Critiques

RATCHED (Critique Saison 1) Un ennui profond …

Comment l’infirmière Ratched est devenue au fil des années un monstre ? Cette série a pour but de le raconter, un meurtre à la fois…

De Vol au-dessus d’un nid de coucou de Milos Forman, on se souvient de Jack Nicholson, bien sûr, mais aussi de l’infirmière Ratched, figure tyrannique marquante : une méchante de cinéma comme il en existe peu, et qui aura connu nombre de références au fil des décennies (l’infirmière de Cloud Atlas jouée par Hugo Weaving notamment). Si le film et le roman dont il en est l’adaptation sont encore salués par la critique, nombre de personnes y ont également vu une vision faussée et pleine de stéréotypes des personnes atteintes de troubles mentaux, une représentation qui, encore aujourd’hui, peut porter à confusion.

Alors quand on entend que le troisième projet de Ryan Murphy tourne autour de l’infirmière Ratched, avec Sarah Paulson dans le rôle-titre, deux sentiments viennent à l’esprit : curiosité, et méfiance. Car les accueils de The Politician et Hollwyood, ses deux précédentes productions, ont été très partagés. Et si ses œuvres tiennent la route visuellement et que ses castings sont toujours impeccables, le reste a tendance à être d’une irrégularité folle, de manière frustrante et parfois rageante compte tenu des sujets abordés à chaque fois.

Ne faisons pas durer le suspense : Ratched souffre des mêmes maux que les deux œuvres citées plus haut. Prenant place en 1947, Ratched nous raconte donc l’histoire de Mildred, infirmière dévouée et mystérieuse qui manipule son monde pour être employée dans un asile où les méthodes du directeur, un peu trop en avance sur son époque, sont loin de faire l’unanimité. Alors même qu’un tueur de prêtres et que d’autres patients y sont enfermés, tout l’enjeu de la série est donc d’en savoir plus sur les intentions et la psychologie de Ratched. D’où lui vient son tempérament, sa froideur ?  Ce sont des questions auxquelles on ne voulait pas de réponses. Ratched garde sa réputation du fait qu’on ne sait pas grand-chose d’elle dans le film de Forman.

Alors pourquoi diable lui offrir cette préquelle ? On se doute que le rôle est du pain béni pour Sarah Paulson, qui passe de l’inoubliable Hannah dans American Horror Story – Aslyum (l’une des meilleures saisons de l’anthologie de Murphy) à un rôle complètement inverse. L’ironie de la situation n’a probablement échappé à personne et, très clairement, les thématiques se rapprochent d’Asylum, l’empathie pour les personnages en moins. Car l’autre gros problème de Ratched, ce sont ses tunnels de dialogue, pas finement écrits, de même que les situations parfois exagérées. Une lesbienne qui suggère d’aller manger des huîtres à une femme qu’elle veut séduire ? Le cliché est vu et revu, même si c’est l’occasion pour Cynthia Nixon de briller dans un rôle bien différent de celui de Sex and the City.

Il faut d’ailleurs bien l’admettre, l’histoire n’est pas spécialement passionnante et on s’en détache vite. Il faut alors compter sur le casting, mené par Paulson, Nixon, Finn Wittrock, et Sharon Stone, pour tenter de s’accrocher face à ce qu’on regarde. Ce n’est pas faute pour Murphy d’avoir des références solides : Hitchcock, Douglas Sirk, sont explicitement cités, pour récréer des ambiances bleues-vertes et rouges de toute beauté, même si ça relève plus de la copie que de l’hommage. Très bon point en revanche pour la reconstitution historique des costumes et décors, où l’on sent la plus-value Netflix comme sur Hollywood.

Mais même la plus belle reconstitution ne peut pas contrer le profond ennui ressenti devant Ratched, qui derrière son twist, ne cache finalement pas plus de choses que d’habitude pour Ryan Murphy. Quel intérêt à se cacher derrière le nom Ratched pour une histoire somme toute très déconnectée des enjeux de  Vol au-dessus d’un nid de coucou ? Si la réponse est évidente pour des raisons de marketing, le résultat final, lui, ne peut sembler que décevant.

Crédits: Netflix France

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s