Critique Blu-Ray

VOYAGE A DEUX (Critique)

SYNOPSIS: Elle étudie la musique, lui l’architecture. Elle est espiègle, d’une beauté lumineuse et novice en amour. Il est arrogant, d’un naturel déconcertant et coureur de jupons. Leur première rencontre est peu probante mais le hasard en a décidé autrement. Joanna et Mark se recroisent et tombent amoureux. Le mariage, un enfant, la réussite. Des années plus tard, de disputes en trahisons, les choses ont changé. De retour sur la Côte d’Azur, leurs escapades passées défilent. Ils se souviennent à quel point ils étaient passionnés, complices et insouciants… Leurs chemins peuvent-ils se séparer ?

Stanley Donen, qui a réalisé beaucoup d’immenses films, dont Chantons sous la pluie (Singin’ in the rain, 1954) avec son comparse Gene Kelly, ou encore Drôle de frimousse (Funny Face, 1957) et Charade (1963) tous deux avec Audrey Hepburn, nous donne ici son film le plus profond, et peut-être le plus original dans sa forme. Le long-métrage est à la fois très ancré dans son époque, les années 50 et 60 : via la mode avec différents créateurs que ce soit Paco Rabane avec la fameuse robe faite de cercles argentés que porte Audrey Hepburn lors de la fête ou Mary Quant notamment avec la mini-jupe, via les différentes voitures utilisées (Alfa Roméo, Mercedes etc.) ou l’ambiance Swinging London qui est présente tout le long du film et se téléporte en particulier dans une villa à Saint Tropez. Les couleurs vives font aussi ressortir les costumes et cette atmosphère. Mais Voyage à deux reste également un portrait d’une justesse rare sur un amour qui s’effiloche, sur un mariage en perdition, sur l’érosion d’un couple. En effet, le montage non-chronologique est très original (et considéré comme quasi-expérimental à l’époque de sa sortie) : en traversant la France du Nord au Sud en voiture, un couple marié revient sur ses 12 ans de relation, relatant dans le désordre les épisodes marquants de son histoire à travers le même voyage effectué à différents moments.

C’est l’histoire du crépuscule d’un amour mais aussi celui de la carrière d’Audrey Hepburn. En effet, c’est son dernier grand rôle (et le troisième film qu’elle tourne avec Stanley Donen), puisqu’elle se retire des plateaux de cinéma après ce film et Seule dans la nuit (1967) pour se consacrer à sa famille. Par la suite, elle reviendra exceptionnellement dans quelques longs-métrages, notamment La Rose et la flèche (Robin and Marian) en 1976 de Richard Lester avec Sean Connery (en Marianne et Robin des bois vieillissants), et Always de Steven Spielberg en 1989 qui sera son dernier rôle (un ange). Elle est absolument merveilleuse ici. Face à elle, Albert Finney campe un bon vivant joyeux et blagueur. L’acteur, décédé en 2019, était au début de sa carrière (c’était seulement son sixième film) et venait de tourner la comédie à succès Tom Jones (1963) de Tony Richardson. Il campa par la suite Hercule Poirot dans Le crime de l’Orient Express (1974) puis le patriarche dans 7h58 ce samedi-là (Before the devil knows you’re dead, 2007), deux films de Sidney Lumet. Il restera dans toutes les mémoires pour ses rôles dans Big Fish (2003) de Tim Burton, et surtout en tant qu’avocat dans Erin Brokovich (2000) de Steven Soderbergh. L’alchimie des deux acteurs est fascinante dans ce film, leur naturel est magique et rend leurs personnages et leur relation particulièrement profonds et attachants pour le spectateur.

Sur la très belle musique de Henry Mancini (compositeur de Diamants sur canapé (Breakfast at Tiffany’s, 1961), avec Audrey Hepburn !), dont c’était le score préféré, les routes de France et leurs paysages défilent : le Château de Chantilly, Paris, Nice, la Côte d’Azur, l’Oise et la Drôme deviennent un sommet de romantisme et de mélancolie mais agissent aussi comme métaphore d’un processus de mémoire d’épisodes importants et donc du bilan d’une relation. Les personnages se repassent ainsi littéralement le film de leur relation en refaisant un trajet qu’ils ont déjà fait plusieurs fois auparavant. Le titre prend alors tout son sens.  Voyage à deux est un trajet géographique que font les personnages mais c’est aussi une métaphore du couple : le mariage est un voyage à deux, on est préparé mais il y aura des tournants, des virages, des hauts et des bas… Le titre original est similaire : Two for the road est également la métaphore de la route à deux à faire dans un mariage. On ne sait pas où va cette route et comment elle sera, mais on fait le voyage ensemble.

Le scénariste Frederic Raphael, qui venait d’obtenir l’Oscar du Meilleur scénario pour Darling de John Schlesinger (1965), fut de nouveau nommé pour la même récompense pour ce film. Il adapta le roman de Thomas Hardy Loin de la foule déchaînée la même année pour Schlesinger, et continua son exploration du mariage en écrivant Eyes Wide Shut (1999) avec Stanley Kubrick, dont on peut trouver quelques similitudes avec Voyage à deux. La mise en scène de Donen est parfaite : sans effet, elle arrive à capter quelque chose d’universel, et qui résonne encore aujourd’hui : l’histoire d’un couple. Sa folle modernité dans sa construction narrative, son ton entre fougue et mélancolie, et sa justesse incroyable dans son traitement du rapport amoureux et marital font de Voyage à deux un chef-d’œuvre absolu à voir et à revoir. D’une certaine façon, ce long-métrage est sans doute l’influence majeure d’un autre grand film, notamment dans son montage non-chronologique et sa description tout en nuances d’une relation amoureuse : (500) jours ensemble ((500) days of Summer, 2009) de Marc Webb, avec Joseph Gordon-Levitt et Zooey Deschanel. On vous recommande donc fortement cet immense film un peu oublié dans la très riche et musicale filmographie de Stanley Donen : ce Voyage à deux sur les routes de France est un sommet de cinéma avec deux acteurs magiques !

DÉTAIL DES SUPPLÉMENTS:

COMPLÉMENTS Édition Collector limitée (2000 ex.) :

– Commentaire audio du réalisateur Stanley Donen

Carnets de route : le scénariste Frederic Raphael raconte l’écriture (36’)

La Fin du voyage : Sean Hepburn Ferrer parle de l’expérience de sa mère Audrey Hepburn sur le tournage (16’)

La Mode et le Style : la chef-costumière Sophie Rochas se souvient du tournage (29’)

Récit de voyage : retour en images sur la carrière de Stanley Donen (5’)

Virages de modes : la garde-robe d’Audrey Hepburn dans Voyage à deux (11’)

+ Fragments d’un transport amoureux, le guide illustré sur la genèse et le tournage du film par les historiens du cinéma Adrienne Boutang et Marc Frelin (200 pages) + 6 cartes postales exclusives

Titre original: TWO FOR THE ROAD

Réalisé par : Stanley Donen

Casting : Audrey Hepburn, Albert Finney, Eleanor Bron …

Genre: Romance, Comédie dramatique

Sortie le: 11 mars 2020 en Édition limitée Blu-ray+DVD+Livre, Blu-ray & DVD

Distribué par : Wild Side Video

5 STARS CHEF D'OEUVRE

CHEF-D’ŒUVRE

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s