Critiques Cinéma

LA VIE SCOLAIRE (Critique)

la vie scolaire affiche cliff and co

SYNOPSIS: Une année au cœur de l’école de la république, de la vie… et de la démerde ! Samia, jeune CPE novice, débarque de son Ardèche natale dans un collège réputé difficile de la ville de Saint-Denis. Elle y découvre les problèmes récurrents de discipline, la réalité sociale pesant sur le quartier, mais aussi l’incroyable vitalité et l’humour, tant des élèves que de son équipe de surveillants. Parmi eux, il y a Moussa, le Grand du quartier et Dylan le chambreur. Samia s’adapte et prend bientôt plaisir à canaliser la fougue des plus perturbateurs. Sa situation personnelle compliquée la rapproche naturellement de Yanis, ado vif et intelligent, dont elle a flairé le potentiel. Même si Yanis semble renoncer à toute ambition en se cachant derrière son insolence, Samia va investir toute son énergie à le détourner d’un échec scolaire annoncé et tenter de l’amener à se projeter dans un avenir meilleur… 

Avec Patients, Grand Corps Malade et Mehdi Idir avaient livrés un premier film étonnamment casse-gueule dont ils s’étaient tirés avec brio, grâce à une proposition pleine d’humanité et allant à contre-courant des attentes qu’un sujet, à priori lacrymal comme celui-ci, réclamaient. Outre le sujet personnel à plus d’un titre, Patients s’était avéré être une réussite de premier ordre qui jamais ne sombrait dans le sentimentalisme, le chantage émotionnel ou le pathos. Aussi lorsque l’on a appris que les deux complices remettaient le couvert avec un sujet très éloigné, étions-nous quelque peu sceptiques qu’ils parviennent à réitérer la grâce de leur coup d’essai. Si le sujet de Patients et de La Vie Scolaire n’ont à priori que peu de liens entre eux, ils prennent pourtant racine l’un et l’autre dans la jeunesse de Grand Corps Malade, ce nouveau film s’inspirant à n’en pas douter de certains de ses souvenirs dans un collège de sa chère ville de Saint-Denis.

la vie scolaire 1 cliff and co

Tout ce qui faisait le sel de Patients, son humanisme, sa chaleur, son optimisme malgré les épreuves est toujours là même si l’émotion et l’humour sont plus diffus, mais La Vie Scolaire sonne extrêmement juste et parvient à toucher au cœur avec un ton et une sincérité jamais pris en défaut. Les deux réalisateurs et co-scénaristes parviennent à conférer à leur récit un tempérament, une patte d’auteurs qui faisait déjà le prix de leur premier film et cette chronique d’une année dans une école française multiraciale, multiculturelle où se mêlent les espoirs et l’humeur autant que l’humour des élèves et des profs parvient à saisir brillamment l’air du temps. L’une des nombreuses qualités de La Vie Scolaire est de ne jamais être dans l’esbroufe et de mettre dans la bouche de ses interprètes, jeunes et moins jeunes, des dialogues qui sonnent vrai et qui ne donnent pas l’impression d’être joués. Le naturel des comédiens, quel que soit leur statut est pour beaucoup dans le plaisir que l’on prend au film.

la vie scolaire 2 cliff and co

En contant à la fois le quotidien des élèves et de leurs profs et en ne privilégiant ni les uns ni les autres, La vie scolaire alterne des moments savoureux entre l’anecdotique (les questions administratives, la gestion des retards…), le social (l’orientation des élèves suivant leurs prédispositions, le manque des moyens…) le contexte familial ou la pression qui pèse sur les épaules du personnel enseignant. Le film ne manque pas de rendre hommage à ces combattants du quotidien qui font leur possible pour que les gamins ne lâchent pas et sait être à la fois humble et sincère dans sa démonstration même si sa vision sur les difficultés rencontrées en milieu scolaire semblent parfois teintées d’une espèce d’angélisme qui n’est sans doute pas de mise dans de telles proportions dans la réalité.

la vie scolaire 3 cliff and co

La Vie Scolaire allie à la fois la tendresse et une gravité latente que le film n’embrasse pourtant pas totalement mais l’équilibre entre les deux fonctionne malgré tout, évitant de sombrer dans la caricature. La mise en scène de Grand Corps Malade et de Mehdi Idir, sans afféteries, s’efface derrière l’histoire qu’ils racontent et surtout derrière leurs personnages. On retrouve bien un peu comme dans Patients ces scènes qui font penser à des clips, une histoire périphérique pas spécialement utile d’un petit ami emprisonné, mais passés ces très légères réserves, on est totalement embarqués. Forcément les comédiens n’y sont pas pour rien et là encore la distribution chorale réunie par les deux co-réalisateurs est bourrée de talent et nous régale. On y retrouve Soufiane Guerrab  Moussa Mansaly ou Alban Ivanov qui déploient une partition différente et encore plus étincelante que dans Patients rejoints par l’impeccable Antoine Reinartz (120 battements par minute, Roubaix, Une Lumière…) ou encore la divine Zita Hanrot qui se taille la part du lion grâce à sa formidable nature et à son entente avec la belle révélation Liam Pierron… Ces deux derniers sont le centre névralgique de ce film drôle, jamais didactique, portée par une bande parfaite et qui jette un regard reconnaissant sur l’école de la République prouvant par là même que l’humanité et la bienveillance sont le nerf du cinéma de Grand Corps Malade et de Mehdi Idir !

la vie scolaire affiche cliff and co

Titre Original: LA VIE SCOLAIRE

Réalisé par: Grand Corps Malade & Mehdi Idir

Casting : Zita Hanrot, Liam Pierron, Soufiane Guerrab,

Moussa Mansaly, Alban Ivanov, Antoine Reinartz …

Genre: Comédie dramatique

Sortie le: 28 août 2019

Distribué par: Gaumont Distribution

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s