Critiques Cinéma

NAISSANCE DES PIEUVRES (Critique)

Naissance des pieuvres affiche cliff and co

SYNOPSIS: L’été quand on a 15 ans. Rien à faire si ce n’est regarder le plafond. Elles sont trois : Marie, Anne, Floriane. Dans le secret des vestiaires leurs destins se croisent et le désir surgit. Si les premières fois sont inoubliables c’est parce qu’elles n’ont pas de lois. 

Il y a quelques jours, Céline Sciamma recevait à Cannes le prix du meilleur scénario pour Portrait de la Jeune Fille en Feu, son quatrième film qui marquait ses retrouvailles avec Adèle Haenel. Mais le binôme avait déjà crée la sensation il y a 12 ans, lorsque Sciamma, fraîchement sortie de la section scénario de la FEMIS, débarquait sur la Croisette dans la section Un Certain Regard avec Naissance des Pieuvres, son premier long-métrage en tant que réalisatrice après quelques courts-métrages. « Pour moi, la pieuvre est ce monstre qui grandit dans notre ventre quand nous tombons amoureux, cet animal maritime qui lâche son encre en nous. C’est ce qui arrive à mes personnages dans le film, trois adolescentes, Marie, Anne et Floriane. Et justement, la pieuvre a pour particularité d’avoir trois cœurs. » C’est ainsi que Sciamma résume son premier film : l’histoire de l’été qui va chambouler la vie de trois adolescentes, chacune prise dans un tourbillon amoureux. Chacune d’elles est également confrontée aux regards extérieurs, souvent critiques. Marie est complexée par son poids, Floriane subit un slut-shaming constant. Seule Anne, discrète et effacée, semble à l’abri des regards des jeunes de son âge. Mais c’est pour mieux tomber dans les tentacules de Floriane.

Naissance des Pieuvres contient déjà toute l’essence du cinéma de Sciamma : des récits de jeunes filles confrontées aux jugements, à une époque parfois oppressive dès qu’il s’agit de ne pas se confronter aux normes, sexuelles ou physiques. Il y a aussi cette composante essentielle du « Sciamma Cinematic Universe » : des personnages queers écrits avec une grande justesse. L’un des enjeux principaux du film, si ce n’est l’enjeu principal, est l’attirance d’Anne pour Floriane. Est-elle réciproque, va-t-elle être consommée ou Floriane est-elle juste en train de manipuler Anne ? Le film maintient malgré sa courte durée (1h25) un suspense presque suffocant tant l’on voudrait que la pauvre Anne soit fixée sentimentalement. Sciamma sait écrire ses personnages avec une grande sensibilité et empathie. Le cheminement intérieur d’Anne, malgré sa beauté, en devient par moments douloureux. Mais ce n’est pour autant que l’on éprouve de l’antipathie envers Floriane. Le scénario fait rapidement comprendre que sous sa perfection d’athlète et de nymphe, se cache au fond une jeune fille perdue qui est davantage une victime du regard masculin, et plus généralement de prédateurs âgés de plus de 18 ans. Une manière de rappeler que dès l’adolescence, les corps féminins n’appartiennent déjà plus à leurs propriétaires, mais au patriarcat. Et la scène où Floriane décide d’avoir sa première fois révèle, loin des apparences, une envie de se réapproprier son corps malgré la pression qui pèse sur ses frêles épaules.


Marie est également de son côté un personnage très intéressant. Loin de juger son poids comme une malédiction à l’instar de beaucoup de films actuels, Sciamma se penche sur les complexes de son personnage avec beaucoup de sensibilité et de tact. Elle capte au passage ces changements invisibles mais présents, le passage de l’enfance à l’âge adulte caractérisés ici par un Happy Meal qu’on lui refuse. Un geste somme toute banal mais qui montre le changement inéluctable qui se produit en elle.

On pourrait dire au fond que Naissance des Pieuvres raconte ce que beaucoup de teen-movies disent de l’adolescence : l’arrivée du désir, le questionnement sur son orientation sexuelle, ou même tout ce que les complexes du poids peuvent faire subir aux jeunes femmes. Mais Sciamma le montre avec un souci de réalisme, sans happy-end ni misérabilisme. Loin d’offrir un avenir sombre à ses héroïnes, Sciamma rappelle avec sa superbe séquence finale que ses nymphes, liées par une superbe amitié ont la vie devant elles. Porté par un trio d’actrices attachant, et bercé par l’envoûtante musique de Para One, Naissance des Pieuvres est un premier film prometteur pour l’époque, et Sciamma n’a pas déçu depuis. Si la mise en scène reste par moments trop timide, tout l’univers de la réalisatrice se trouve dans ce doux teen-movie aussi mélancolique qu’émancipateur.

naissance des pieuvres affiche cliff and co

Titre Original: NAISSANCE DES PIEUVRES

Réalisé par: Céline Sciamma

Casting : Pauline Acquart, Adèle Haenel, Louise Blachère …

Genre: Drame

Sortie le: 15 août 2007

Distribué par: Haut et Court

4 STARS EXCELLENTEXCELLENT

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s