Critiques Cinéma

DEUX MOI (Critique)

deux moi affiche cliff and co

SYNOPSIS: Rémy et Mélanie ont trente ans et vivent dans le même quartier à Paris. Elle multiplie les rendez-vous ratés sur les réseaux sociaux pendant qu’il peine à faire une rencontre. Tous les deux victimes de cette solitude des grandes villes, à l’époque hyper connectée où l’on pense pourtant que se rencontrer devrait être plus simple… Deux individus, deux parcours. Sans le savoir, ils empruntent deux routes qui les mèneront dans une même direction… celle d’une histoire amour ?

Deux ans après Ce qui nous lie Cédric Klapisch revient avec deux de ses comédiens, François Civil et Ana Girardot pour un treizième long métrage dans lequel il délaisse la quiétude provençale pour retrouver le bouillonnement de la capitale et interroger l’un des maux les plus paradoxaux de notre époque hyper connectée : la solitude. Toujours épaulé à l’écriture par son fidèle complice Santiago Amigorena, le réalisateur de Casse-Tête Chinois redonne à Paris une place centrale dans son récit (comme ce fut le cas dans Chacun cherche son chat ou Paris) filmant les pulsations des grandes villes comme personne, sachant faire vivre les artères et les quartiers avec une véracité qui lui confère un pouvoir d’identification indéniable. Si la propension du cinéaste à filmer la vie dans la ville avec justesse est donc bien présente on retrouve aussi tout ce qui fait le prix de son cinéma : la chaleur humaine, la capacité à croquer des personnages lunaires mais réalistes qui reflètent notre humanité.

deux moi 4 cliff and co

Avec Deux Moi, Cédric Klapisch parle donc de la solitude de deux jeunes trentenaires qui n’en finissent pas de se chercher et de se croiser dans une ville trop grande pour eux et qui les aspirent, occupés qu’ils sont à vivre une routine qui les enrobe malgré eux d’une mélancolie latente qui les amènent aux portes de la dépression. Après s’être intéressé dans Ce qui nous lie au poids de l’héritage et avoir mis à l’épreuve la solidarité d’une fratrie, après l’adulte qui retrouvait sa part d’enfance, Cédric Klapisch fait de ses protagonistes des enfants qui s’apprêtent à faire leur mue en devant embrasser des responsabilités trop lourdes pour eux seuls et qu’ils s’évertuent à vouloir partager tant bien que mal (de rencontres amoureuses foireuses en usage intempestif de réseaux sociaux…). Ce pourrait être plombant et à la lisière de la tristesse mais l’humanisme du réalisateur, son écriture chaleureuse et énergique fait que le film navigue avec dextérité entre la profondeur et la légèreté et exhale un parfum de sincérité.

deux moi 3 cliff and co

Ce que nous dit Klapisch avec Deux Moi c’est que rien ne prime et surtout pas le virtuel sur des relations réelles, faites de sang, de chair et d’os. En captant ces micro détails de la vie, en décrivant avec bonhomie et un regard goguenard ces rencontres qui vous ancrent dans la réalité (matérialisées par ces délicieux personnages incarnés par Simon Abkarian et Eye Haïdara), Cédric Klapisch emporte avec panache notre adhésion. Pour que ses personnages se trouvent, il ose aussi les faire se confronter aux affres de la thérapie, les psychologues étant campés par les impeccables François Berléand et Camille Cottin, qui apportent à des rôles à priori lambda, suffisamment de nuances et de subtilité pour éviter la caricature.

deux moi 5 cliff and co

Drôle, doux et tendre même si nimbé d’accents doux amers, Deux Moi confirme s’il en était besoin que Cédric Klapish sait parler de la vie contemporaine avec un œil incisif mais toujours empathique et qu’il maîtrise brillamment l’oscillation entre la gravité et la légèreté, sachant à chaque fois et au bon moment où placer le curseur pour que ses effets soient probants. Ana Girardot et François Civil trouvent ici des rôles plus denses que dans Ce qui nous lie, ils ont plus d’émotions à charrier, plus de nuances à apporter à des personnages plus complexes qu’ils n’en ont l’air et ils s’acquittent de leurs tâches avec brio. Le film déjoue finalement les attentes et parait être en fait l’anti comédie romantique convenue. Car avec ces deux destinées qui se cherchent dans le spleen parisien Cédric Klapisch saisit parfaitement les pulsations de l’époque de ce monde connecté! Et François Civil et Ana Girardot sont les parfaits catalyseurs de ce film qui donne l’espoir à ceux qui sont perdus de se trouver!

deux moi affiche cliff and co

Titre Original: DEUX MOI

Réalisé par: Cédric Klapisch

Casting: Ana Girardot, François Civil, Simon Abkarian…

Genre: Drame, Comédie

Sortie le : 11 septembre 2019

Distribué par: StudioCanal

EXCELLENT

6 réponses »

  1. Ça fait du bien de voir qu’un cinéaste de talent s’intéresse à un véritable mal être qu’est la solitude.

    Pour vivre également dans Paris, je ressens la même chose au quotidien. On a beau être nombreux (environ 10 millions d’habitants), nous sommes isolés et on se retrouve face à des personnes plongés dans le virtuel de leurs smartphone. Pas un regard, pas un échange de sourire…

    Bref, on souffre de cette isolement, alors que paradoxalement, nous sommes libres de faire des rencontres, de vivre pleinement…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s