Critiques Cinéma

GLORIA MUNDI (Critique)

SYNOPSIS : Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria. Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie… En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider. 

Il y a deux ans, La Villa nous avait totalement bouleversés grâce à la petite musique que Robert Guédiguian parvenait à imprimer à son récit tout en nous racontant le monde d’aujourd’hui à travers le prisme d’une famille. Son nouveau film, Gloria Mundi n’est pas si éloigné qu’il parait de son précédent opus en ce sens qu’on y retrouve les préoccupations du cinéaste pour ses contemporains et pour les problématiques sociétales qu’ils doivent affronter tant bien que mal. On pourra dire qu’avec ce film, Guédiguian, qui prend régulièrement le pouls de notre société a fait l’une des premières œuvres post « gilets jaunes », construisant un récit dans lequel ses personnages sont confrontés aux vicissitudes du monde du travail, à la précarité et aux difficultés qui s’accumulent quand de l’autre côté la naissance et l’innocence apparaissent comme les derniers espoirs pour sortir la tête d’un quotidien morose qui vous prend à la gorge. Le prix d’interprétation remporté par Ariane Ascaride lors de la Mostra de Venise achève de conférer à Gloria Mundi un cachet événementiel qui n’est pas usurpé même si à nos yeux, le film trébuche dans son dernier tiers ce qui l’empêche d’atteindre l’excellence du précédent film du réalisateur.

GLORIA MUNDI 1 CLIFF AND CO

Comme dans La Villa, on retrouve dans Gloria Mundi de nombreux fidèles du réalisateur et comme on sait Guédiguian et sa bande de comédiens capables de faire des prodiges, on n’est guère étonnés de retrouver ici des prestations pleines d’à propos et de subtilité des trois historiques Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan qui sont extrêmement touchants, vivants et vibrants, diffusant une émotion très forte mais aussi une vraie poésie et une mélancolie qui accompagnent notamment le personnage de Meylan. Les plus jeunes ne sont pas en reste, Anaïs Demoustier, Robinson Stévenin, Lola Naymark, Grégoire Leprince-ringuet signant des performances impeccables et d’une justesse folle. Le drame sociétal dans lequel Robert Guédiguian fait s’ébrouer ses interprètes se situe évidemment à Marseille et en faisant s’entrecroiser les trajectoires intimes de ses personnages avec les affres d’une réalité qui met les plus faibles sous l’éteignoir, le réalisateur signe un film sombre et désenchanté dont les premières images de ce bébé encore relié au cordon ombilical de sa mère agit comme un symbole qui semble dire que la famille est le dernier refuge où l’on peut trouver chaleur et réconfort, quand l’extérieur distribue les coups jusqu’à l’épuisement.

GLORIA MUNDI 2 CLIFF AND CO

Si la mélancolie et la tendresse que le metteur en scène parvient souvent à insuffler dans son cinéma sont bien présentes, Gloria Mundi est une peinture terrible de l’égoïsme et de la nature humaine sous son jour le plus noir. Chacun voit midi à sa porte et le monde du travail est montré comme étant impitoyable, les uns se nourrissant d’espoir pour grimper les échelons quand les autres s’essuient les pieds sur ceux qui les empêcheraient de jouir de leurs positions privilégiées. Les obstacles sont légion quand on veut seulement gagner sa vie et survivre et que ce soit les puissants, les collègues ou les concurrents, chacun veut sa part du gâteau et est prêt à tous les coups bas pour conserver son job ou obtenir ce qu’il estime être son dû. L’individualisme, le désespoir, et le besoin de devenir soi même carnassier pour ne pas se faire dévorer, Guédiguian laisse peu de raisons d’y croire encore mais son cinéma, réaliste et radical, fonctionne bien. Tout cela déraille pourtant lorsque le récit verse vers le fait divers. Celui-ci nous apparait autant artificiel que facile pour conclure le film sur une note désespérée radicale à laquelle nous n’avons de notre côté pas souscrit et qui à notre sens casse toute la belle construction humaniste qui précède. Robert Guédiguian n’en reste pas moins un cinéaste passionnant pour nous faire nous interroger sur les maux de notre société et si la fin de son film nous a fait reconsidérer sa puissance émotionnelle, il nous livre malgré tout une nouvelle fois un bloc d’humanité sur pellicule qu’on aurait tort de bouder.

Titre Original: GLORIA MUNDI

Réalisé par: Robert Guédiguian

Casting : Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan…

Genre: Drame

Sortie le: 27 novembre 2019

Distribué par: Diaphana Distribution

BIEN

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s