Critiques Cinéma

12 HOMMES EN COLÈRE (Critique)

SYNOPSIS:  Un jeune homme d’origine modeste est accusé du meurtre de son père et risque la peine de mort. Le jury composé de douze hommes se retire pour délibérer et procède immédiatement à un vote : onze votent coupable, or la décision doit être prise à l’unanimité. Le juré qui a voté non-coupable, sommé de se justifier, explique qu’il a un doute et que la vie d’un homme mérite quelques heures de discussion. Il s’emploie alors à les convaincre un par un. 

Lors d’un procès, 12 jurés doivent décider du sort d’un jeune homme accusé de meurtre. Il fait une chaleur étouffante et certains ont envie d’expédier la décision. C’est sans compter sur le juré numéro 8, qui est bien décidé à avoir une longue discussion à ce sujet. Le long-métrage est adapté d’un téléfilm diffusé en 1954 puis transformé en une pièce de théâtre l’année suivante par le même auteur, Reginald Rose, qui signe ici le scénario du film et est aussi coproducteur. Il s’agit également du premier film de Sidney Lumet, qui officiait avant à la télévision. On lui doit ensuite d’autres grands films traitant des systèmes américains policier, judiciaire et médiatique et des figures d’outsiders, tel que Serpico, Un après-midi de chien, Le Prince de New York, Le Verdict, Network, 7h58 ce samedi-là

On assiste donc à la délibération d’un jury : 12 personnes enfermées dans une pièce pendant 1h35 et devant rendre un verdict. On ne connaîtra jamais leur nom (à l’exception de deux personnages à la toute fin du film) mais on apprendra leurs métiers et leurs milieux sociaux. La tension monte petit à petit, et on assiste aux conflits et aux débats entre les différents personnages. Toute la question ici est de convaincre son prochain, en reprenant, détail par détail, les éléments qui leurs ont été donnés pour décider de la culpabilité ou non de l’accusé, qui risque la peine de mort.

Certes, on voit clairement le côté théâtral avec la règle des trois unités (temps, lieu et action) et l’espace du huis clos réduit les mouvements de caméra, mais le rythme est intense, les dialogues sont affutés, la mise en scène de Lumet (avec ses choix de cadre, de lumière et de profondeur de champ) est bien pensée, et le tout est servi par des comédiens de grand talent, avec en premier lieu bien sûr, Henry Fonda. Celui-ci, également coproducteur du film (seule et unique fois de sa carrière d’ailleurs) est habillé d’un costume blanc, tel un chevalier ou un ange, symbole de pureté et d’innocence. C’est lui le grain de sable qui fera tout basculer. Les autres acteurs sont au diapason et apportent toute leur vérité à leur rôle respectif. Mentions spéciales à Lee J. Cobb (connu pour Sur les quais d’Elia Kazan) qui interprète le juré numéro 3, un homme au bord de l’explosion, et à George Voskovec, particulièrement émouvant.

Très probablement le meilleur film judiciaire de l’Histoire, il en a inspiré quantité d’autres et même le petit écran (dont American Crime Story : The People Vs O.J. Simpson est un exemple très net). Il est également très présent dans la culture populaire, plusieurs séries reprenant le point de départ du film, que ce soit dans Les Simpsons, Happy Days ou Veronica Mars. En 1997, William Friedkin fera une nouvelle adaptation pour la télévision sous le même titre mais avec des personnages un peu différents, et le cinéaste russe Nikita Mikhalkov en fera un remake pour le cinéma en 2007 avec 12, c’est dire son impact sur la culture américaine depuis 60 ans, mais aussi dans le monde entier (la pièce fut jouée plusieurs fois en France). Ours d’Or à Berlin en 1957, ce chef-d’œuvre important et nécessaire remet au centre du débat la présomption d’innocence, explore le système judiciaire américain, questionne notre morale et nos valeurs, et de ce fait devient un grand film humaniste. Par conséquent, ce long-métrage est immanquable pour tout cinéphile qui se respecte, à voir et revoir donc !

Titre Original: TWELVE ANGRY MEN

Réalisé par: Sidney Lumet

Casting : Henry Fonda, Lee J. Cobb, Martin Balsam …

Genre: Drame

Date de sortie: 04 septembre 1957

Distribué par: –

CHEF-D’ŒUVRE

Publicités

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s