Critiques Cinéma

LES BONNES MANIÈRES (Critique)

SYNOPSIS: Clara, une infirmière solitaire de la banlieue de São Paulo, est engagée par la riche et mystérieuse Ana comme la nounou de son enfant à naître. Alors que les deux femmes se rapprochent petit à petit, la future mère est prise de crises de somnambulisme… 

Le cinéma brésilien cherche majoritairement à traiter de sujets sociétaux à l’aune du bouleversement économique que vit ce grand pays d’Amérique Latine depuis le début du XXIe siècle. Sorti il y a un peu moins de deux ans, Aquarius mettait en scène une sexagénaire refusant de quitter son appartement alors qu’un promoteur sans scrupules veut absolument lui racheter. Le duo Rojas-Dutra décide de leur côté de traiter le Brésil d’aujourd’hui sous forme de conte. Les Bonnes Manières est d’emblée placé sous le signe de la dualité : duo de réalisateurs, second film, duo d’actrices, deux histoires, film d’auteur et film de genre. Le tout donne un film mystérieux, sensible et parfaitement construit.

Une des grandes qualités du film est de toujours nous surprendre et d’aller dans une direction où on ne l’attend pas malgré les codes ultra balisés du genre. Les réalisateurs nous montrent deux personnages à l’antipode qui caractérise une société totalement partagée : la riche blanche héritière très hédoniste (Ana) et la servante noire pauvre très réservée et mystérieuse (Clara). Dans un premier temps, on pense au film d’auteur classique sur la lutte des classes où chacun découvre le monde de l’autre. On apprend assez rapidement qu’Ana, à cause de sa grossesse, s’est fait renier par sa famille mais plus que par sa famille, par la société toute entière puisqu’elle vit seule et n’a pas d’amis. Et c’est dans un second temps que le film bascule dans une atmosphère assez tendue et angoissante. On tend au fur et à mesure vers un film de grossesse, un Rosemary’s Baby à la sauce brésilienne, le tout avec un décor très carton pâte de Sao Paulo où les immeubles ressemblent à un assemblage d’images.

Le film bascule totalement dans un monde onirique et horrifique lorsqu’Ana raconte à Clara comment elle est tombée enceinte. De manière très audacieuse, sous forme de dessin animé enfantin nous faisant penser à Pierre et le Loup, les metteurs en scène nous emmènent brillamment dans un monde imaginaire, le tout saupoudré de chansons enfantines mélodieuses. Mais contre toute attente, les metteurs en scène décident à nouveau de casser la linéarité du récit.

La deuxième partie peut commencer et l’impression d’assister à une deuxième naissance prédomine. Les réalisateurs ne perdent pas le fil de leurs discours et continuent à dénoncer le rejet de l’autre et de promouvoir l’ouverture à l’autre. A travers ce récit, on apprend également que la société brésilienne est encore accrochée aux mythes et aux créatures et qu’elle croit encore au pouvoir de l’extraordinaire. La dernière scène en est parfaitement l’exemple et le dernier plan du film nous hantera encore longtemps.

Titre Original: AS BOAS MANEIRAS

Réalisé par: Juliana Rojas, Marco Dutra

Casting : Isabél Zuaa, Marjorie Estiano, Miguel Lobo …

Genre: Fantastique, Drame

Sortie le : 21 mars 2018

Distribué par: Jour2fête

EXCELLENT

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s