Critiques Cinéma

POKEMON: MEWTWO CONTRE-ATTAQUE – EVOLUTION (Critique)

SYNOPSIS: Après avoir accepté l’invitation d’un mystérieux dresseur, Sacha, Ondine et Pierre font la connaissance de Mewtwo, un Pokémon créé de toutes pièces et prêt à en découdre…

Depuis quelques temps la licence Pokemon semble tiraillée entre se réinventer et rester accrochée au passé. Enfin pas si tiraillée que ça puisque malgré les changements visuels, les nouveaux compagnons de Sacha, et l’aspect reboot de chaque nouvelle génération, il est devenu évident que les personnages historiques de la série ne disparaîtraient pas de si tôt. Ainsi Ondine et Pierre sont réapparus dans le cycle Soleil & Lune, et Pokemon, le film : Je te choisis ! est sorti en 2017. Ce dernier était une compilation et réinvention (ou plutôt dénaturation) en 1h35 des grandes heures de la série, lorsque Sacha obtient Pikachu et commence son aventure avec en tête l’objectif ultime d’affronter la Ligue Indigo pour un résultat totalement haché, décousu et dénué d’émotions. Le studio enfonce le clou avec un remake du tout premier film Pokemon sorti en 1998, connu de toute une génération de petits devenus de grands enfants. La bande annonce nous laissait songeurs : les graphismes s’avéraient très déstabilisants, et le film semblait être un remake presque plan par plan du film original (ce qui est le cas). Dès lors hormis surfer sur la nostalgie via un coup d’éclat marketing, nous pouvions nous interroger sur le but de la démarche qui ne se revendiquait pas spécialement artistique ou créative. L’opportunité pour nous, tandis que ledit remake vient tout juste de débouler sur Netflix, de revenir par la même occasion sur l’état de la licence Pokemon en dessin animé.



Étonnamment après plus de 1000 épisodes au compteur, la série Pokemon a toujours le fameux Sacha comme personnage principal, l’animé n’ayant jamais réussi à prendre le risque de se rebooter en bonne et due forme. Ainsi à chaque nouvelle génération Sacha atterri dans une nouvelle région, et malgré les années écoulées redevient bête à manger du foin en se souvenant à peine de comment procéder afin d’attraper un Pokemon (l’occasion de revoir les bases de la capture), puis il fait la rencontre de nouveaux compagnons, dans l’optique d’aller affronter une nouvelle ligue Pokemon. D’ailleurs profitons de ce papier pour le féliciter d’avoir enfin récemment gagné une ligue Pokemon plus de 20 ans après avoir commencé son voyage initiatique (nous passerons sous silence la Ligue Orange, véritable ligue bouche-trou sans aucune forme d’importance). En dehors de la série principale, seules quelques séries dérivées et éphémères ont vu le jour (notamment les OAV regroupés dans la mini-série Pokémon Chronicles, les épisodes Pokémon : Donjon mystère, la série Pokémon Générations, la courte Pokémon : Les origines, ou même très récemment Pokémon : Ailes du crépuscule…de simples gâteaux apéritifs à côté du mastodonte qu’est la série historique). Et si Sacha est effectivement très ancien, il y a fort à parier que c’est plutôt de son Pikachu, véritable mascotte depuis plus de vingt-ans, dont les producteurs ne veulent pas se séparer (en témoigne d’ailleurs le premier film live Detective Pikachu). Dès lors la série originale continue son petit bonhomme de chemin, parfois avec l’âme d’une nouvelle série, mais toujours en regardant vers le passé qui refait surface de temps à autre (la timeline a beau n’avoir plus aucune sorte de cohérence depuis longtemps, l’animé reste sans cesse une continuité). Mewtwo contre-attaque – Evolution illustre une fois de plus cette incapacité ou cette absence de volonté pour Pokemon de se réinventer en dessin animé malgré les possibilités offertes par l’univers.


Et donc ça vaut quoi ? Côté scénario c’est simple, le film est identique au précédent, c’est donc la même histoire que nous jugerons ici, le tout avec la subjectivité de la nostalgie qui a un peu embrumé nos souvenirs. Les films Pokemon n’ont jamais été grand-chose d’autre que des produits dérivés (ils ne sont pas canon de l’animé, hormis peut-être ce premier film justement, et sont surtout des épisodes XXL sans grand intérêt à base de Pokemons légendaires balancés pêle-mêle) et le tout premier volet n’échappe pas vraiment à la règle. Enfin si un peu quand même. C’est sans doute le plus emblématique : car c’est le premier, parce qu’il a marqué toute une génération, et parce qu’à l’époque les films Pokemon sortaient encore (en France du moins) au cinéma de façon accessible. C’est une époque qui nous rappelle la première saison, les cartes à collectionner et les albums Panini. L’histoire en-elle-même est des plus classiques : Sacha doit se rendre avec ses amis sur une île afin de participer à un mystérieux tournoi en compagnie des supposés meilleurs dresseurs du moment, tournoi orchestré dans l’ombre par le célèbre Mewtwo que nous ne présentons plus. L’occasion pour Sacha et ses amis de se battre pour l’amitié et l’amour des Pokemons car Mewtwo ne les a pas invités pour enfiler des perles. Malgré le remix (raté) du célèbre générique « Un jour je serai le meilleur dresseur » en guise d’opening credits, des moments assez mièvres et une histoire sans grande surprise, Pokemon : Mewtwo contre-attaque – Evolution est un divertissement tout à fait honorable, comme l’était son prédécesseur (donc le film original). En même temps les films sont identiques. L’occasion de croiser beaucoup de Pokemons différents, de nouveaux personnages (qui ne resteront pas dans les annales) mais également les fameux Mew et Mewtwo, le tout dans un scénario qui n’est certes pas très élaboré mais a le mérite d’être construit et cohérent, tout en faisant beaucoup moins gadget que les films qui ont suivi (d’ailleurs il n’est pas trop tard pour vous conseiller le méconnu Le Retour de Mewtwo qui est pourtant la suite directe de ce premier volet). Visuellement parlant les photos en témoignent en partie : on aime ou on n’aime pas. Nous étions très réfractaires face à ce choix de textures très lissées, un peu dénuées d’âme mais une fois le temps d’adaptation passé et même si le charme du dessin animé originel demeurera supérieur à ce remake, nous ne pouvons pas dire que le film ait été désagréable à visionner, loin de là. De surcroît nous préférons largement une démarche comme celle de ce remake, plutôt que la dénaturation scénaristique douteuse et sans queue ni tête d’un Pokemon: Je te choisis ! en 2017. Cerise sur le gâteau, les doubleurs principaux sont tous de retour.


S’il n’y a pas de plus-value à regarder ce Mewtwo contre-attaque – Evolution pour ceux qui ont grandi avec le film originel, nul doute que les nouvelles générations sauront y trouver leur compte avec une forme remise au goût du jour, et un scénario finalement assez intemporel. Nul doute non plus que cette ressortie, totalement marketing, n’aura pas le même impact dans les mémoires que le film initial qui aura mis des étoiles dans les yeux d’une génération d’enfants qui entre deux tours de vélos s’échangeait des pokemons sur la game boy avec leur câble link. Le passé est toujours savoureux mais espérons tout de même qu’un jour la licence Pokemon saura enfin aller de l’avant et choisir dans quelle direction elle s’engage… même si nous ne boudons pas notre plaisir, nous fans de la première heure, à constater que l’animé nous garde une petite place dans son cœur malgré ses mutations permanentes pour s’adapter aux générations d’aujourd’hui.

Titre Original: GEKIJÔ-BAN POKETTO MONSUTÂ – MYÛTSÛ NO GYAKUSHÛ EVOLUTION

Réalisé par: Motonori Sakakibara, Tetsuo Yajima, Kunihiko Yuyama

Casting : Rikako Aikawa, Ikue Ôtani, Sarah Natochenny …

Genre: Animation, Aventure

Sortie le:  27 Février 2020

Distribué par: Netflix France

BIEN

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s