Critiques Cinéma

MA (Critique)

MA AFFICHE CLIFF AND CO

SYNOPSIS: Sue Ann, une femme solitaire vit dans une petite ville de l’Ohio. Un jour, une adolescente ayant récemment emménagé, lui demande d’acheter de l’alcool pour elle et ses amis ; Sue Ann y voit la possibilité de se faire de nouveaux amis plus jeunes qu’elle. Elle propose aux adolescents de traîner et de boire en sûreté dans le sous-sol aménagé de sa maison. Mais Sue Ann a quelques règles : ne pas blasphémer, l’adolescent qui conduit doit rester sobre, ne jamais monter dans sa maison et l’appeler MA. Mais l’hospitalité de MA commence à virer à l’obsession. Le sous-sol qui au début était pour les adolescents l’endroit rêvé pour faire la fête va devenir le pire endroit sur terre. 

Première incursion dans l’horreur (même si le film s’apparente plutôt à un thriller) pour Tate Taylor, Ma est sa troisième collaboration avec l’actrice Octavia Spencer, qui avait remporté l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour La couleur des sentiments. Il s’agit d’ailleurs d’un des premiers rôles principaux de l’actrice américaine après Les figures de l’ombre et surtout beaucoup de rôles secondaires, qui lui permet ici d’exploiter en outre une palette de jeu bien différente à d’habitude. Restait à voir si tout cela allait bien s’imbriquer dans l’écurie Blumhouse. La réussite du film repose sur quelque chose de finalement assez inhabituel : un vrai mélange entre film indépendant sur l’adolescence et thriller/horreur à moitié en huis clos. En effet, Ma suit en parallèle deux intrigues qui se croisent souvent mais qui ont deux objectifs différents, à savoir d’un côté une bande de lycéens pris du point de vue de la nouvelle arrivée Maggie – qui tente de s’intégrer tout en obéissant à sa mère – ; et de l’autre Sue Ann, une vétérinaire souvent déconcentrée en proie à des démons du passé. Ainsi, pendant une partie du film le spectateur suit des adolescents notamment en soirées et n’est tenu en haleine que par les agissements d’abord intrigants puis de plus en plus perturbants de Sue Ann, vraie/fausse amie qui prend ces nouvelles rencontres un peu trop à cœur.

MA 1 CLIFF AND CO

A ce propos, Tate Taylor et Octavia Spencer jouent habilement du passif cinématographique de cette dernière, habituée des rôles secondaires positifs voire comiques (dernièrement dans La forme de l’eau, par exemple), pour déjouer les attentes du spectateur. L’actrice américaine use de cette ambiguïté pour livrer une interprétation assez subtile de son personnage, complètement perturbé mais pas sans raisons. Car dans cette petite ville de l’Ohio, tout le monde se connaît : les adolescents d’hier sont les adultes d’aujourd’hui et les groupes d’amis se transmettent quasiment à travers les générations. Par des flashbacks successifs à la durée progressive qui révéleront un acte terrible, Tate Taylor regroupe de fait ses deux intrigues sous la thématique des affres de l’adolescence, du harcèlement et des rapports entre bourreaux et victimes.

MA 2 CLIFF AND CO

En tout cas, que le spectateur ne s’attende pas à de l’épouvante bourrée de jumpscares comme Blumhouse en produit assez souvent, car Ma en est assez éloigné autant dans ses thématiques que dans son style, sans pour autant être au niveau d’un vrai film de genre et d’auteur pleinement réussi comme Get Out. Certes hybride, le film de Taylor n’en devient jamais bancal, le réalisateur faisant plutôt évoluer sa mise en scène pour transformer un récit de thriller à deux vitesses en épouvante plus concrète. En effet, d’abord assez classique voire « sundancienne » (la première scène dans la voiture sur de la musique folk en dit long), la mise en scène intègre de plus en plus de tension dans ses cadres, par des surgissements furtifs en arrière-plan (sans pour autant les surligner au son) ou encore des plans à double focale pour tirer parti au mieux de l’architecture dramatique qu’est la maison de Sue Ann.

MA 3 CLIFF AND CO

Enfin, âmes sensibles s’abstenir puisque le dernier quart du film verse dans une ambiance bien plus anxiogène et graphique que le reste du métrage. Le climax, bien que déstabilisant par son contraste avec ce qui précède, est d’ailleurs probablement la partie la plus faible du film de Tate Taylor : un peu courte, et résolvant les conflits de manière trop simpliste par rapport à l’intéressante complexité des rapports psychologiques et sociaux mis en place jusque-là. Il est donc dommage que Ma se termine sur un sentiment de légère frustration, néanmoins l’ensemble reste de bonne facture et plutôt étonnant sans pour autant révolutionner le genre. En tout cas, Octavia Spencer s’impose de plus en plus comme une actrice talentueuse qui compte.

MA AFFICHE CLIFF AND CO

Titre Original: MA

Réalisé par: Tate Taylor

Casting : Octavia Spencer, Diana Silvers, Juliette Lewis…

Genre: Thriller, Epouvante-Horreur

Date de sortie: 05 juin 2019

Distribué par: Universal Pictures International France

3 STARS BIENBIEN

Publicités

1 réponse »

  1. (evilashymetrie) C’est con, la promo de ce film. Rien que la vignette, que l’on voit pour la bande annonce postée ci-dessus, on voit le personnage entouré de cadavres (oui, qu’on ne me fasse pas croire que ce n’est pas le cas) (surtout que c’est un énorme clin d’oeil au BLOODY BIRD de Michele Soavi, hein LOL) ! Bref, dans le genre « je te spoile » ils ont fait fort…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s