ENTRETIENS

GUILLAUME NICLOUX AU SSIFF POUR THALASSO (Conférence de presse) : « Chaque film donne naissance à un autre et à une pulsion de création »

Le 25 septembre, au SSIFF, le festival de San Sebastian, Guillaume Nicloux était accompagné de Michel Houellebecq et ses producteurs pour présenter Thalasso à un public international. La salle a ri, réagi ; la communion d’un millier de personnes aux références culturelles forcément différentes était une expérience fort enrichissante. Passée la projection venait l’heure de la conférence de presse en présence du réalisateur, Guillaume Nicloux, et l’une de ses productrices, Sylvie Pialat. Une conférence là encore, pleine de rebondissements et de surprises tant les questions étaient variées.

L’intervention de Lucie de Azevedo Felix : Bien que Thalasso soit la suite narrativement de L’enlèvement de Michel Houllebecq, dans la thématique il est plus proche de Valley of Love, notamment via la réminiscence de la jeune fille sur le terrain de basket évoquée dans Thalasso. Dans nombreux de vos films, on peut constater ce thème de la mort ou de l’au-delà mais toujours sous des versants de réincarnation ou en tous cas, de vie : vos personnages ne sont jamais morts quand bien même ils le seraient dans les faits, comment vous expliquez cette envie de parler de la mort de cette manière là?

Photo: Jorge Fuembuena

Guillaume Nicloux : je ne l’explique pas. J’essaye de l’explorer en l’écrivant en le filmant et en le montant. Ces trois étapes un film, c’est l’écriture le filmage et le montage. C’est une mutation permanente entre votre idée de départ et entre ce qui est reçu dans vos yeux dans votre esprit et il est vrai qu’entre temps moi je suis passé à autre chose. Quand c’est dans votre regard moi je suis déjà parti ailleurs mais en étant parti ailleurs je suis tout de même en train de vous parler parce que chaque film donne naissance à un autre et à une pulsion de création. La en l’occurrence il faut attendre neuf mois comme un bébé dans un ventre de femme et ce travail prolonge la thématique de Thalasso et cela je ne l’explique pas. C’est juste ce que je ressens et une envie d’écrire, plein de choses, et c’est difficile à expliquer. Sinon on se met à mentir le plus souvent. Je n’essaye pas trouver des réponses quand je ne les aies pas en fait. Donc si je vous réponds que je ne sais pas c’est par sincérité et même si je savais je m’arrêterais et je passerais à autre chose : un autre type de film ou de récit.

Propos recueillis par Lucie de Azevedo Felix

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s