Critique Blu-Ray

MIDNIGHT RUN (Critique Blu-ray)

SYNOPSIS: Jack Walsh, flic intègre, a quitté la police parce qu’il refusait de se laisser acheter par un caïd de la drogue. Il est maintenant chasseur de primes pour le compte d’Eddie Moscone à Los Angeles et doit retrouver le comptable qui a réussi à escroquer le fameux caïd. 

Si le buddy cop movie, simple déclinaison du genre où au moins l’un des deux héros est flic, a connu un âge d’or dans les années 80, assurant les beaux jours du box-office US (et mondial!) grâce aux succès colossaux de 48 heures (Walter Hill), considéré, à tort, comme le pionnier du genre, ou L’Arme Fatale (Richard Donner à la réalisation, mais surtout Shane Black au scénario) envisagé pour sa part comme celui qui a offert ses lettres de noblesse au genre en le définissant à la perfection, c’est aussi en partie grâce au film évoqué ici aujourd’hui, le méconnu et pourtant hautement recommandable Midnight Run, scénarisé par George Gallo et réalisé par Martin Brest, gentil faiseur qui sortait alors tout juste du carton monumental du Flic de Beverly Hills.

Le postulat ? Un sympathique chasseur de primes nommé Jack Walsh (campé par Robert De Niro), travaillant pour le compte d’Eddie Moscone (Joe Pantoliano), est chargé par ce dernier de ramener à Los Angeles le fugitif Jonathan « le Duc » Mardukas (interprété par Charles Grodin), un comptable qui vient de dérober la coquette somme de 15 millions de dollars à Jimmy Serrano, son employeur mafieux et caïd de Chicago, en vue de les donner à des œuvres de charité. Un « Midnight Run » ( » mission facile » en argot), en somme ! Premier atout de Midnight Run : l’opposition entre le chasseur de primes et le comptable en fuite fonctionne à plein régime et apporte tout l’humour nécessaire à un film d’action de haute teneur. Midnight Run est en effet une comédie policière bien ficelée, avec des personnages principaux parfaitement caractérisés qui doivent énormément à leurs interprètes, qui détermine une certaine fraîcheur dans le genre, notamment de part sa combinaison à un autre embranchement ciné fortement appréciable, le road movie…

Seconde prouesse : le scénario de George Gallo est tout simplement exemplaire. Outre l’efficacité redoutable des vannes qui s’enchaînent à un (super) bon rythme de croisière, on est bluffés par la tonalité et le sens qu’elles peuvent parfois prendre au sein du récit. Prenons pour exemple le running-gag « Marvin ! Marvin ! » , paroles de Jack balancées à son concurrent Marvin pour l’obliger à regarder derrière lui et ainsi échapper à sa vigilance, si celui-ci s’amorce au départ comme un ressort comique percutant, où Marvin finit toujours écroulé par terre après que Jack l’ait punché au visage, il devient dans le climax un véritable moteur de suspense, source de tension intense pour Jack (et pour l’audience!) quand Marvin refuse de détourner son attention, croyant une nouvelle fois se faire avoir par son rival alors que ce n’est pourtant pas le cas cette fois. C’est aussi éloquent avec la punchline aujourd’hui culte, « See You In The Next Life », qui parvient aisément à prendre un tournant sentimental inattendu lorsqu’elle est prononcée pour la dernière fois de la bouche de Robert De Niro et Charles Grodin. George Gallo s’offre aussi le luxe de verser dans l’émotion au détour de quelques scènes particulièrement touchantes, que ce soit l’échange émouvant entre Jack et le Duc, dans la voiture, lorsque le premier révèle au second le secret de sa montre, ou bien lors des retrouvailles chaleureuses mais forcément éphémères entre Jack et sa fille…

Un des ingrédients fondamenteux d’un buddy movie réussi est l’alchimie tangible entre les deux acteurs principaux. C’est ici le cas, Robert De Niro et Charles Grodin constituent un duo éminemment sympathique et efficient, gagnant toujours en humanité au fil du récit. Les seconds couteaux qui les accompagnent ne sont pas en reste, s’avérant tous plus incroyables les uns que les autres, de John Ashton (déjà présent dans Le Flic de Beverly Hills et excellent ici en chasseur de primes rival) au regretté Dennis Farina (savoureux en mafieux vénère), en passant par Yaphet Kotto (très bon en agent du FBI chasseur constamment consterné et malmené par ses « proies ») et Joe Pantoliano (hilarant en patron de l’entreprise qui prête de l’argent à des clients pour payer leurs cautions judiciaire les laissant ainsi hors de détention). Opérant une direction d’acteurs sans faille – c’est là la touche du cinéaste – Martin Brest tire le meilleur de la complicité De Niro/Grodin, passant du registre comique à l’action en un clin d’œil et avec une sincérité généreuse…

Retrouvez l’intégralité de la critique de Robin Fender ici

DÉTAIL DES SUPPLÉMENTS:

-La grande vadrouille : documentaire de Julien Comeli et Erwan Le Gac

-Making-of promotionnel d’époque

-Bande-annonce

-Galerie de photos

-Jaquette réversible

Titre Original: MIDNIGHT RUN

Réalisé par: Martin Brest

Casting : Robert De Niro, Charles Grodin, John Ashton  …

Genre: Comédie

Sortie le : 17 octobre 2018 en Combo Blu-ray / DVD

Distribué par:  Elephant Films

TRÈS BIEN

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s