Critiques Cinéma

ALPHA (Critique)

SYNOPSIS:  En Europe, il y a 20 000 ans, durant l’ère Paléolithique supérieur, un jeune homme part braver une nature dangereuse et inhospitalière afin de retrouver le chemin de sa tribu. 

Sorti dans l’indifférence générale, à commencer par son propre distributeur ne sachant quoi faire ni comment vendre cette anomalie cinématographique au milieu des sorties de l’été calibrées pour tel public cible, Alpha, premier film solo d’Albert Hughes (co-réalisateur avec son frère Allen de films comme From Hell, Le Livre d’Eli, Menace II Society…) n’en méritait pas tant mais au contraire que l’on s’attarde un peu dessus. Il est vrai que cet Alpha est une anomalie dans le système hollywoodien actuel: ni blockbuster commercial ni film d’auteur aisément marketable mais un entre deux bâtard n’ayant pas de grosse star à son casting, visant plutôt un public pré-adolescent de par l’histoire de son jeune héros mais maniant aussi un ton sombre ne sacrifiant pas un certain réalisme cru (à commencer par la langue fictive utilisée, par conséquent sous titrée, chose rarissime pour un film américain)… Pour ne rien arranger, le ton même du film change plusieurs fois en cours de route quitte à perdre le spectateur. La relation entre Keda et Alpha n’a rien à envier au meilleur des buddy movie (une des brillantes idées du film, oser le buddy movie préhistorique sans pour autant nous sortir une seule seconde du drame de l’histoire) alors même que l’arc narratif de Keda va chercher du côté du récit initiatique et du survival, le tout enrobé dans un film d’aventure old school et humaniste comme on n’en fait plus aujourd’hui.

 

Mais dans ce cauchemar éveillé pour un service marketing, il reste un film malade, passionnant dans son travail plastique et sa volonté de ne pas se plier à certains diktats hollywoodiens actuels mais malheureusement trop maladroit dans sa construction, cheap (à se demander si le film n’a pas connu un “developement hell” particulièrement laborieux aux vues de certains défauts du produit final) et n’allant jamais au bout de ses bonnes idées pour pleinement convaincre. Formellement, Hughes accompli un travail de titan multipliant les idées de mise en scène brillante: jouant habillement de variation dans ses cadres et sa photographie pour emprisonner son protagoniste dans une absence de ligne de fuite claustrophobique lors des scènes de tempêtes, tantôt l’isolant dans un bord du cadre, point minuscule devant affronter une ligne d’horizon quasi insurmontable, rendant compte de la beauté et de l’âpreté de la nature de l’époque. Osant les transitions oniriques dans son montage (on pense à certaines scènes de nuit) et n’hésitant pas à iconiser certains passages forts tout droit issus de l’art rupestre, le film évoque parfois le style outrancier de Zack Snyder à l’époque de 300, le comparatif se faisant jusqu’aux effets spéciaux, volontairement fake pour reproduire les aplats du célèbre comics de Frank Miller chez Snyder mais certainement dus ici à un manque de moyen (certains passages dénotant trop par rapport à la volonté de réalisme du film par ailleurs).

Là ou le bât blesse, c’est l’écriture trop maladroite dans sa construction. En mettant trop de temps à décoller dans un premier acte inintéressant présentant un jeune Keda faible avec ses semblables, le film sacrifie le plus intéressant: l’évolution de son héros une fois séparé de son peuple et sa rencontre/domestication avec le loup Alpha. Si The Revenant pouvait parfois prendre un peu trop son temps à narrer le chemin de croix de Leonardo Di Caprio aux prises avec la Nature, on aurait tendance ici à regretter une efficacité des péripéties qui dessert le parcours de Keda l’empêchant de prendre toute l’ampleur qu’il aurait mérité, annihilant tout temps mort qui aurait permis à l’émotion de s’installer durablement. Cela donne un faux rythme à l’histoire et un montage charcuté qui interroge sur la durée réelle qu’aurait voulu donner Hughes à son film car les courtes 1h36 du film (générique inclus) ne suffisent pas à développer le cœur de cette rencontre historique entre l’Homme et l’animal ou l’un ne chasse pas l’autre mais s’apprivoise dans le but de survivre ensemble.

On passera aussi sur les catastrophiques scènes d’ouverture et de fin du film, se payant le luxe de s’offrir Morgan Freeman en voix off pour nous expliquer les enjeux du film tel un reportage sur National Geographic Channel ainsi que les rares dialogues, creux, faisant regretter l’absence d’un jusqu’au boutisme non poussé à son paroxysme en nous offrant un film muet (ou du moins non sous-titré), les enjeux étant parfaitement compréhensibles uniquement avec des images parlant d’elles mêmes. Reste un Kodi Smit-McPhee convaincant dans ce rôle de jeune héros devant s’affirmer face à l’adversité, une relation poignante mais aussi formidable de drôlerie entre Keda et Alpha, un travail esthétique d’orfèvrerie, un propos pas inintéressant sur la relation entre l’Homme et la Nature mais la balourdise d’un scénario mal construit, un montage trop rapide et un manque de moyens flagrant (tout ces problèmes étant potentiellement des soucis de productions) font passer Alpha de potentiel grand film à film malade (mais toutefois passionnant). Dommage car rien que pour ces qualités et l’ambition du projet (dépassant la plupart des sorties de cet été qui auront été des cartons au box office), Alpha méritait plus qu’une sortie technique discrète et mérite le coup d’œil.

Titre Original: ALPHA

Réalisé par: Albert Hughes

Casting: Kodi Smit-McPhee, Jóhannes Haukur Jóhannesson, Marcin Kowalczyk…

Genre: Aventure, Drame

Sortie le: 22 août 2018

Distribué par: Sony Pictures Releasing France

MOYEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s