d’esprit. Et l’initiative du projet revient à Kate, une femme dure, très souvent froide, qui essaie avec cette chorale d’atteindre l’excellence avant de penser au plaisir que provoque la chanson. C’est le parallèle que le film crée entre elle et le personnage de Lisa, chargée d’organiser les activités de la base, qui va construire sa structure narrative, son évolution. Lisa, elle, pense avant tout que ce groupe permet aux femmes de s’amuser et d’oublier leurs angoisses. Cette relation de tête donne au film l’impulsion nécessaire pour amener un enjeu au récit : il y a un but ultime à ce club : chanter devant plusieurs millions de spectateurs. Mais est-ce réellement ça, l’objectif après lequel ces femmes courent ?


Même si The Singing Club possède une structure déjà connue, qui ne surprend jamais trop, le plaisir de visionnage est quand même conséquent, parce qu’on s’attache vite à ces femmes. A travers cette chorale, Cattaneo met en scène une tentative de catharsis à travers la musique. Parce que même si le film a comme toile de fond l’armée, elle n’est jamais le thème principal. C’est toujours du parcours de ces épouses que l’ont parle, qui ont toutes leurs caractéristiques propres, et leurs façons bien à elles de gérer l’attente. The Singing Club est un film rafraîchissant et lumineux, qui transmet une bonne humeur constante, tout en laissant l’émotion pointer le bout de son nez. Et cela passe aussi par un casting attachant, mené par le duo Kristin Scott Thomas et Sharon Horgan (Kate et Lisa) qui portent cette chorale et le film. En deuxième ligne, on trouve une Emma Lowndes remarquable d’émotion, ainsi que Gaby French, Lara Rossi, Amy James-Kelly ou encore India Ria Amerteifio. Chacune apporte sa touche au groupe, solidement uni par la chanson et par l’absence de l’être aimé, raison pour laquelle elles continuent de s’accrocher.


The Singing Club ne prétend pas être original. Le film retrouve des idées et des schémas déjà explorés par de précédentes productions, mais on se plaît tout de même à rencontrer ces femmes qui tentent de lutter contre leurs angoisses. Acheter compulsivement au téléshopping, essayer des activités impossibles dans le seul but de boire, chanter… Tout en étudiant les relations mère-enfant via les deux personnages centraux, Peter Cattaneo offre un feel-good movie subtil et très plaisant, rythmé par une BO éclectique et électrique, qui arrive même à tirer quelques larmes dans ses scènes clés. Une bonne surprise typiquement british qui évite les fausses notes pour dresser le portrait de ces femmes, nombreuses dans le monde, qui ont cruellement besoin de parler. Enfin, plutôt de chanter.

Titre Original: MILITARY WIVES

Réalisé par: Peter Cattaneo

Casting : Kristin Scott Thomas, Sharon Horgan, Greg Wise

Genre: Drame, Comédie

Sortie le: 04 novembre 2020

Distribué par: Pyramide distribution

BIEN

 

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s