Critiques

LOVE (Critique Saison 3) Un dernier acte assez morne mais plaisant….

SYNOPSIS: Gus, un homme sympathique, et Mickey , une jeune femme effrontée, vivent des moments tour à tour euphoriques et humiliants, d’intimité, d’engagement, d’amour et d’autres choses qu’ils auraient préféré éviter. Love offre un regard désopilant, sans concession et douloureusement sincère sur les relations amoureuses d’aujourd’hui. 

Les Beatles nous auraient-ils menti? Ils ont beau chanter “all you need is love”, il semblerait que Paul Rust, créateur, producteur et star de Love, actuellement sur Netflix, professe une opinion un peu plus nuancée. La série, produite par Judd Apatow et Lesley Arfin (également crédités comme créateurs, même s’il est évident que Rust est le cerveau du projet), met en scène les déboires de Gus (Paul Rust) et Mickey (Gillian Jacobs), deux individus qui n’avaient, à priori, rien en commun, et qui pourtant, sont tombés amoureux l’un de l’autre. Aux cours des deux saisons précédentes, on avait vu Gus et ses rêves d’écrire un jour pour la télévision prendre quelques coups et le personnage de Mickey s’était peu à peu étoffé, perdant ses allures de manix pixie dreamgirl pour devenir plus humaine, plus vulnérable et plus nuancée. Autour de ces deux-là gravitent les meilleurs amis Bertie (Claudia O’Doherty) et Randy (Mike Mitchell), les deux hurluberlus dont nos protagonistes ne peuvent pas et ne veulent pas se défaire. Netflix devenant de plus en plus exigeant avec les séries faites maison, celles qui ne sont pas assez vues sont annulées de plus en plus rapidement, et Love est l’une des premières à passer à la trappe. Il ne s’agit donc plus d’essayer de faire rebondir l’intrigue sur un nouveau conflit qui permettrait d’étirer indéfiniment le nombre d’épisodes, mais de trouver un conclusion satisfaisante à une histoire sympathique, mais pas forcément passionnante.

En ce début de saison, Gus et Mickey se trouvent dans une drôle de situation: ils sont ensemble et ont envie de continuer à l’être. Un état des choses qui n’a rien d’une révolution, mais qui est assez inhabituel pour ces deux-là. Gus s’est plus ou moins fait à l’idée que, pour le moment, il va continuer à payer le loyer en servant de précepteur aux jeunes acteurs d’une série à succès, tout en travaillant sur son script durant son temps libre. Quant à Mickey, elle fait face à ses démons personnels puisque sa carrière semble être plutôt stable: elle est bien dans son job, gagne décemment sa vie et a son propre appartement. Si l’idée de départ était de subvertir les stéréotypes de genre dans la comédie romantique américaine, Love a plus ou moins rempli son cahier des charges: lui est un peu paumé, avec des airs de douce princesse qui attend le prince charmant et elle est un peu plus agressive, volontaire et on l’imagine facilement enfourcher son fougueux destrier. Mais le problème avec les stéréotypes justement, c’est qu’ils manquent de nuances, qu’ils sont incomplets et penchent toujours dangereusement du côté de la caricature, le genre de support qui ne se prête pas vraiment à une déclinaison en plusieurs épisodes. Love a corrigé le tir très vite, offrant plus d’espace à ses personnages pour s’exprimer, se développer et évoluer, ce qui rend la série plus fine, plus humaine, meilleure mais qui hélas, ne suffit pas à la rendre remarquable.

La comédie romantique telle qu’on la connaît est en trois actes: la rencontre, la perte, la réunion. Ils s’aiment, ils se séparent, ils se retrouvent. D’un point de vue thématique, Love est désormais en phase trois, et en dépit des efforts de l’équipe pour maintenir le cap, le manque de conflit se fait (parfois douloureusement) sentir. Un dernier acte assez morne qui reste cependant assez plaisant, en grande partie grâce au charme de sa distribution et l’absence totale de prétention.

Crédits: Netflix

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s