Critiques

FOREVER (Critique Saison 1 Episodes 1×01 – 1×03) Une série qui se regarde avec plaisir…

SYNOPSIS: June et Oscar, un couple marié depuis 12 ans, mènent une vie tranquille dans une banlieue de Californie. Un peu trop tranquille. June aimerait pimenter leur vie à deux et propose un voyage au ski pour se faire. Ces vacances vont se révéler particulièrement perturbantes pour l’un comme pour l’autre… 

Alan Yang est en passe de devenir LE scénariste le plus représentatif de sa génération. Il commence sa carrière en tant que consultant pour South Park en 2006, suivi, trois ans plus tard, par un poste de scénariste pour la petite série culte de NBC, Parks and Recreation. C’est là qu’il rencontre Aziz Ansari avec qui il met sur pied Master of None pour Netflix, un chef-d’œuvre de modernité, présenté sous la forme d’une lettre d’amour à la ville de New York. Et depuis qu’Ansari s’est éclipsé pour réfléchir sérieusement à sa façon de traiter la gent féminine, Yang lui, s’est engagé dans de nouveaux projets: il travaille sur quelques épisodes de The Good Place, la nouvelle série de Mike Schur, qui se trouve être son ancien patron de Parks et Recreation, et puis cette année, il crée une dramédie pour Amazon, la chaîne qui avait bien besoin de l’amour de la critique (jusqu’à ce que The Marvelous Mrs Maisel remporte cinq Emmys, le service de vidéo à la demande avait bien du mal à s’imposer face à ses compétiteurs Netflix et Hulu, et ce, en dépit d’un budget plus que conséquent). Personne n’était en effet mieux placé que Yang pour relever la côte de la boîte : c’est un fantastique scénariste, nommé plusieurs fois aux Emmys et aux WGAs Awards, il est Asio-Américain, fait partie d’une communauté qui milite depuis plusieurs années pour avoir une meilleure représentation dans les médias, et il a un don incroyable pour mettre en lumière la myriade d’absurdités qui régissent la vie de tous les jours. Son dernier projet s’appelle Forever, créé en tandem avec Matt Hubbard, un autre ancien de Parks and Recreation et 30 Rock, et raconte l’histoire d’un couple “normal”, interprété par deux anciens membres de Saturday Night Live : Maya Rudolph et Fred Armisen.

C’est une histoire qui commence comme beaucoup d’autres : June (Rudolph) et Oscar (Armisen) se rencontrent, tombent amoureux, se marient et se créent une routine de vie qui dure, et qui naturellement conduit à un certain ennui. Toujours la même chose, toujours le même emploi du temps, les mêmes voyages, les mêmes dîners, les mêmes endroits, et June commence à le ressentir. Elle fait une suggestion tout à fait anodine, celle de fêter leur anniversaire de mariage dans un endroit différent, et déclenche involontairement une chaîne d’évènements complètements inattendus qui vont chambouler l’équilibre de leur vie de couple, et de leurs vies, tout court. Si l’épisode pilote vous donne envie de bailler, sachez donc que c’est tout à fait normal et intentionnel : tout comme les personnages, le spectateur en vient à se demander un peu comment il en est arrivé là, à regarder cette série aux relents soporifiques. Mais on vous rassure, les choses s’accélèrent à partir du second épisode, et s’il faudra sans doute attendre la fin de la saison pour que l’intrigue se mette vraiment en route, le rythme de tortue anémique du premier épisode va en s’améliorant au fur et à mesure. La grande force de la série vient surtout de ses acteurs, en particulier de la magistrale Maya Rudolph, qui porte chacune de ses scènes vers l’avant avec une force et une sincérité impressionnante. Le personnage de June est le centre émotionnel de la série, en partie dû au fait que c’est écrit dans le script, mais également parce que l’actrice dégage une aura certaine, face à laquelle son partenaire a peu de chances de s’imposer. Puis Armisen est un acteur intéressant, farfelu, déroutant, fasciné par le travail de caractérisation, et si c’est tout à fait le genre de choses qui le rend attractif pour les professionnels de la comédie, il en apparaît un peu moins sympathique au grand public, d’où la tendance de la série à se rapprocher du point de vue de June. Forever est une exploration un peu languide et tordue de la vie de couple et de la signification du mot “éternellement”. Pas vraiment une série pour toute la famille, mais qui se regarde avec plaisir.

Crédits: Amazon Prime

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s