Critiques Cinéma

PHOTO DE FAMILLE (Critique)

SYNOPSIS: Gabrielle, Elsa et Mao sont frères et sœurs, mais ne se côtoient pas. Surtout pas.
La première est « statue » pour touristes, au grand dam de son fils ado. Elsa, elle, est en colère contre la terre entière et désespère de tomber enceinte. Et Mao, game designer de génie chroniquement dépressif, noie sa mélancolie dans l’alcool et la psychanalyse.
Quant à leurs parents, Pierre et Claudine, séparés de longue date, ils n’ont jamais rien fait pour resserrer les liens de la famille.
Pourtant, au moment de l’enterrement du grand-père, ils vont devoir se réunir, et répondre, ensemble, à la question qui fâche : « Que faire de Mamie ? » 

Réussir un premier film n’est jamais simple et ils sont légion ceux qui se sont cassés les dents devant cet obstacle parfois quasi insurmontable. Il y a évidemment le contre-exemple de ceux qui ont séduit d’emblée les spectateurs. Plus rares par contre sont les metteurs en scène à avoir raté leur rencontre avec le public et la critique et à parvenir à sortir de leurs tripes un second long métrage de l’acabit de Photo de Famille. Avec Je me suis fais tout petit, Cécilia Rouaud avait eu beau tenté le mélange de la sincérité et de la tendresse, avoir eu devant sa caméra un superbe duo composé de Vanessa Paradis et Denis Ménochet, son premier film n’avait pas tenu toutes ses promesses et au lieu de nous emporter sur des sommets émotionnels il en était resté à un stade par trop anecdotique. Il fallait sans doute un peu plus de maturité, une écriture un poil plus maitrisée à Cécilia Rouaud pour proposer un film qui possède ce qui manquait à son premier essai: de la moelle. Avec Photo de Famille, la réalisatrice récidive dans ce qui était déjà sa plus grande réussite dans son premier film : Une distribution de premier ordre. Sauf que là ce n’est plus un duo qu’elle choisit de mettre en valeur (bien que Laurent Lucas ou Léa Drucker par exemple n’étaient en aucun cas des faire valoir), mais tout un ensemble d’interprètes en tous points remarquables à qui elle offre des personnages avec de la densité et suffisamment de nuances à faire passer pour qu’ils emportent tout sur leur passage. Vanessa Paradis qu’elle retrouve donc, Camille Cottin, Pierre Deladonchamps, Jean-Pierre Bacri ou encore Chantal Lauby, dans Photo de Famille tous les interprètes se mettent au diapason les uns des autres et c’est le meilleur d’eux mêmes qui éclabousse l’écran, prouvant si besoin était que lorsque des stradivarius jouent ensemble sans qu’aucun ne cherche à tirer la couverture à lui, l’harmonie prend le pas sur la cacophonie.

Avec comme thématique centrale la transmission où comment faire la paix avec son enfance et vivre avec ses ainés en leur offrant la fin qu’ils méritent, Photo de Famille frappe fort au cœur, là où l’identification est forcément le point fort d’un récit en forme de montagnes russes émotionnelles. Loin de vouloir nous arracher les larmes, c’est armée de sincérité et de tendresse que Cécilia Rouaud parvient à faire vaciller nos réserves. Avec pudeur, sans enfiler de gros sabots et en sachant rester à la bonne distance, la réalisatrice trouve le bonne approche et nous émeut par de subtiles touches d’humanité disséminées au cœur d’un film qui assume son sentimentalisme et évite la guimauve gratuite. Avec une approche un peu similaire au film de Jean-Paul Rouve, Les Souvenirs, Photo de Famille sait passer de l’émotion brute au rire avec une agilité impressionnante et l’on s’abandonne avec délice aux situations tragi-comiques que traversent la fratrie.

Si la mélancolie et l’envie autant que le besoin d’aimer et d’être aimé, quelles que soient les difficultés qui s’accumulent, traversent la narration de Photo de Famille, on s’attache également aux excentricités des uns et des autres qui sont comme un miroir reflétant nos comportements, nos emballements et notre façon d’essayer de trouver notre place à la fois dans le monde mais également au sein même de la cellule familiale. Cécilia Rouaud on l’a dit a choisi des interprètes merveilleux pour donner le la de son histoire. Vanessa Paradis, Camille Cottin et Pierre Deladonchamps forment une fratrie à laquelle on croit instantanément, les uns et les autres charriant leurs doutes et leurs angoisses avec une grâce saisissante. Ce trio respire l’évidence et chacun a ses moments pour exprimer son talent avec d’infimes nuances. Chantal Lauby, irrésistible en maman – psy totalement barrée et Jean-Pierre Bacri en père conscient de ses erreurs et en fils passé à côté de ses parents est d’une justesse et d’une émotion palpables qui lui vont magnifiquement. Si par moments le film lâche imperceptiblement son fil et est proche de nous perdre par des situations plus appuyées et du coup moins profondes, Photo de Famille a au final ceci de beau qu’il touche à l’universel pour être un portrait de nous, de vous, qui ne peut pas laisser indifférent.

Titre Original: PHOTO DE FAMILLE

Réalisé par: Cécilia Rouaud

Casting: Vanessa Paradis, Camille Cottin, Pierre Deladonchamps

Genre: Comédie dramatique

Sortie le: 05 Septembre 2018

Distribué par: SND

TRÈS BIEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s