Critiques Cinéma

CATS (Critique)

SYNOPSIS: L’adaptation de la comédie musicale Cats. Une fois par an au cours d’une nuit extraordinaire, les Jellicle Cats se réunissent pour leur grand bal. Leur chef, Deuteronome, choisit celui qui pourra entrer au paradis de la Jellicosphère pour renaître dans une toute nouvelle vie.  

Peu de films auront eu un bad buzz aussi impressionnant que Cats en cette fin 2019. Si la première bande-annonce dévoilée pendant le Comic-Con de San Diego l’été dernier avait déjà provoqué la stupeur et l’hallucination générale, les premiers retours des projections étaient absolument assassins, ne laissant aucune chance à cette adaptation du musical d’Andrew Lloyd Weber, qui se joue depuis près de 30 ans à Broadway et partout dans le monde. Dirigé par Tom Hooper, déjà responsable du musical Les Misérables en 2013, et accompagné d’une distribution mêlant vieille garde et stars hollywoodiennes toutes fraîches, on avait quand même envie de constater l’ampleur des dégâts qui coûteront selon les premières estimations au moins 70 millions de dollars de pertes à Universal…

L’histoire de Cats est simple comme tout : Victoria est un jeune chat errant dans les rues de Londres, trouvant refuge auprès d’une bande de chats en route pour le Jellicle Ball. Véritable concours de talents, ce bal a pour but de choisir un chat chanceux qui pourra accéder à une toute nouvelle vie. En gros, on va assister à un concours où tous les chats veulent mourir pour aller au paradis. Dit comme ça, c’est bizarre. Après visionnage du résultat final, on est navrés d’annoncer que ça ne va pas vraiment mieux. Evacuons d’emblée le plus gros point noir du film : oui, le mélange de CGI et de costumes est hideux. On se demande qui a pu valider la fusion entre les deux. D’autant que sur scène, il s’agit simplement de comédiens déguisés en chats, de manière certes enfantine mais finalement bien plus convaincante que ce mix improbable et désastreux entre une queue numérique, une fourrure numérique et un visage humain parsemé de moustaches. Ce désastre est d’ailleurs sans fin puisqu’Universal a dû renvoyer une nouvelle copie du film aux cinémas. Si vous avez eu le courage de voir ce film et de constater comme la personne qui écrit ces lignes que c’était bizarre de voir Judi Dench avec ses mains humaines et son alliance de mariage (véridique), sachez donc que vous avez eu accès à la version non-terminée, puisque le nouveau montage corrige les mains et autres parties corporelles des acteurs qui n’ont pu être terminées dans les temps.

Alors on aurait pu se dire que certes, visuellement, ça ne tenait pas la route, et qu’au moins, Tom Hooper aurait retenu quelque chose de sa terrible mise en scène des Misérables ? En partie, oui. Le réalisateur a compris que chercher à faire chanter ses acteurs sur le plateau et capter en gros plan n’était pas une idée pertinente pour cette histoire. Ici, ça chante et ça danse, ça virevolte dans tous les coins, et d’un point de vue chorégraphique, certains moments ne sont pas déplaisants, accompagnés par une poignée de chansons sympathiques du musical. Beaucoup de style de danse sont représentés, de la danse classique en passant par le hip-hop pour accompagner l’aspect hétéroclite de la bande de Jellicle Cats. Le souci étant que faire chanter Ian McKellen, James Corden ou Judi Dench est tout simplement une catastrophe, tant les deux acteurs semblent engoncés dans des costumes qui ne leur vont pas et des personnages réduits à miauler, lever la patte en l’air ou boire du lait dans des coupelles.

Le plus gros problème de Cats, au fond, c’est que le film n’a rien à raconter. Les rares moments de sincérité du film viennent seulement lorsque les chansons s’arrêtent et que deux chats se parlent face-à-face, exprimant leur tristesse de l’exclusion et de l’abandon dont ils ont fait preuve. On devine alors que le film parle de se trouver une nouvelle famille de cœur. Mais le propos est tellement superficiel qu’il est aisément facile de passer à côté et de ne pas s’en apercevoir, aveuglés que nous sommes par l’herbe à chat qu’une Taylor Swift venue miauler le temps d’une chanson fait tomber sur les Jellicle Cats. Le trailer faisait peur, le résultat final est catastrophique : Cats est une énième adaptation ratée d’un musical qui n’est pas fait pour le cinéma. En plus des effets spéciaux ratés et d’une direction artistique hasardeuse, le film finit tout simplement par ennuyer, en dépit d’un casting qui fait ce qu’il peut pour sauver les apparences. Pas de quoi ronronner de joie.

Titre Original: CATS

Réalisé par: Tom Hooper

Casting : Francesca Hayward, Jennifer Hudson, Idris Elba  …

Genre: Comédie musicale, drame

Sortie le : 25 décembre 2019

Distribué par: Universal Pictures International France

 TRÈS MAUVAIS

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s