Critiques Cinéma

DAMIEN VEUT CHANGER LE MONDE (Critique)

SYNOPSIS: Damien et sa sœur Mélanie ont vécu une enfance heureuse, bercée par les engagements militants de leurs parents. Lorsque leur mère disparait brutalement, la fibre militante de cette famille s’éteint. Vingt ans plus tard, Damien, est devenu pion dans une école primaire, et mène une vie tranquille. Pour sauver l’un de ses jeunes élèves Bahzad, et sa mère, d’une expulsion de territoire imminente, Damien renoue avec son passé et convainc Mélanie, devenue redoutable avocate d’affaires, son meilleur ami Rudy et une bande de potes improbables de l’accompagner dans son nouveau combat. Ensemble, ils vont enfreindre la loi par solidarité. Et très vite se faire complètement dépasser… 

La comédie française est un genre très spécifique, possédant un des paradoxes les plus étranges du cinéma bleu-blanc-rouge. Alors qu’elle attire bon nombre de spectateurs à chaque séance, et est souvent plébiscitée par le grand public, la critique, elle, est très souvent moins enchantée. Et dire ça est un doux euphémisme, tant cracher sur les succès publics (à raison ou à tort) est populaire dans le milieu de la cinéphilie. Alors que la mode est à l’insulte et à se « moquer pour faire rire » en prétendant parler au nom du vivre ensemble, un cinéma français qui dénonce les travers et les dysfonctionnements de la société semble émerger, et il faut le souligner. On peut par exemple citer des films comme En Liberté de Pierre Salvadori qui dénonçait certaines injustices juridiques, ou encore, plus récemment, Les Invisibles de Louis-Julien Petit, qui mettait en lumière les vies difficiles de ces femmes sans domicile fixe.

c’est au tour de Damien veut changer le Monde, réalisé par Xavier de Choudens de sortir sur nos écrans, en s’attaquant cette fois aux situations précaires des sans-papiers, et plus précisément sur les enfants qui risquent de ne plus avoir accès à une éducation. Pour ce faire, le réalisateur, dont c’est le troisième long-métrage, choisit dans le rôle principal l’une des figures de proue de la comédie française populaire actuelle : Franck Gastambide. Là où il a l’habitude de réaliser et jouer en même temps, le comédien peut ici se focaliser sur le jeu. Gastambide campe le Damien du titre, un jeune pion dans une école primaire de banlieue. Alors qu’en leur temps, ses parents étaient des militants assumés et déterminés, Damien et sa sœur sont tout le contraire. Lui mène une vie tranquille, et elle est devenue une avocate d’affaires redoutable. Il rencontre alors Bahzad, un jeune élève de l’école, et par la force des choses, sa mère, Salma. Mais problème : ils n’ont pas de papiers, et vont être forcés à quitter le territoire français. Voyant ainsi une occasion de faire quelque chose de fort et symbolique au moins une fois dans sa vie, il accepte d’aider Salma en reconnaissant Bahzad aux yeux de l’État comme étant son fils, leur permettant ainsi de rester en France. C’est alors que la puissance symbolique de cet acte solidaire le dépasse : une multitude de mères, sans-papiers, demandent à Damien de les aider. Épaulé par Rudy, le sidekick rigolo qui ne manque pas une punchline (Gringe est savoureux dans ce rôle qui lui va comme un gant), ainsi que sa sœur Mélanie, il va alors monter une équipe de jeunes hommes, une dream team de losers, pour qu’ils puissent reconnaître à leur tour des enfants. Cet élan de solidarité constituant un combat social très fort lui échappe complètement, et ne va pas tarder à lui poser bon nombre de problèmes en tout genre…

Damien veut Changer le Monde est une comédie avant tout. On rit, et les thèmes, même les plus sensibles, sont traités de façon légère. Au niveau de la forme et du fond, il reste très classique, possédant la structure typique de ce genre de production. On enchaîne ainsi sans problèmes les scènes comiques et dramatiques grâce à un montage efficace mais formaté. On peut à certains moments du film être gêné par un cliché (notamment dans toutes les parties inspirés des comédies romantiques) ou par un code vu et revu. On peut être aussi dérangé par quelques petits accrocs dans le jeu de certains comédiens, qui soit en font trop, soit pas assez. Mais au final, ce ne sont que des détails, parce que le positif l’emporte. C’est une histoire simple, qui traite d’un sujet périlleux de façon légère sans jamais le moquer ou se planter, avec des personnages manquant parfois de développement mais qu’on apprécie de voir exister ensemble.

Le film est loin d’être parfait, mais il possède un capital sympathie non négligeable. Les comédiens et comédiennes sont drôles et justes pour la plupart. Sortant tout de même du lot, Camille Lellouche épate dans un genre qui la sort de ses habitudes et de son image avec un rôle dur et parfois même dramatique, sans qu’elle surjoue ni ne tombe dans le pathos. En seconds rôles, on retrouve entre autres Melisa Sözen (qui, pour l’anecdote, joue en français sans jamais avoir appris à le parler), Liliane Rovère, Patrick Chesnais et Youssef Hajdi, qui apportent chacun leur patte au long-métrage.

Si on ressent un goût de déjà vu on ne boudera pas notre plaisir tant ce Damien veut changer le Monde se montre sincère. Non, le film ne changera probablement pas le monde, comme voudrait le suggérer le titre. Il ne changera pas le monde car l’acte qu’il entreprend est anodin en comparaison du problème dont il parle, mais il amène simplement à réfléchir. A se questionner. A se renseigner sur le sujet, pour qu’on ne l’ignore plus. Exactement à l’instar du scénario du film quand on y pense : l’acte de Damien et des autres est fort, mais il ne changera certainement pas beaucoup de choses. C’est la symbolique qui en découle, la prise de conscience collective et le questionnement de nos valeurs fondatrices (ces trois mots qui sont inscrits sur toutes nos mairies) qui importent. En cela, Damien veut changer le Monde voudrait effectivement changer le monde. A son échelle. Et c’est déjà un bon début.

Titre Original: DAMIEN VEUT CHANGER LE MONDE

Réalisé par: Xavier de Choudens

Casting: Franck Gastambide, Melisa Sözen, Gringe

Genre: Comédie

Sortie le: 06 mars 2019

Distribué par: Apollo Films

BIEN

Publicités

1 réponse »

  1. (evilashymetrie) La bande annonce m’a donné l’impression que le film devait être au minimum sympa. Tu sembles confirmer ce point. Mais la bande annonce donnait aussi l’impression d’avoir vu tout le résumé du film en 2mn15. Hélas. Alors bon, le voir en salles, si on ne peut bénéficier d’une carte illimitée… mm mm… ^^

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s