Critiques Cinéma

LA BELLE ET LA BELLE (Critique)

la belle et la belle affiche cliff and co

SYNOPSIS: Margaux, 20 ans, fait la connaissance de Margaux, 45 ans : tout les unit, il s’avère qu’elles ne forment qu’une seule et même personne, à deux âges différents de leur vie… 

C’est toujours plaisant de découvrir un film et d’être surpris par une atmosphère, un ton, une fraicheur inattendue. C’est le cas avec le nouveau long métrage de Sophie Fillières, La Belle et la Belle où elle retrouve Sandrine Kiberlain 27 ans après Des Filles et des Chiens, un court-métrage de 6 minutes Prix Jean Vigo 1992 du meilleur court-métrage de fiction. Dans La Belle et la Belle, le postulat de départ loufoque pourrait laisser craindre que le récit ne dévisse en moins de temps qu’il n’en faut pour lire le pitch. A savoir Margaux, 20 ans rencontre Margaux, 45 ans et leur rencontre savoureuse en diable nous fait vite comprendre à nous comme à elles, qu’elles sont en fait la même personne. Si vous êtes cartésien hardcore et que le cinéma décalé propice à la poésie vous laisse de marbre, vous avez sans doute déjà arrêté la lecture de ce texte. Vous auriez tort, tant La Belle et la Belle est un film réjouissant qui parvient sans réels artifices à générer des situations comiques qui doivent leur réussite tout autant à la pertinence des dialogues qu’au jeu naturel délicieux de Sandrine Kiberlain et Agathe Bonitzer. Outre une légèreté ouatée qui confère au film son charme et son étrangeté, La Belle et la Belle fait par certains côtés penser au Camille Redouble de Noémie Lvovsky, le fantastique y faisant son intrusion sans dire son nom et s’inscrivant dans la continuité du récit au détriment de toute vraisemblance mais sans que cela perturbe la fluidité de la narration si tant est qu’on se détache des contraintes réalistes.

la belle et la belle 1 cliff and co

La mise en scène de Sophie Fillières efficace et sans affèteries joue beaucoup et fort logiquement sur les jeux de reflets et de gémellité et cela crée souvent le comique de situation quand ce n’est pas une mélancolie ou une angoisse qui voile un sourire ou un regard. En tout état de cause tout cela montre parfaitement qu’on est différent à 20 et à 45 ans et qu’on s’est construit pierre après pierre par l’insouciance de la jeunesse jusqu’à l’âge où il faut assumer les choix que l’on a faits et qui ne se sont pas tous avérés pertinents. Le film, avant de basculer plus franchement dans la romance avance de belles idées sur les regrets, la peur du futur, l’aspiration à réussir sa vie. En faisant se confronter ses deux héroïnes dans le même espace-temps, en les faisant parler ensemble comme si c’était totalement naturel, la réalisatrice nous invite aussi au lâcher prise et à se défaire des contingences de crédibilité pour mieux profiter du voyage qu’elle nous propose.

En constant décalage, déjouant les pièges tendus devant elle, virevoltant avec les situations et des dialogues inattendus, Sophie Fillières suit son idée du début à la fin sans chercher d’échappatoires ou à désamorcer ses choix par une pirouette qui ferait s’effondrer sa belle construction. Le film est porté par une dynamique qui ne faiblit pas et par la subtilité de son propos que les rires n’affadissent pas mais au contraire anoblissent. La légèreté constante de La Belle et la Belle est au final son plus gros bémol, tant la gravité semble absente des débats et retire du coup un peu de densité au propos. La réalisatrice s’est fort heureusement entourée de virtuoses pour réussir son pari et entre la beauté et le côté enfantin d’Agathe Bonitzer, la fantaisie et la maturité d’une Sandrine Kiberlain comme toujours majestueuse ou le charme d’un Melvil Poupaud séduisant en diable, Sophie Fillières a eu la main heureuse. Son film est une bulle de légèreté qui vole loin dans les airs sans jamais s’écraser et qui nous fait nous envoler haut, là où le vent nous porte et où on le laisse nous emmener.

la belle et la belle affiche cliff and co

Titre Original: LA BELLE ET LA BELLE

Réalisé par: SOPHIE FILLIÈRES

Casting: Sandrine Kiberlain, Agathe Bonitzer, Melvil Poupaud…

Genre: Comédie, Romance

Sortie le: 14 mars 2018

Distribué par: Memento Films Distribution

TRÈS BIEN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s