Evénements/Festivals

Journal de bord Cannes 2019: Jour 8

Journal de bord Cannes 2019: Jour 8

La journée commençait bien : petite grasse matinée, beau temps et entrée sans souci au Grand Théâtre pour La belle époque. En plus, le film de Nicolas Bedos est une très bonne comédie dramatique sur le couple et la nostalgie, au concept stimulant l’imaginaire. Ma critique est à venir.

Mais la journée du Tarantino s’est révélée encore compliquée que prévue : non seulement je ne suis pas entré en Debussy, mais je ne suis pas rentré en Bazin non plus, malgré environ cinq heures d’attente cumulées. Je ferai le maximum pour le voir demain à midi, mais ce sera sûrement le cas de tous les presses jaunes… Souhaitez-moi bon courage !

Tout de même, je suis parvenu à rentrer à l’autre événement de la journée, le très attendu Parasite de Bong Joon-ho. Et bon dieu que c’était incroyable. Bong Joon-ho livre un nouveau grand film, maniant différents genres (satire sociale, farce, film de genre, drame poignant) avec une très grande aisance de mise en scène, sans jamais perdre de vue son sujet ni l’empathie pour tous ses personnages. Le maître coréen retourne complètement la croisette.

Publicités

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s