Critiques Cinéma

QUEEN & SLIM (Critique)

SYNOPSIS: En Ohio à la suite d’un rendez-vous amoureux, deux jeunes afroaméricains qui se rencontrent pour la première fois, sont arrêtés pour une infraction mineure au Code de la route. La situation dégénère, de manière aussi soudaine que tragiquement banale, quand le jeune homme abat en position de légitime défense le policier blanc qui les a arrêtés. Sur la route, ces deux fugitifs malgré eux vont apprendre à se découvrir l’un l’autre dans des circonstances si extrêmes et désespérées que va naître un amour sincère et puissant révélant le coeur de l’humanité qu’ils partagent et qui va changer le reste de leurs vies.

On connaît surtout l’actrice et activiste Lena Waithe pour son rôle dans Master of None, où elle jouait la meilleure amie lesbienne du héros incarné par Aziz Ansari. En deux courtes saisons, son personnage était devenu une incontournable figure queer et noire – bien aidée par l’écriture de Waithe elle-même qui avait entre autres écrit son magnifique épisode en forme de coming-out intitulé Thanksgiving. Depuis la fin de la série, Waithe a davantage affirmé son activisme intersectionnel ; une femme noire et queer, malgré les récompenses prestigieuses, cela ne court toujours pas les rues en 2020. Le film Queen & Slim, en salles mercredi, est son premier grand plongeon en tant que scénariste dans une œuvre cinématographique. Mais que vaut cette échappée en forme de Bonnie & Clyde contemporain dans une Amérique gangrénée par Black Lives Matter et les bavures policières racistes ? La bonne idée de Lena Waithe, également productrice, est de s’être entourée d’une femme noire pour raconter cette histoire d’amour sur fond de racisme. En faisant appel à Melina Matsoukas, réalisatrice de clips, entre autres pour Beyoncé, il y avait une garantie de raconter une histoire sans biais maladroit, comme cela a pu arriver ces dernières années (Detroit, Green Book…). Le résultat final ressemble effectivement à sa scénariste et à sa réalisatrice : sans compromis, esthétisé, et bourré de références à la pop-culture et au cinéma de ces dernières décennies.

Commençant sur un banal rendez-vous amoureux qui se finit en queue-de-poisson entre un homme et une femme qui ne se connaissent guère, Queen & Slim entre en dix minutes de film dans une dimension plus sanglante puisqu’une bavure policière mène à un crime. Queen et Slim deviennent des fugitifs tentant de fuir la police tandis qu’ils tombent fatalement amoureux l’un de l’autre. Si vous êtes intelligents, vous aurez sans doute deviné la fin de leur virée dans l’Amérique de 2020. Ce qui fera que les deux heures précédentes vous paraîtront, malheureusement, très très longues. Car en dépit de cette introduction qui fait rapidement monter la tension, Queen & Slim se révèle avant tout très plat, et beaucoup trop long pour ce qu’il raconte. Accumulant les étapes sans grand intérêt, si ce n’est par exemple des virées insolites chez, par exemple, les personnages joués par Chloé Sevigny ou Flea des Red Hot Chili Peppers, Le film pêche par son rythme qu’on devine volontairement étiré comme pour mettre en exergue la longueur pourtant dérisoire de cette fuite de six jours.

Le problème se situe avant tout dans l’écriture de Lena Waithe : écrire pour un épisode de série de 30 minutes n’est pas la même chose que le faire pour un film de 2h10 ! En rallongeant artificiellement les scènes, en ajoutant une pelle de personnages secondaires au final inutiles et peu mémorables, le film s’embourbe là où on aurait espéré un peu plus de moments entre Queen et Slim, dont l’histoire d’amour convainc grâce à la grâce et au magnétisme de ses deux interprètes. Car le film, au final, est bel et bien porté par la fougue de ses anti-héros, symboles malgré eux du racisme ordinaire qui leur coûtera leur quotidien sans histoire. Si on connaissait le talent de Daniel Kaluuya, la révélation ici est surtout Jodie Turner-Smith, magnifique personnage féminin à la métamorphose fascinante ici. Oui, ce sont bien ces deux-là, et la bande-originale du film, qui sauvent Queen & Slim de l’ennui intégral. Pour autant, on a envie de voir quelles histoires Melina Matsoukas pourrait filmer à l’avenir. Le script de Waithe est définitivement trop faible pour elle, mais sa mise en scène soignée et précise, en fait une future réalisatrice à suivre…

Titre Original: QUEEN & SLIM

Réalisé par: Melina Matsoukas

Casting : Daniel Kaluuya, Jodie Turner-Smith, Bokeem Woodbine …

Genre: Thriller, Drame

Sortie le: 12 février 2020

Distribué par: Universal Pictures International France

PAS GÉNIAL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s