Critiques

RUN (Critique Saison 1 Episodes 1×01 – 1×05) Décevant coup d’épée dans l’eau…

SYNOPSIS: L’histoire de deux anciens amants qui, 15 ans auparavant, ont fait un pacte. Un pacte où ils s’engageaient à disparaître ensemble si jamais l’un d’entre eux, ayant besoin de s’échapper de sa vie, avait envoyé ce simple et unique texto disant : « RUN ».

Depuis l’éblouissant succès de Fleabag, la scénariste britannique Phoebe Waller-Bridge est devenue une femme très occupée. Entre la délégation à l’une de ses camarades d’écriture des nouvelles saisons de Killing Eve, et son rôle de script-doctor sur le prochain James Bond, la pop-culture actuelle ne peut plus se passer de son écriture acérée et vive, aux personnages féminins complexes, faillibles mais épatants. L’une de ses autres partenaires, Vicky Jones, a décidé de passer le cap supérieur de la salle des scénaristes, et de concevoir une série, Run. Un format de 30 minutes, en 7 épisodes, auquel Waller-Bridge apporte sa patte de productrice exécutive, et qui officie désormais sur la prestigieuse chaîne du câble américain HBO.

Comment résumer Run ? Dure question. Disons, pour ne pas spoiler l’intégralité des cinq épisodes mis à disposition de la presse qu’il s’agit de la fuite d’une femme, Ruby, avec son ex, Billy. Conséquence étonnante d’un pacte tissé entre les anciens amants il y a près de quinze ans, et qui se voit déclenché par un événement qui a mal tourné dans la vie de Billy. Dit comme ça, on croirait un pitch de comédie romantique qui tournerait mal. Et c’est exactement ça, au final. Commençant par des retrouvailles aux tons vite insolents et séducteurs entre l’ancien couple, Run bascule vite dans une dimension plus thriller qui, d’entrée, ne convainc pas du tout.

Si l’on ne peut s’empêcher de penser à La Mort aux Trousses d’Hitchcock dans sa manière de mettre en scène le désir de deux protagonistes dans un espace exigu comme un train, Run part vite dans un numéro d’équilibriste qui ne repose sur pas grand-chose, puisque, comme Ruby, on ignore bien trop de choses au sujet de Billy. Si la situation se décante dès l’épisode 3 qui rassemble les pièces d’un puzzle qui se donne du mal pour être difficile sans raison valable, il faut du coup subir une bonne heure de télévision avec les deux premiers épisodes mis bout à bout et qui ne racontent pas grand-chose. Erreur fatale quand on sait que sept épisodes, ça passe vite. Heureusement pour la série, si elle ne peut compter sur un scénario parfois brouillon, elle a pour elle deux atouts de luxe : son duo, composé de Domnhall Gleeson et Merritt Weaver, qui jouent ces anciens amoureux toujours transis (ou pas?) l’un pour l’autre. Weaver, surtout, compose un rôle craquant, perdue entre être une mère-courage qui abandonne spontanément sa famille, et sa nature d’amante, d’amoureuse, qui lui manque et qu’elle retrouve avec Billy. Et si ce dernier est un personnage bien moins intéressant que Ruby, Gleeson le joue à la perfection. Son alchimie romantique avec Weaver fait mouche à chaque réplique, faisant patiemment attendre le spectateur une réunion charnelle qu’on sait inévitable… Même si on vous laisse le suspense de savoir si cela finit par se produire ou non.

On aurait aimé que Run vire 100% comédie romantique mais ce n’est malheureusement pas le cas. Décevant coup d’épée dans l’eau de la part de Vicky Jones, la série jongle entre trop de genres différents pour finalement accoucher d’une souris en manque de sexe (on ne blâme pas, promis). Reste une idée intéressante, quasiment écrite et réalisée (avec panache) que par des femmes ; une volonté des plus louables et qu’on salue sans réserve. Reste qu’on espère que le prochain arrêt de la carrière de Jones sera plus maitrisé.

Crédits: HBO / OCS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s