Critiques

LOCKE & KEY (Critique Saison 1) Trop ennuyeuse et dénuée d’identité…

SYNOPSIS: Après le meurtre de leur père dans d’étranges circonstances, les frères et sœurs Locke emménagent avec leur mère à Keyhouse, leur maison ancestrale, où ils découvrent des clés magiques potentiellement liées à la mort de leur père.  Alors que les enfants Locke explorent les pouvoirs uniques de ces clés, un mystérieux démon s’éveille et ne reculera devant rien pour les leur voler.

C’est une arlésienne d’adaptation qui voit enfin le jour en ce mois de février. En développement depuis plus de dix ans, et passée entre beaucoup, beaucoup de mains et de chaînes dont CBS, la saga de comics-books Locke and Key signée Joe Hill (fils de Stephen King) et Gabriel Rodriguez arrive enfin sur Netflix, chapeautée par Carlton Cuse et Joe Hill lui-même. Après le succès l’an dernier d’Umbrella Academy, cette nouvelle adaptation a-t-elle ce qu’il faut pour séduire son public ? Débutant dans la ville de Matheson (hommage à Richard Matheson, célèbre auteur de science-fiction), Locke and Key débute comme un drama familial d’une famille brisée par le décès du papa, assassiné par l’un de ses élèves quelques mois plus tôt. Ayant hérité d’une bâtisse, la famille Locke va donc essayer de reconstruire une nouvelle vie. Sauf que des évènements surnaturels prennent vite place, impliquant les trois enfants et leur mère… On aurait aimé faire preuve d’indulgence envers la série, vue la structure compliquée des comics, leur complexité. Mais il faut vite se rendre à l’évidence, la série Locke and Key n’est pas bonne du tout.

Dès le pilote, les problèmes se présentent : le casting est aux fraises, le rythme mollasson, et on a la nette impression d’avoir déjà vu le même style de séries sur Netflix. Entre bande-son omniprésente, introduction pas subtile pour un sou, et mise en scène peu inspirée, c’est comme si la plateforme présentait une nouvelle version d’une série déjà sortie il y a dix ans. C’est d’autant plus dommage qu’on connaît l’implication de Joe Hill sur le projet. Si Alexandre Aja avait proposé un drôle de film pas inintéressant avec son adaptation du roman de Hill Horns, ici le ton change radicalement, passant de l’horreur au surnaturel gentillet, créant une tension artificielle à laquelle on ne croit jamais.

Ajoutez à cela des personnages têtes à claques, prototypes adolescents aux amourettes inintéressantes et à l’intelligence aussi limitée que celle d’une limace sous LSD. On exagère à peine en disant que la série s’adresse aux adolescents, et pourtant cette tranche d’âge mérite de meilleures séries, avec des thématiques bien mieux abordées. Quant à la partie adulte, si on l’avait adorée dans Scandal, Darby Stanchfield est ici insipide, peu aidée par des dialogues bateaux l’enfermant dans un rôle de maman stéréotypée.

Tout juste sauvera-t-on tout le thème du deuil, au cœur de la bande-dessinée et à nouveau présente ici. Quelques scènes illustrant le traumatisme arrivent à fonctionner, même si leur incrustation peut sembler forcée voire complètement absurde (renverser une bassine de sang sur la tête de l’héroïne pour les besoins d’un film étudiant, vraiment ?). Une mélancolie émane de la tristesse des personnages qu’on aurait aimé voir plus développée. Car au-delà des aventures quotidiennes des deux adolescents, toute la partie des clés, au cœur de la série, est très pauvre visuellement, pas aidée par Bode, le cadet de la famille, que ses frangins persistent à ne pas croire pendant une bonne partie de la série. Bref, vous l’aurez compris, le constat n’est pas bon du tout pour Locke and Key qui se mue vite en une série trop ennuyeuse et dénuée d’identité pour y trouver le moindre intérêt. Plutôt que de vous recommander ces dix épisodes, on préfère vous diriger vers les comics, disponibles chez HiComics en France.

Crédits: Netflix

1 réponse »

  1. J’ai pour l’instant vu les deux premiers épisodes. Et sans crier au chef-d’oeuvre, je ne suis pas du tout d’accord. C’est clairement une série pour public jeune, ce n’est pas au niveau d’un « The haunting of Hill House » mais ça se regarde vraiment avec plaisir.
    Et je ne prétendrai malheureusement pas faire partie du public jeune ciblé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s