Critiques Cinéma

THE CLIMB (Critique)

 SYNOPSIS: Kyle et Mike sont deux meilleurs amis aux tempéraments très différents mais dont l’amitié a toujours résisté aux épreuves de la vie. Jusqu’au jour où Mike couche avec la fiancée de Kyle… Alors que l’amitié qui les lie aurait dû être irrémédiablement rompue, un événement dramatique va les réunir à nouveau. 

Cela fait plus d’un an que The Climb a été reçu à la sélection Un Certain Regard du Festival de Cannes 2019, y recevant un bouche-à-oreille positif. Il s’agit du premier film de l’acteur Michael Angelo Covino, qui en plus d’être la vedette, en signe également le script avec son partenaire de jeu Kyle Marvin. Le long-métrage est une comédie dramatique sur fond de cyclisme et nous plonge dans l’intimité d’une amitié masculine qui évolue au fil des années et des déconvenues de chacun. Alors, est-ce que The Climb mérite que l’on monte sur son vélo pour le découvrir ? Abordant au premier abord une forme simpliste avec ce long plan-séquence d’introduction, The Climb joue le parti-pris de la sobriété pour dérouler son histoire en différentes tranches de vie sur plusieurs années. Elle commence en France, avec Michael (Covino, donc), avouant à son meilleur ami Kyle que sa fiancée le trompe avec lui, quelque temps à peine avant leur mariage. Le chaos s’ensuit et la fiancée française en question, jouée par Judith Godrèche, finit par choisir entre l’un des deux protagonistes… Avant de mourir, au bout de 15 minutes de film. Soit.


De cet événement traumatique, la relation entre les deux hommes va tenter de se réparer. La bonne idée de The Climb est de jouer sur un humour absurde et répétitif, nous faisant comprendre que la vie n’est un qu’un cycle destiné, inéluctablement, à se reproduire. Kyle retrouve l’amour dans les bras de la particulière Marissa (Gayle Rankin, sur une pente ascendante après ses rôles dans Perry Mason et Glow ces derniers temps), mais le film passe son temps à se demander si Michael ne va pas détruire cette union à son tour – évidemment, on vous gardera la surprise de ces festivités. Le problème, c’est qu’à force de centrer sa tendresse sur les personnages masculins, ce sont les personnages féminins qui finissent par prendre cher – et ce n’est pas de gaieté de cœur que l’on écrit cela. Tour à tour hystériques, inconsistantes, brutales, volages, elles feraient passer les erreurs de Michael pour de simples accidents de parcours auxquels on peut trouver des excuses. Kyle, lui, étant relativement épargné, si ce n’est sa mollesse générale qui passe pour un trait de caractère peu dangereux. Le proverbe « Bros before hoes » (« les amis avant les meufs », pour rester poli) a rarement autant été le credo d’un film, et si on respecte la vision de l’amitié défendue par ces deux amis dans la vraie vie, on aurait peut-être aimé plus de nuances pour les femmes de leur vie.


Outre ce problème d’écriture, il faut bien avouer que tel un cycliste bloqué dans un col de première catégorie, une fois l’heure de film passée, l’intrigue se tasse sur elle-même et s’englue dans un dialogue stérile entre tous ses personnages qui perd petit à petit de son intérêt. Le film tourne en rond, ne sachant plus quoi dire si ce n’est créer des rebondissements artificiels pour ajouter un semblant d’épaisseur aux personnages masculins, qui culmine dans une séquence sur une glace fragile qui rappelle celle de Little Women, mais en moins bien.  Largement vingt minutes auraient pu être coupées du montage sans que cela ne nuise à l’intrigue ou au rythme ; heureusement, The Climb a pour lui un final touchant, révélateur des problèmes du film malgré lui, mais parsemé d’une émotion touchante sur la manière dont les amitiés peuvent évoluer en dépit des épreuves. Pour conclure, si on ne passe pas un mauvais moment devant The Climb, celui-ci est tout de même trop long et parsemé de défauts et de figures féminines stéréotypées. Parler de l’amitié masculine et plus globalement de masculinité est un parti-pris très intéressant et en déconstruction permanente, mais le script de Covino et Markin loupe souvent le coche. On leur accordera tout de même le maillot blanc du meilleur jeune, pour encourager cette nouvelle génération d’artistes qui essaye de déconstruire la figure masculine à leur manière – rares sont les cyclistes qui gagnent une compétition dès leur première course cycliste, après tout.

Titre Original: THE CLIMB

Réalisé par: Michael Angelo Covino

Casting : Kyle Marvin, Michael Angelo Covino, Gayle Rankin …

Genre: Drame, Comédie

Sortie le: 29 juillet 2020

Distribué par: Metropolitan FilmExport

BIEN

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s