Critiques Cinéma

ENTRE DEUX FOUGÈRES : LE FILM (BETWEEN TWO FERNS : THE MOVIE) (Critique)

SYNOPSIS: Zach Galifianakis rêvait de devenir une star. Pourtant, le jour où Will Ferrell a découvert son émission télévisée en accès public « Between Two Ferns », et l’a téléchargée sur le site Web comique Funny or Die, Zach est devenu la risée d’Internet. Accompagné de son équipe, il a alors décidé de prendre la route pour réaliser une série d’entretiens avec des personnalités éminentes, et sauver sa réputation. Réalisé par Scott Aukerman, ENTRE DEUX FOUGÈRES : LE FILM est une comédie hilarante dans laquelle Zach Galifianakis révèle de nouvelles facettes du personnage marginal et grincheux qu’il a façonné, et que le public adore. 

Vous connaissez forcément le site Funny or Die, crée par Will Ferrell, et apparu sur le Net il y a près de quinze ans. Contenu au haut potentiel humoristique, la plateforme se distingue notamment par ses « Drunk Histories » (avec notamment Ryan Gosling face au père Noël), ou même Gay of Thrones, émission consacrée à Game of Thrones avec Jonathan Van Ness, bien connu des fans de « Queer Eye », en présentateur. Mais de Funny or Die, on retient surtout Between Two Ferns, pastille humoristique où Zach Galifianakis y interviewe le tout-Hollywood à grands renforts de questions horriblement gênantes et de blagues hilarantes. Parmi ses victimes : Bruce Willis, Steve Carell, Jon Hamm, Jessica Chastain, Bradley Cooper, ou même… Barack Obama, rien que ça, qui était venu vanter les mérites de l’Obamacare pendant son mandat. Le tout, bien entendu, effectué entre deux grandes fougères littéralement installées sur le plateau d’enregistrement. Cela faisait quelque temps que les fougères étaient restées silencieuses. Un silence qui prend fin puisque Netflix héberge désormais le long-métrage Between Two Ferns, disponible depuis quelques jours. Un film à mi-chemin entre mockumentaire et vrai road-movie aux accents sombres et mélancoliques.

Zach Galifianakis continue d’y jouer son propre rôle, activement en train de pourrir la vie du tout Hollywood (ici en introduction, Matthew McConaughey) sur une petite chaine de télévision locale. Son but étant d’obtenir une émission quotidienne en prime-time, le voici parti avec sa petite équipe pour un voyage à travers les États-Unis à la recherche de 10 stars à questionner. Le pitch tient sur un post-it, et effectivement, il ne ressortira pas du film son scénario grandiose, presque gênant par moments tant il veut creuser la psychologie d’un personnage dont on n’a pourtant pas besoin. Les pastilles du format Between Two Ferns se suffisaient largement à elles-mêmes, décrivant très bien l’aversion (fausse, évidemment) de Galifianakis pour Bradley Cooper, ou même les nombreuses blagues sur son poids qu’il subit de la part de tout le monde. Le film s’entête à vouloir faire de Galifianakis une figure mélancolique et attachante malgré ses immenses défauts, alors que l’image initiale que l’on a de lui était suffisante et créait une fascination pour l’homme autant que pour le personnage.

Résultat des courses : si la partie faussement mockumentaire tourne vite à vide, il reste malgré tout au film ses interviews absolument hilarantes. Tessa Thomspon, Brie Larson, David Letterman, Paul Rudd, tous répondent présents et c’est dans ces moments-là que l’on retrouve l’esprit corrosif, « cringe » à mort, que la pastille représentait à merveille pour qui aime l’humour noir saupoudré d’un savant malaise. Si toutes les interviews ne sont pas parfaites et se retrouvent parfois mal agencées dans la structure globale, notamment le segment avec le couple Chrissy Teigen/John Legend, l’ensemble tient suffisamment la route pour faire passer ces 80 minutes de manière drôlatique, rappelant au passage que oui, on peut rire de tout,en 2019, qu’il s’agisse des premières règles de Brie Larson ou du judaïsme de Paul Rudd, à condition que ce soit écrit de manière intelligente et sans intention d’oppresser.

On peut malgré tout s’interroger sur la pertinence du format long-métrage pour un tel concept. Certes amusant et très drôle, chacun des sketchs du film aurait pu être publié indépendamment des autres, si ce n’est, comme dit plus haut, pour le binôme Teigen/Legend. Pourquoi avoir voulu passer à 80 minutes ? Qu’est-ce que ce film peut apporter comme valeur ajoutée au programme initial ? La réponse est décevante au vu de la fin du film qui effectue une pirouette sur lui-même. On ressort de Between Two Ferns avec un petit sentiment de frustration, car là où le format court convenait parfaitement au programme, le film n’ajoute rien de particulièrement intéressant pour qui a vu tous les épisodes de l’époque Funny or Die, en plus de développer un faux road-movie inintéressant et vaguement mélancolique sans grand intérêt. Certes, c’est drôle, et les stars se prêtant au jeu restent impressionnantes et pleines d’auto-dérision, mais si vous désirez apercevoir Zach Galifiankis dans un vrai rôle de clown blanc, c’est vers Baskets, diffusée sur FX, qu’il faut vous diriger.

Titre Original: BETWEEN TWO FERNS : THE MOVIE

Réalisé par: Scott Aukerman

Casting : Zach Galifianakis, Peter Dinklage, David Letterman

Genre: Comédie

Sortie le: 20 septembre 2019

Distribué par: Netflix France

BIEN

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s