Summer Fever 2020

SUMMER FEVER 2020 : Une sélection cinéma préparée par la rédaction – Épisode 6

Durant tout l’été la rédaction va vous accompagner avec des sélections de films à voir et à revoir, des découvertes à faire, des curiosités à explorer, des films doudous à savourer, des blockbusters, des séries B voire même des nanars pour s’éclater… Un été cinéma même chez soi, pour que cette année particulière reste aussi celle de la célébration de cet art qu’on dit 7ème mais qui reste le premier dans nos cœurs.

ON CONNAIT LA CHANSON (1997)

SYNOPSIS: Suite à un malentendu, Camille s’éprend de Marc Duveyrier. Ce dernier, séduisant agent immobilier et patron de Simon, tente de vendre un appartement à Odile, la soeur de Camille. Odile est décidée à acheter cet appartement malgré la désapprobation muette de Claude, son mari. Celui-ci supporte mal la réapparition après de longues années d’absence de Nicolas, vieux complice d’Odile qui devient le confident de Simon. 

Après Smoking/No Smoking, Alain Resnais rempile avec les deux scénaristes et dramaturges Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri qui nous livrent de nouveau un scénario et des dialogues brillants. Le parti pris du film est d’incorporer en play-back des chansons francophones célèbres que tout le monde connait, allant des années 30 aux années 90. Le cinéaste explore ainsi la forme cinématographique tout en faisant un grand film populaire : le succès fut au rendez-vous avec près de 2,7 millions d’entrées en France et 7 César. On retient le casting incroyable avec les habitués du cinéaste (la trinité Sabine Azéma, André Dussolier, Pierre Arditi), auxquels s’ajoutent Bacri et Jaoui eux-mêmes, plus Lambert Wilson, et même Jane Birkin qui est très émouvante. Pour l’anecdote, la thèse de Jaoui « les chevaliers paysans de l’an mil au lac de Paladru » existe vraiment ! Constamment drôle (Dussolier et Ma gueule) et émouvant (Arditi et Je suis venu te dire que je m’en vais), ce film est une merveille de bout en bout et se (re)voit avec plaisir !



UN JOUR SANS FIN (1993)

SYNOPSIS: Phil Connors, journaliste à la télévision et responsable de la météo part faire son reportage annuel dans la bourgade de Punxsutawney où l’on fête le « Groundhog Day » : « Jour de la marmotte ». Dans l’impossibilité de rentrer chez lui ensuite à Pittsburgh pour cause d’intempéries il se voit forcé de passer une nuit de plus dans cette ville perdue. Réveillé très tôt le lendemain il constate que tout se produit exactement comme la veille et réalise qu’il est condamné à revivre indéfiniment la même journée, celle du 2 février… 

Il est 6h00, la radio s’allume sur I got you babe de Sonny & Cher, puis l’animateur s’exclame « Debout les campeurs ! […] On est le 2 février et c’est le jour de la marmotte ! ». Un air de déjà-vu peut-être ? C’est en tout cas ce que va vivre Bill Murray, coincé dans la même journée pour le pire et pour le meilleur, et surtout pour notre plus grand plaisir ! Cette comédie hilarante de feu Harold Ramis bénéfice d’un concept original et d’un scénario brillant tout en étant une belle réflexion sur le temps et la rédemption. On ne peut détacher nos yeux de Bill Murray tant son timing comique est incroyable ! Très certainement une date dans l’histoire du cinéma et considéré comme un classique aujourd’hui, le succès du film et son aspect culte sont tels qu’il a même été adapté en comédie musicale à Broadway il y a quelques années. Le concept a également été réutilisé ensuite par de nombreux films, dont les excellents Edge of tomorrow (2014) et Happy Birthdead (2017) ! A voir et à revoir et à revoir et à revoir et à revoir et à revoir… à l’infini !

L’ARNACOEUR (2010) 

SYNOPSIS: Votre fille sort avec un sale type ? Votre soeur s’est enlisée dans une relation passionnelle destructrice ? Aujourd’hui, il existe une solution radicale, elle s’appelle Alex. Son métier : briseur de couple professionnel. Sa méthode : la séduction. Sa mission : transformer n’importe quel petit ami en ex. Mais Alex a une éthique, il ne s’attaque qu’aux couples dont la femme est malheureuse.
Alors pourquoi accepter de briser un couple épanoui de riches trentenaires qui se marie dans une semaine ? 

En rendant un hommage appuyé au film culte Dirty Dancing (1987) d’Emile Ardolino mais également au merveilleux New-York-Miami (1934) de Frank Capra, le regretté Pascal Chaumeil nous embarque pour son premier long-métrage dans une excellente comédie romantique portée par l’incroyable Romain Duris. Il est secondé par les excellents Julie Ferrier, François Damiens, Vanessa Paradis et les fans de Love Actually et de The Walking Dead reconnaîtront même Andrew Lincoln ! Charmant, rythmé, hilarant, ce film n’est pas une arnaque mais bien un coup de cœur !


ZODIAC (2007)

SYNOPSIS: Zodiac, l’insaisissable tueur en série qui sévit à la fin des années 60 et répandit la terreur dans la région de San Francisco, fut le Jack l’Eventreur de l’Amérique. Prodigue en messages cryptés, il semait les indices comme autant de cailloux blancs, et prenait un malin plaisir à narguer la presse et la police. Il s’attribua une trentaine d’assassinats, mais fit bien d’autres dégâts collatéraux parmi ceux qui le traquèrent en vain.
Robert Graysmith, jeune et timide dessinateur de presse, n’avait ni l’expérience ni les relations de son brillant collègue Paul Avery, spécialiste des affaires criminelles au San Francisco Chronicle. Extérieur à l’enquête, il n’avait pas accès aux données et témoignages dont disposait le charismatique Inspecteur David Toschi et son méticuleux partenaire, l’Inspecteur William Armstrong. Le Zodiac n’en deviendrait pas moins l’affaire de sa vie, à laquelle il consacrerait dix ans d’efforts et deux ouvrages d’une vertigineuse précision… 

Après l’incroyable Se7en (1995), David Fincher se renouvelle et vient ajouter une nouvelle date dans l’histoire du thriller. En racontant l’enquête sur le tueur du Zodiaque qui terrorisa la Californie dans les années 60 et 70 (et qui marqua l’enfance du cinéaste), le long-métrage propose sur plus de deux heures et demi une investigation menée par trois personnages, soit trois points de vue différents (les excellents Jake Gyllenhaal, Mark Ruffalo et Robert Downey Jr.). Grâce à un énorme souci du détail, que ce soit via les documents, les vêtements ou les problèmes administratifs entre cantons, nous parvenons à nous sentir aussi investis que les personnages dans la découverte de l’identité du serial killer. Le suspense est au rendez-vous ainsi que l’horreur (les meurtres sont filmés de façon très froide). On vous garantit notamment que vous vous rappellerez d’une séquence dans un sous-sol ! L’un des grands mérites de Zodiac est ainsi de rendre son spectateur aussi obsédé par l’enquête que le sont ses personnages, et c’est immense. Chef d’œuvre absolu à voir et à revoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s