Critiques Cinéma

LA REINE DES NEIGES II (Critique)

SYNOPSIS: Pourquoi Elsa est-elle née avec des pouvoirs magiques ? La jeune fille rêve de l’apprendre, mais la réponse met son royaume en danger. Avec l’aide d’Anna, Kristoff, Olaf et Sven, Elsa entreprend un voyage aussi périlleux qu’extraordinaire. Dans La Reine des neiges, Elsa craignait que ses pouvoirs ne menacent le monde. Dans La Reine des neiges 2, elle espère qu’ils seront assez puissants pour le sauver…  

Cela fait six ans qu’une tempête nommée La Reige des Neiges a déboulé sur le monde, sur les enfants, et, parfois au prix d’un grand sacrifice, de leurs pauvres parents. Qu’il s’agisse de la relation des deux sœurs Elsa et Anna, du bonhomme de neige Olaf ou (voire surtout) du tube interplanétaire Let It Go, tout le monde connaît le film des studios Disney, chapeauté par Chris Buck et Jennifer Lee. Après une longue absence de six ans, et quelques courts-métrages destinés à faire patienter les plus grands fans (et à créer environ dix figurines par court-métrage, en fonction des tenues différentes d’Elsa et Anna), La Reine des Neiges revient enfin pour de bon au cinéma, toujours sous la direction du duo Buck/Lee. A noter que si le casting américain du doublage est inchangé, la France a vu l’arrivée de Charlotte Hervieux, désormais nouvelle interprète d’Elsa. L’accent de la promotion de cette suite hautement attendue portait surtout sur la notion d’héritage et de passé. De quoi intriguer, quand on sait que les parents des deux sœurs avaient disparu en mer dans le prologue du premier film, laissant leurs filles orphelines. Le film ne perd pas de temps à mettre son intrigue en place avec moults flash-backs, s’offrant pour l’occasion la voix d‘Evan Rachel Wood (Westworld). Il est, sans trop rentrer dans les détails, question d’une animosité tenace entre le royaume d’Arendelle et leur forêt avoisinante où rôdent des esprits magiques. Afin de préserver Arendelle, gravement en danger, les deux sœurs, accompagnées de Kristoff, Sven et Olaf, vont donc devoir faire la lumière sur leurs origines, en plus de sauver leur héritage.

Un sacré programme, donc, qui démarre rapidement, peut-être trop. Les chansons se montrent encore plus présentes que dans le premier opus, et parfois, à outrance. Le point fort cela dit, c’est que cela permet enfin de voir les sœurs d’Arendelle dans une aventure ensemble. Le premier film narrait la quête d’Anna pour retrouver Elsa, mais il y a ici une toute nouvelle dynamique bien plus intéressante, d’autant que leur relation est toujours aussi attachante malgré quelques rebondissements agaçants. Le hic, c’est que Kristoff et Sven se retrouvent dans un rôle tertiaire, sans réel impact sur l’intrigue si ce n’est quelques gags. On ne résiste évidemment pas à l’humour de la chanson de Kristoff, qui ferait passer le Agony interprété par Chris Pine et Billy Magnussen dans Into the Woods pour un sommet de rock hardcore. Mais là où la dynamique de Kristoff avec Anna dans le premier film était mignonne à regarder, ça devient ici très lourd et répétitif dès le premier gag. Une sacrée déception, donc, même si Donald Reignoux parvient toujours autant à faire rire avec Kristoff et avec Sven.

Le scénario du film confirme de plus qu’Elsa a définitivement un autre niveau d’importance par rapport à Anna. C’est elle qui est aux commandes de la mission, c’est elle qui a le plus de chansons ; et les révélations les plus importantes du film, la concernent directement, éclipsant de fait sa sœur qui est davantage une alliée qu’un réel premier rôle travaillé du début à la fin. Mais peut-on réellement en vouloir aux scénaristes quand on avise le potentiel immense d’Elsa ? Charismatique, touchante, drôle et diablement badass quand il s’agit de surfer sur une mer gelée ou d’apprivoiser un cheval de glace : Elsa est la vraie belle réussite de cet opus et naturellement, c’est elle qui hérite des meilleures chansons, comme le tube à venir Into the Unknown, renommée Dans un autre monde en VF (dommage d’ailleurs, que la version française fasse l’impasse sur les multiples sens de « l’inconnu » de la VO). Il faut dire qu’Elsa et le reste du film sont servis par un écrin visuel absolument somptueux, marquant une réelle amélioration par rapport aux approximations d’il y a six ans. Les couleurs automnales sont superbes et le travail sur les éléments (feu, eau, vent, glace…) est à tomber par terre, de quoi relativiser la longueur de l’attente depuis le premier opus. Le film affirme une ambition visuelle des plus bienvenues, notamment sur les numéros musicaux qui prennent désormais une dimension digne de Broadway encore plus notable, malgré, on le répète, une surabondance qui finit par nuire au récit. Exit le conte de fées, La Reine des Neiges II prend donc un tournant fantasy plus sombre pour le meilleur comme pour le pire. Malgré un scénario qui patine, les thématiques abordées sur le passé d’Arendelle sont intéressantes, Elsa éblouit encore et surtout, on est loin d’une redite du premier. Une petite prise de risques à saluer, là où Disney aurait pu jouer la facilité avec les personnages déjà en place.

Titre Original : FROZEN II

Réalisé par: Jennifer Lee et Chris Buck

Casting: VF : Emmylou Homs, Charlotte Hervieux, Dany Boon

Genre: Animation, Aventure

Sortie le: 20 novembre 2019

Distribué par : The Walt Disney Company France

BIEN

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s