Critiques Cinéma

UN AMOUR IMPOSSIBLE (Critique)

SYNOPSIS: À la fin des années 50 à Châteauroux, Rachel, modeste employée de bureau, rencontre Philippe, brillant jeune homme issu d’une famille bourgeoise. De cette liaison passionnelle mais brève naîtra une petite fille, Chantal. Philippe refuse de se marier en dehors de sa classe sociale. Rachel devra élever sa fille seule. Peu importe, pour elle Chantal est son grand bonheur, c’est pourquoi elle se bat pour qu’à défaut de l’élever, Philippe lui donne son nom. Une bataille de plus de dix ans qui finira par briser sa vie et celle de sa fille. 

Depuis qu’elle est devenue une polémiste extrêmement controversée on en oublierait presque que Christine Angot est une romancière et qu’elle a à son actif des livres qui constituent une œuvre forte et marquante qu’on l’apprécie ou pas. C’est de la rencontre entre deux univers, celui de l’écrivaine et de la réalisatrice Catherine Corsini (La Nouvelle Eve, Partir…) qu’est constitué en premier lieu Un Amour Impossible. Trois ans après La Belle Saison et son histoire d’amour dramatique entre Izia Higelin et Cécile de France, Catherine Corsini embrasse ici une thématique pas si éloignée dans l’esprit, même si le fond est totalement différent. D’une histoire d’amour à priori banale entre une jeune fille employée de bureau à la sécurité sociale et un jeune homme cultivé issu de la bourgeoisie et de l’enfant qui naitra de cette idylle passionnée y mettant fin de facto, Catherine  Corsini  tisse un mélodrame glaçant dont l’épure et le classicisme se confrontent à la tétanie qui  nous gagne au fil d’un récit éprouvant.

Car dans cette histoire qui se déroule dans une époque corsetée par les conventions, ce n’est pas tant le rejet de cette enfant illégitime qui choque mais bien la personnalité despotique du personnage de Philippe qui dévoile petit à petit un caractère dominateur qui lui confère une froideur et une dureté cachées derrière le masque de l’hypocrisie et de la manipulation. Face à la naïveté de Rachel qui, toute à ses sentiments ne voit pas son amant faire d’elle une proie, le jeune homme laisse apparaitre sa façon d’être par petites touches, subtilement amenées dans un récit qui se tend à mesure que le film avance. La cinéaste déploie tout un arsenal pour nous plonger dans cette trame bien plus complexe qu’elle n’apparait de prime abord, alternant le romanesque sentimental, le mélo touchant et le drame implacable sans pour autant rendre irrespirable cette histoire. Car, bien que vouée à  se briser sur l’écume des élans d’amour brisés dans la coquille de ce couple antinomique, Un Amour Impossible brille aussi des emportements passionnels et charnels qui lient les deux amants au fil du temps.

Pourtant à mi-parcours le film se pare d’atours d’une noirceur de ténèbres qui fait frissonner. Non pas que ce soit particulièrement inattendu vue la tournure prise par les évènements, mais c’est amené avec une telle subtilité par des micros situations qui paraissent anodines mais qui en fait racontent en creux tous les non dits, puis résumé en une phrase de dialogue qui laisse bouche bée, avant de faire que les pièces éparses du puzzle ne s’agencent dans notre esprit avec une absolue clarté et un effroi rétrospectif. Ce serait faire injure au film que de le résumer en un drame anxiogène sur les secrets de famille, d’autant que Catherine Corsini évoque tout autant la confrontation entre la bourgeoisie et la classe moyenne, l’amour indéfectible d’une mère pour sa fille, le poids de la culpabilité que la difficulté à pardonner. Pour donner vie à ces personnages naviguant sans cesse entre ombre et lumière, Catherine Corsini a pu s’appuyer sur deux grands comédiens. Niels Schneider qui trouve là un personnage dense et imposant, est littéralement saisissant, retrouvant un rôle de la trempe de celui qu’il tenait dans Diamant Noir. Quant à Virginie Efira,  elle fera tomber avec ce film les réserves que certains pouvaient encore avoir à son égard. Tantôt belle et amoureuse, tantôt détruite et désemparée puis capable de faire passer une palette de sentiments contradictoires proprement inouïe, la comédienne délivre une performance d’une finesse telle, qu’elle entre dans le cercle très fermé des grandes tragédiennes. Avec un film puissant et viscéral, Catherine Corsini déploie par petites touches un récit qui explose en une secousse dont la force tellurique se fait ressentir plus puissamment encore au fil du film. Un Amour Impossible vous triture les tripes dans tous les sens et on en ressort rincés et bouleversés. Un mélodrame à la fois classique et moderne, qui convoque Douglas Sirk, Todd Haynes et François Truffaut et installe Catherine Corsini à la hauteur de ses prestigieux devanciers.

Titre Original: UN AMOUR IMPOSSIBLE

Réalisé par: Catherine Corsini

Casting : Virginie Efira, Niels Schneider, Camille Berthomier

Genre: Drame

Sortie le: 07 novembre 2018

Distribué par:  Le Pacte

EXCELLENT

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s