Critiques Cinéma

ADULTS IN THE ROOM (Critique)

SYNOPSIS: Après 7 années de crise le pays est au bord du gouffre. Des élections, un souffle nouveau et deux hommes qui vont incarner l’espoir de sauver leur pays de l’emprise qu’il subit. Nommé par Alexis, Yanis va mener un combat sans merci dans les coulisses occultes et entre les portes closes du pouvoir européen. Là où l’arbitraire de l’austérité imposée prime sur l’humanité et la compassion. Là où vont se mettre en place des moyens de pression pour diviser les deux hommes. Là où se joue la destinée de leur peuple. Une tragédie grecque des temps modernes. 

Nous sommes en 2015, au Parlement Européen. Des députés de tout le continent s’écharpent pendant une assemblée afin de décider du sort d’un pays bien mal en point : la Grèce. Les échanges ne volent pas bien haut, le ton monte, les positions sont fermes. Au milieu du tumulte, Christine, une femme aux cheveux argentés et courts, en tailleur impeccable, soupire : « We need some adults in the room. » Cette scène, qui se situe aux deux tiers du nouveau film de Costa-Gavras, résume bien les choses : au milieu du brouhaha incessant de l’Europe, personne ne se préoccupe vraiment de l’essentiel. Inspiré du livre Adults in the Room (Conversations entre adultes) signé Yanis Varoufakis en 2015, son adaptation cinématographique se penche donc sur la crise grecque vécue depuis près de 7 ans. Yanis Varoufakis, c’est cette figure grecque haute en couleur, toujours en blouson de cuir, qui a été ministre des Finances durant une courte période lorsque le parti de gauche Syriza, élu par le peuple grec en 2015, était majoritaire à l’Assemblée Nationale du pays. Sous la houlette du Premier Ministre Alexis Tsipras, ce quasi-néophyte de la politique va tenter de sauver son pays du Grexit. Pour autant, ainsi qu’on le découvre, les choses seront loin d’être simples…

Faire un résumé d’Adults in the Room n’est pas chose aisée tant le film brasse un certain nombre d’éléments et de personnages sur une durée réduite de deux heures. Pour autant, le film adopte très vite un parti-pris très clair, explicitant les points les plus obscurs tout en faisant confiance à l’intelligence du spectateur pour remplir les trous. Une fois la situation installée, on suit donc Varoufakis de pays en pays, de ville en ville, pour tenter de sauver un pays bien mal en point, la Grèce. Si l’on savait tous la situation critique du pays, le film nous fait prendre conscience des lignes dangereuses qu’il a failli traverser, franchissant presque le point de non-retour. S’appuyant sur une documentation solide (le livre de Varoufakis, donc, mais aussi une tonne d’enregistrements scrupuleusement décortiqués et reproduits par Costa-Gavras), le film présente d’emblée une façade extrêmement réaliste, qui s’illustre dans la mise en scène intimiste mais efficace et sans chichis de Costa-Gavras, quasiment chirurgicale.

Les deux heures du film passent à la vitesse de l’éclair (serait-on tenté de dire, aussi vite que le mandat expéditif de Varoufakis?), alternant les dialogues dans au moins trois langues différentes avec une formidable fluidité. Costa-Gavras a confié avoir voulu faire de cette histoire une tragédie au lieu d’un thriller, et l’on comprend pourquoi. Si les débuts du film montrent l’optimisme mêlé de crainte, la motivation du gouvernement part vite en lambeaux, et l’amertume prend place dans ce qui devient un réel cauchemar pour lequel on finit forcément par éprouver de l’empathie pour ces gens qui auront tenté, qu’on soit d’accord avec leur politique ou non, de simplement échapper à un désastre spectaculaire. Un désastre magnifiquement mis en musique par Alexandre Desplat, dans l’une de ses meilleures partitions depuis longtemps. Et accompagné par une excellente troupe d’acteurs, menée par Christos Loulis dans la peau du charismatique Varoufakis, et Alexandros Bourdoumis dans le rôle plus étonnant par sa fadeur, d’Alexis Tsipras, le leader du gouvernement pendant la crise du Grexit. A noter aussi, pour la touche d’humour, l’une des premières apparitions d’Emmanuel Macron dans un film, le temps d’un caméo qui en dit déjà long sur ses intentions.

Adults in the Room est une vraie réussite pour Costa-Gavras, qui malgré un sujet complexe, arrive à le rendre compréhensible et passionnant pour le grand nombre. Le film impressionne par son réalisme, son amertume et surtout, en fin de course, par son humanité. Car c’est une chose d’appliquer un programme électoral, dans la douleur, face à tout un continent à qui l’on demande un sauvetage désespéré. C’en est une autre de trahir son peuple pour les beaux yeux du même continent, pour le résultat que l’on connaît aujourd’hui.

Titre Original: ADULTS IN THE ROOM

Réalisé par: Costa-Gavras

Casting : Christos Loulis, Alexandros Bourdoumis, Ulrich Tukur …

Genre: Drame, Biopic

Sortie le : 06 novembre 2019

Distribué par: Wild Bunch Distribution

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

1 réponse »

  1. Good! J’adore Costa gavras mais j’avais peur du truc hyper didactique. J’avais bien aimé la complexité de Marin call. J’espère que c’est du même acabit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s