Critiques Cinéma

DE L’OR POUR LES BRAVES (Critique)

SYNOPSIS: En 1944, près de Nancy, un colonel allemand est capturé par le lieutenant américain Kelly. Découvrant que son prisonnier est en possession de deux lingots d’or, il lui fait subir un interrogatoire au terme duquel sa victime fait une incroyable révélation : dans une banque à quelques 40 kilomètres de la ligne de front, les Allemands disposent d’un trésor de 16 millions de dollars… Kelly n’a alors plus qu’une idée en tête : s’en emparer, lui et ses hommes, pour leur propre compte. 

Deux ans après Quand les aigles attaquent avec Richard Burton sorti en 1968, Clint Eastwood retrouve le réalisateur Brian G. Hutton pour De l’or pour les braves. Eastwood délaisse son genre favori le western qui l’a starisé durant les années 60 pour ces deux longs-métrages. Les deux récits prennent place durant la Seconde Guerre Mondiale et là où Quand les aigles attaquent ajoutait une bonne dose d’espionnage, De l’or pour les Braves est un pur film de guerre. Le réalisateur mise clairement sur son casting trois étoiles (Eastwood, Savalas, Sutherland) pour rééditer le succès rencontré par Quand les aigles attaquent. Malheureusement le film ne rencontra pas le succès public et critique escompté et on peut comprendre pourquoi.



En visionnant ce long-métrage de Brian G. Hutton, on a vaguement l’impression de se retrouver dans un Avengers. Tout est assez superficiel dans ce film de guerre qui empile les scènes d’actions en délaissant les personnages et où aucun enjeu dramatique vient contrecarrer le plan initial. Vendu comme un film subversif, on sera vraiment tenté de sourire au regard de la vision de cette production. Pour ajouter à ce constat, on tentera dès le générique de fin de se souvenir de certaines scènes marquantes mais notre cerveau en totale pilotage automatique durant le visionnage nous trahira lourdement. On suit durant ces un peu moins de 2h30 (encore un point commun avec le MCU) l’ex-lieutenant Kelly (Clint Eastwood) qui décide de monter une opération pour récupérer une énorme réserve de lingots d’or alors aux mains des allemands. Il sera accompagné dans cette mission par le sergent Joe (Telly Savalas) et le fantasque Oddball (Donald Sutherland). L’idée stupide de départ de ce récit est donc qu’en pleine guerre mondiale, des militaires américains n’ont qu’un seul but : récupérer des lingots d’or. Voilà à quoi sont réduits ces soldats qui ne sont là que pour l’appât du gain.



Forcément au vu du synopsis, les scénaristes ne vont pas avoir une approche freudienne sur la psychologie des personnages et cela va se ressentir sur la qualité de l’interprétation des comédiens. A notre plus grande tristesse, on a rarement vu Eastwood aussi transparent dans un film. Il n’aura qu’une, voire deux expressions de visages au cours de cet interminable récit. On se rend également compte et ce n’est pas commun qu’Eastwood partage beaucoup l’écran avec les différents personnages. Le titre français serait pour une fois un peu plus révélateur que son titre original Kelly’s Heroes. En effet, chaque héros est mis en avant au même titre que Kelly. Savalas joue ce rude sergent qui ne fait qu’hurler, ce sera d’ailleurs son seul arc narratif. Sutherland ne se dépêtrera pas de son air jovial tout le long du récit en faisant des blagues pas très drôles. Enfin Don Rickles joue l’influenceur qui organise l’opération. On ne sait pas grand-chose d’eux au départ et les différentes scènes postérieures ne nous permettront pas d’approfondir leur vécu.



Hutton met donc le paquet sur différentes scènes d’action qui ne sont au demeurant pas désagréables à regarder même si elle manquent d’énergie. A l’image du scénario, la mise en scène ne restera pas dans les mémoires, Hutton n’a d’ailleurs jamais été très reconnu pour son travail.. L’histoire dit que John Landis aurait filé un petit coup de main à Hutton pour la réalisation de ce film même si ce dernier n’est pas mentionné. On peut penser que le film se voulait assez léger connaissant Landis mais on ne saura jamais trop sur quel pied danser avec ce long-métrage finalement assez peu inspiré. On retiendra tout de même quelques idées par ci par là qui sont relativement bien vues notamment avec ce colonel arriviste qui en prenant connaissance de l’opération menée par Kelly, veut à tout prix y être associé. Il y voit l’opportunité de briller auprès de sa hiérarchie. C’est peut-être le seul côté un tant soit peu subversif du long-métrage qui fonctionne même si ce n’est pas fait très finement car Hutton utilise la gaudriole à de trop nombreuses reprises pour qualifier ce colonel. Mais on peut effectivement imaginer que lors de n’importe quel conflit, chaque chef tente de tirer la couverture du succès à soi. C’est donc un des rares moments où le spectateur s’interrogera sur ce qu’il voit à l’écran. Le reste sera regardé avec un ennui poli.

Titre Original: KELLY’S HEROES

Réalisé par: Brian G. Hutton

Casting : Clint Eastwood, Telly Savalas, Donald Sutherland  …

Genre: Guerre, Aventure, Comédie

Sortie le: 26 février 1971

Distribué par: –

PAS GÉNIAL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s