L'oeil de @Cityhunternicky

L’œil de @Cityhunternicky – Klaus (Film)

SYNOPSIS: Jesper, qui s’est distingué comme le pire élève de son école de facteurs, écope d’une mission sur une île enneigée, au nord du Cercle arctique. Là-bas, les habitants ne s’entendent pas et ne se parlent presque jamais. Autant dire qu’ils n’entretiennent pas non plus de correspondance ! Alors que Jesper est sur le point d’abandonner, il trouve une alliée en la personne d’Alva, l’institutrice de l’île, et fait la connaissance de Klaus, mystérieux menuisier qui vit seul dans son chalet regorgeant de jouets artisanaux. Grâce à ces relations amicales inattendues, la petite ville de Smeerensburg retrouve la joie de vivre. C’est ainsi que ses habitants découvrent la générosité entre voisins, les contes de fée et la tradition des chaussettes soigneusement accrochées à la cheminée pour Noël ! 

Klaus nous raconte comment un fils à papa, qui doit devenir facteur, se retrouve sur une île où deux familles s’affrontent. Et là vous vous demandez : Mais quel rapport entre ce résumé et Noël ? Et pourtant, Klaus est effectivement un parfait film de Noël qui parlera à la fois aux enfants et aux adultes, et qui amusera vraiment toute la famille sans pour autant tomber dans un certain pathos que l’on peut retrouver dans nombre de productions à cette période. Comme de nombreuses histoires avant lui, le film de Sergio Pablos réinvente le mythe du Père Noël, en se jouant ou en réinventant ses légendes et ses codes, mais en gardant malgré tout une certaine magie enfantine. Certaines idées sont particulièrement réjouissantes et brillantes d’imagination.

Le style graphique de ce film d’animation concoure à en faire un véritable petit bijou à regarder. Différent de ce que produit actuellement Disney et consorts, le trait est particulier sans pour autant être grossier ou caricatural. Les personnages sont parfaitement caractérisés et marquent immédiatement les esprits en étant très différents les uns des autres. Le réalisme et les détails ne sont pas poussés à l’extrême et les décors sont également proches de cette volonté sans paraître vides, ou en usant de doublons cache misère. L’ensemble joue parfaitement bien sur les couleurs dont les évolutions permettent un rendu magnifique.

Il ne manquait à ce récit qu’une atmosphère joyeuse et bonne enfant. Et c’est grâce à un humour fin, léger, et ultra présent que l’histoire se permet de se moquer gentiment de ses personnages, de sa légende et des « affrontements » qui la composent. Se gardant bien de miser sur un humour trop gras ou en surlignant les choses à outrance afin de viser absolument les enfants, les sourires et les rires s’enchaînent tout au long du scénario, interrompus à bon escient par quelques phases d’émotions tantôt heureuses, tantôt touchantes. On verse facilement sa petite larme et on n’a qu’une envie après avoir découvert le film: Faire des câlins à nos êtres chers, en attendant de revivre ces moments délicieux. Seul point négatif : Un début un peu trop lent mais Klaus est vraiment un film de noël d’une qualité folle et plein d’émotion, transcendant avec humour un genre vu et revu.

Crédits : Netflix

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s