Critique Blu-Ray

THE INTRUDER (Critique)

the intruder affiche cliff and co

SYNOPSIS: Caxton, petite ville du sud des États-Unis, dans les années 1950. Un homme en complet blanc descend d’un car, valise à la main, et se rend à l’hôtel le plus proche. Il se nomme Adam Cramer et travaille pour une organisation « à vocation sociale ». Ce n’est pas un hasard s’il se trouve à Caxton, la ville ayant récemment voté une loi en faveur de la déségrégation, autorisant un quota d’élèves noirs à intégrer un lycée fréquenté par des Blancs. Adam Cramer souhaite enquêter auprès des habitants pour savoir ce qu’ils pensent de cette réforme. Cet homme charismatique et beau parleur va rapidement semer le trouble dans la ville…

Film de 1962 de l’hyperactif Roger Corman qu’on ne présente plus, The Intruder est un des films les plus réussis de ce dernier. Il est toujours intéressant de regarder des films si puissants réalisés avec une telle économie de moyens.  A l’aune d’un cinéma américain qui a arrêté de réfléchir sur les problématiques contemporaines, qui ne pense qu’en terme de box-office et de franchises bas du front, où la seule qualité d’un film est son caractère « fun », il faut dorénavant fouiller dans le patrimoine filmique pour trouver de petites pépites ou, comme c’est le cas la plupart du temps, discuter avec des passionnés qui vous font découvrir ces oeuvres rares. L’action se déroule à Caxton, petite ville des États-Unis au passé ségrégationniste. La nouvelle loi sur l’éducation permet aux jeunes noirs de suivre les mêmes cours que les blancs à l’école. On ressent immédiatement ce racisme crasse qui est associé aux états du sud américain. On affiche haut et fort ces opinions qui sont ici encore largement majoritaires. Ce racisme est celui de l’homme blanc ordinaire aux idées préconçues. L’arriviste Adam Cramer (William Shatner) a parfaitement compris ce ressentiment et décide de surfer sur cette vague de rejet de cette nouvelle loi sur l’éducation. On ne connait rien de son passé mais malgré cela, la population se fie à lui grâce à ses discours nauséabonds. Certes, la foule est fort peu encline dans un premier temps à se mobiliser pour cette cause mais malheureusement comme on peut vite le constater il suffit d’une petite étincelle pour faire ressurgir les bas instincts de l’être humain. Et Cramer sera cette étincelle…
William Shatner, acteur connu pour ses rôles de héros dans Star Trek ou Hooker pour les plus anciens, campe ici un illuminé qui perd le contrôle de la situation qu’il a lui même engendrée. Sauf que ce Victor Frankenstein a créé une multitude de monstres capables de tuer des personnes de couleur pour assouvir leurs pulsions. Shatner est très convaincant pour camper ce salaud sans scrupules. On peut également observer qu’il est plutôt rare au cinéma d’avoir comme personnage principal un vrai salaud . Cela peut être un vrai repoussoir pour le public qui a l’habitude de suivre un héros auquel il peut s’identifier mais constitue un vrai tour de force scénaristique.
Corman a la qualité de ne pas tomber dans le manichéisme en ne réduisant pas tous les blancs à des redneks. Ainsi les personnages du directeur d’école et du journaliste veulent faire respecter avant tout la loi américaine. Ce dernier a d’ailleurs sa fille qui étudie dans l’école où vont être scolarisés les lycéens noirs. Il sent immédiatement l’opportunisme de Cramer et Il devient au fur et à mesure un ardent défenseur de cette cause qui lui coûtera cher. Le metteur en scène choisit un style très sobre au regard de la lourdeur du sujet traité. Il y aura de nombreuses scènes qui mettront très mal à l’aise le spectateur devant la répugnance de certains comportements jusqu’au final qui démontre toute la tromperie de Cramer. Ce film est également un bon miroir de notre époque sur la puissance qu’on prit les fake news et la force des populistes. La recherche de la vérité est devenue une priorité pour les grandes démocraties occidentales à l’heure des discours simplificateurs et éhontés de certains dirigeants. Du cinéma aussi engagé, on en redemande, mais visiblement les grands studios ne sont pas dans cet état d’esprit…
DÉTAIL DES SUPPLÉMENTS:
. SOUVENIRS DE « THE INTRUDER » (10 mn)
Le réalisateur Roger Corman et l’acteur William Shatner évoquent leurs anecdotes sur le tournage éprouvant de The Intruder, réalisé au cœur de l’Amérique ségrégationniste, et sur la récente réhabilitation du film, initiée en Europe. 

. BANDE ANNONCE 2018

 

the intruder affiche cliff and co

Titre Original: THE INTRUDER

Réalisé par: Roger Corman

Casting : William Shatner, Frank Maxwell, Beverly Lunsford …

Genre: Drame

Sortie en DVD et Blu-ray le: 10 avril 2019

Distribué par: Carlotta Films

TOP NIVEAU

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s