Critiques

MOLOCH (Critique Mini-Série) Des facettes positives et d’autres beaucoup plus poussives…

SYNOPSIS: Dans une ville de bord de mer industrielle et labyrinthique, des inconnus prennent feu de manière inexplicable. Louise, une jeune journaliste, et Gabriel, un psychiatre endeuillé, mènent l’enquête

Création de Arnaud Malherbe, Moloch, qu’il a coécrit avec sa compagne Marion Festraëts, est une nouvelle proposition à tendance fantastique qui débarque sur Arte ce jeudi soir. Comme à chaque fois, nous nous réjouissons de voir une production de ce genre dans le paysage audiovisuel français ; nous ne scanderons jamais assez haut et fort que cela nous manque. Si la série, qui a tout du thriller, lorgne vers le fantastique c’est parce qu’elle met au cœur de son intrigue des individus qui meurent brûlés vifs dans des conditions mystérieuses ; décès qui semblent relever de la combustion spontanée. Intervention humaine rationnelle, pouvoirs surnaturels ou phénomènes en chaîne liés à un autre facteur commun ? Tout va reposer sur ledit questionnement dans une ambiance noire, angoissante et assez malsaine…ce qui est certain c’est que peu importe l’origine de ces incendies, ils ne sont pas le fruit du hasard.

 La série dévoile ainsi petit à petit ses différentes pistes à charge aussi pour le téléspectateur de se questionner sur les motivations et les raisons derrière cette vague de potentiels meurtres ou assassinats. Tueur(s) en série classiques ? « Justicier(s) » à la manière d’un Light Yagami et son Death Note ? « Vigilante » men/women qui rôdent en ville ? L’ambiance de la série est son gros point fort : il en suinte quelque chose d’étouffant et de menaçant et ce dès sa scène d’ouverture, l’épée de Damoclès étend son ombre au-dessus de la ville, l’étau se resserre, les personnages en quête de vérité sont petit à petit mis au carcan…l’occasion de troquer l’angoissant pour l’envoûtant ? Pas vraiment. Pourtant signalons tout de même dans les points extrêmement positifs de Moloch, la superbe playlist qui vient sublimer l’ambiance, les choix musicaux allant de Kompromat et Le goût des cendres jusqu’à Bonnie Li et son I want you to Die. Un pur régal pour les oreilles que nous vous encourageons à aller écouter en toutes circonstances, avec ou sans Moloch.

Tous ces points positifs sont malheureusement en partie désamorcés par le manque de rythme flagrant de l’ensemble. Nous avons trouvé la série assez lente et souvent ennuyeuse. Bien entendu la lenteur n’est jamais un problème en tant que telle si elle est utilisée à bon escient, surtout lorsqu’une série a une ambiance atypique, et sur ce point les exemples sont légion (Twin Peaks, The Leftovers, Breaking Bad...) mais les épisodes semblent trop longs (55 minutes en moyenne), cela tourne trop en rond et vient amoindrir la portée des qualités pourtant indéniables du show. La série aurait peut-être gagné en efficacité en se permettant d’être plus compacte, l’ambiance étouffante étant en l’état atténuée par l’ennui et les rouages éculés que propose le show au cours de son enquête.

C’est d’autant plus dommage qu’outre ses pertinents et excellents choix musicaux, son aspect fantastique, ainsi que son ambiance pesante imbibée de cauchemar, la série est portée par un excellent casting avec en tête Olivier Gourmet qu’on ne présente plus, Marine Vacth (Jeune & Jolie), et Marc Zinga (Bienvenue à Marly-Gomont). Si les personnages n’inspirent pas une énorme empathie, ils demeurent suffisamment intrigants de par leur écriture et leur interprétation pour les suivre et ressentir un minimum de crainte pour eux.

Difficile en ressortant de Moloch de dire ce que nous avons pensé du voyage. La proposition a des facettes positives et élaborées, malmenées par d’autres beaucoup plus poussives. Le ressenti tire vers un déséquilibre un peu trop guidé par l’ennui… La conclusion de la série est néanmoins réussie. Afin de ne pas spoiler nous ne rentrerons pas dans des révélations incongrues ; nous dirons simplement que les dernières minutes étaient plaisantes et davantage lumineuses et poétiques que le chemin de croix parcouru au milieu des ténèbres. A découvrir sur Arte ce soir, et disponible sur arte.tv jusqu’au 27 novembre 2020.

Crédits: Arte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s