Critique Blu-Ray

VIOLENT COP (Critique)

SYNOPSIS: Flic solitaire et désabusé, Azuma utilise des méthodes expéditives pour faire respecter la loi. Il décide de faire justice lui-même quand il découvre qu’un gang de yakuzas est responsable de la mort de son meilleur ami et du viol de sa jeune sœur. Aux prises avec sa hiérarchie et le truand Kiyohiro, il ira jusqu’au bout de sa vendetta.

A l’image d’un Kore-Eda qui s’est aussi emparé du malaise de la société japonaise dans son très beau Une affaire de famille trente ans plus tard, Kitano décide de traiter de cette thématique dans son premier long-métrage Violent Cop sorti en 1989. On peut supposer qu’à cette époque, l’image du Japon est un peu idyllique : terre de prospérité économique, bastion des nouvelles technologies, valeurs familiales portées en étendard mais c’est une toute autre vision que va nous apporter Kitano avec ce flic utilisant des méthodes de voyou pour combattre le crime. Le fabuleux livre de Jake Adelstein Tokyo Vice est aussi un bon rappel sur les travers de cette société qui se voudrait le plus aseptisée possible.

Le réalisateur nous décrit une société japonaise au bord de l’agonie : la jeunesse violente les sans-abris, les plus jeunes jettent des détritus sur les vieux, les hommes frappent leurs femmes. A l’image d’un Clint Eastwood, époque Dirty Harry, l’inspecteur Azuma ne se pose pas de questions et règle les problèmes de manière physique. Pas d’explications ni de pardon, le personnage principal frappe pour faire mal sans aucune explication. Taciturne et peu sympathique, Azuma vit de manière solitaire pour effectuer sa mission. Ce qui le raccroche à la vie est la jeune sœur avec qui il vit et dont il s’occupe alors qu’elle agit de manière peu raisonnée en ramenant des hommes rencontrés la veille au domicile familial.

Pour rajouter à cela, Azuma fait face à trois problématiques : il doit lutter contre un cartel de drogue qui laisse des cadavres derrière lui, faire fi de sa hiérarchie qui a tendance à régulièrement être sur son dos et gérer son nouveau partenaire beaucoup plus regardant sur la loi que lui. Malgré une scène de poursuite dans les rues assez énergique, Kitano, et ce sera son style qu’il définira par ce film, décide de choisir l’anti spectaculaire pour dépeindre cette histoire de flic jusqu’au-boutiste. La caméra est fixe tandis que le sang coule et que la situation devient de plus en plus tendue et irrespirable. Le metteur en scène ne lésine pas sur la violence montrée à l’écran. La musique d’Erik Satie à la sauce japonaise rajoute à cet effet assez glaçant. On y décèle des plans fixes magnifiques sur ce visage cassée de l’acteur japonais. Autre point qui définira son style est l’ajout par courtes scènes de moments poétiques comme on peut le voir dans sa relation avec sa sœur.

Kitano réussit à rendre crédible cette histoire qui pioche dans pas mal de références américaines comme Dirty Harry mais aussi Serpico ou encore French Connection. On peut cependant mettre un petit bémol sur l’originalité de ce Violent Cop qui n’invente finalement pas grand chose. On aurait voulu avoir un meilleur développement de sa relation avec son coéquiper jouant sur l’antagonisme entre les deux. Mais le buddy movie est trop peu exploité. De même, la relation avec sa soeur aurait mérité un peu plus d’approfondissement pour être touché au regard de ce qu’il se passe dans la scène finale. Le film a donc trop peu de surprises pour devenir un classique comme les films américains cités précédemment. Kitano préfère se concentrer sur Azuma au détriment des autres personnages. Alors que la fin aurait dû à la fois nous émouvoir et nous scandaliser, les défauts scénaristiques nous sautent aux yeux. Néanmoins, le film reste d’une énorme efficacité et d’une rare violence ce qui n’est pas pour nous déplaire à l’heure des films sans saveurs.

DÉTAIL DES SUPPLÉMENTS :

Le centre et la marge (22’) : entretien avec Benjamin Thomas, Maître de conférences, spécialiste de Kitano et auteur de Takeshi Kitano : Outremarge et Le Cinéma Japonais d’Aujourd’hui : Cadres incertains

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES Blu-ray
Format image
: 1.85 – Résolution film : 1080 24p
Format son : Japonais et Français DTS HD Master Audio Mono
Sous-titres : Français – Durée : 1h42

Titre Original: SONO OTOKO KYABO NI TSUKI

Réalisé par: Takeshi Kitano

Casting : Takeshi Kitano, Shiro Sano, Haku Ryu

Genre: Policier, Thriller

Sortie le: 21 novembre 2018 en Blu-ray

Distribué par:  Wild Side Video

TRÈS BIEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s